mis à jour le

Lundi 18 mars les taxistes seront en grèves

Les propriétaires de taxis individuels ont décidé d’observer une grève, lundi 18 mars, de 5h du matin à 21h, en protestation contre la dernière augmentation des prix des hydrocarbures décidée par le gouvernement provisoire at entrée en vigueur le 4 mars courant, a déclaré Moez Sallemi, président de la chambre syndicale des propriétaires de taxis individuels (CSPTI).
Sellami qui parlait mardi, au cours d’une conférence de presse, à Tunis, a indiqué que « cette augmentation brusque des prix ne sera pas sans impacts négatifs sur le rendement du secteur du transport en général et sur les taxis individuels en particulier ».
D’après le responsable, le parc des taxis individuels qui compte, actuellement, environ 30 mille taxis, emploie 60 000 personnes.
Revenant sur les problèmes auxquels fait face le secteur, le responsable à cité celui de l’ouverture du métier au intrus depuis la révolution, dénonçant un manque de sérieux de la part du ministère des finances et de celui du transport dans le traitement de certains dossiers tels que celui de la révision des primes de l’assurance et la hausse des prix des véhicules qui ont augmenté de 35% depuis 2008.
Pour sa part, Ali Turkia, trésorier adjoint à la CSPTI a appelé à réorganiser le secteur des taxis et de mettre en place des stratégies spécifiques pour réaliser cet objectif.

Les transporteurs et les stations-services aussi

Les chambres syndicales tunisienne du transport et de services ont menacé d’arrêter les activités des sociétés des deux filières en réaction à l’augmentation des prix des hydrocarbures, décidée le lundi 4 mars 2013.

Contacté par l’agence TAP, le président de la Chambre Syndicale Nationale des gérants et propriétaires des stations- services, Mohamed Sadok Bédoui, a déclaré que les professionnels du secteur ont décidé de suspendre les activités des stations-services les 15, 16 et 17 avril 2013, dans tout le pays.
Selon lui, « l’augmentation des prix des hydrocarbures pour la deuxième fois consécutive en l’espace de cinq mois, n’est pas non plus dans l’intérêt des propriétaires et gérants des stations-services, qui voient, ainsi, la pérennité de leurs activités menacée ». « Concrètement, cela déteriore leurs marges bénéficiaires qui devraient normalement être fixées en pourcentage plutôt qu’en millimes », explique-t-il.

Pour Bédoui, la Caisse de compensation générale (CPG) a un rôle à jouer pour aider la filière, dans le sens d’une amélioration de la subvention des coûts des hydrocarbures et des produits pétroliers.

S’agissant du secteur du transport, le président de la chambre syndicale nationale des propriétaires des taxis individuels Moez Sallemi a revendiqué la suppression des Taxes sur le GPL estimées à 320 dinars par an, alors qu’en Europe les utilisateurs du GPL bénéficient d’avantages.
D’après lui, le secteur ( taxis individuels ) souffre, depuis des années, de plusieurs problèmes et d’un cumul de dysfonctionnements.

Pour sa part, Mohsen Bouzid, président de la Chambre syndicale nationale de transport des produits dangereux, a déclaré, à TAP, que les sociétés du secteur sont aussi contre cette augmentation des prix des hydrocarbures et menacent, en réplique, de suspendre leurs activités, les 25, 26 et 27 mars 2013 dans tous le pays.

D’après le président de la chambre, cette augmentation va se répercuter négativement sur le secteur du transport des marchandises, notamment, dans cette conjoncture économique difficile.

Le premier responsable de la chambre nationale de distribution du GPL en gros, Mohamed Mnif, a également appelé l’administration à prendre au sérieux les revendications des entreprises du secteur, indiquant que la chambre menace aussi d’un arrêt des activités les 25 et 26 mars 2013.

La chambre réclame aussi, d’après M.Mnif, de l’associer à la prise de décisions concernant le secteur du transport et de distribution du GPL en gros, appelant à la révision des taux d’augmentation des primes du transport et de distribution à chaque augmentation des prix des hydrocarbures.