mis à jour le

Karim Wade devant le procureur vendredi : Ses partisans battent le rappel des troupes

Ce sera vendredi prochain. Karim Wade, l'ancien ministre et fils de l'ex-président Abdoulaye Wade, sera face à Alioune Ndao, le procureur spécial près la Cour de répression de l'enrichissement illicite. L'objet de ce face à face devra consister à lui notifier sa mise en demeure. L'ancien ministre aura alors un mois pour justifier de l'origine licite de sa fortune, avant de s'exposer à une éventuelle inculpation.
Mais, il ne sera pas seul dans l'attente. Hier, ses partisans se sont de nouveau réunis, sous la houlette de Bachir Diawara, pour définir une stratégie, en vue de l'accompagner, massivement, à sa convocation. Mobilisés, ils comptent également rallier le plus grand nombre de sénégalais possible à leur cause, et déjà, battent le rappel de leurs troupes. Ils veulent faire face à toutes les éventualités dans cette affaire qui risque de se terminer en queue de poisson, selon leur évaluation car, en plus de constituer une personnalité complexe, polie, intelligente, et modérée en tout, le client bénéficie, par ailleurs, de sympathies particulières auprès de nombreux sénégalais qu'il est parvenu à séduire, en revêtant le manteau de la victime désignée. Au total, des connexions insoupçonnées, même dans les plus hautes sphères de l'Etat, mais aussi, de grandes infiltrations qui ont fini d'en faire un des hommes les plus resautés du pays.
Les amis de Karim sont formels : tout ce ramdam autour de biens mal acquis est orchestré par l'Etat. Particulièrement, par un Macky Sall peu convaincu des reproches faits à l'ancien ministre mais, certain qu'il a, en face de lui, le plus redoutable adversaire pour les prochaines élections de 2017. En fait, croient-ils savoir, Karim Wade donne une frousse bleue au Président de l'APR qui aurait juré de mettre tous les moyens mis à sa disposition pour le neutraliser, mais qui trouvera toujours, en face de lui, des patriotes à toute épreuve facilement recrutés dans les rangs des déçus de la deuxième alternance. Pour eux donc, Macky a échoué partout où on l'attendait, et c'est pour masquer cet échec, bluffer, qu'il persécute des sénégalais méritants, à la manière des dictateurs.
Toujours selon les amis de Karim Wade, Si Macky voulait vraiment travailler pour les sénégalais, il cesserait ses fausses chasses aux sorcières, et passerait moins de temps entre deux avions, en compagnie de ses amis, et ne remplirait pas le Palais de frères et de beaux-frères.
Cheikh Ba
REWMI QUOTIDIEN