mis à jour le

PARCELLES ASSAINIES- ESCROQUERIE, FAUX, USAGE DE FAUX : d’anciens agents du contrôle économique arrêtés pour avoir roulé des grossistes

«Bonjour ! C'est le contrôle économique.» Lorsqu'en sus de cette présentation sommaire, l'on vous brandit une carte professionnelle contrefaite à la perfection et corroborée d'un ordre de mission frappé d'un cachet et d'une signature de «l'autorité de tutelle» pour prouver son statut d'agent assermenté, comment ne pas s'exécuter ? C'est là toute la subtilité du modus opérandi mis en ½uvre par un groupe composé d'anciens fonctionnaires du contrôle économique, d'un gardien de prison et d'un chauffeur contre de naïfs commerçants grossistes de la place. En citoyen lambda, ces derniers qui n'y ont vu que du feu se sont vu déplumés de leurs biens comme des néophytes.

Quid alors de ces délinquants ? Il s'agit, selon des sources concordantes, de l'ancien agent du contrôle économique Abdoulaye S. Mbengue, de son acolyte, gardien de prison à la retraite, Abdoulaye D. D. Sarr et de leur chauffeur, un certain Zakaria. Fort de ce modus opérandi, ils sont parvenus, en faisant preuve d'assurance et de témérité, à empocher des montants portant sur plusieurs milliers de francs, par magasin visité. Mieux, il s'avère qu'ils ont réussi la prouesse de sévir impunément près de trois ans durant. Quasiment tous les quartiers de la capitale, Castors, Gueule-Tapée, Fann, Médina, Colobane, Yarakh, Mariste, Mermoz, les rues Ngalandou Diouf, Parcelles Assainies..., ont été visités par cette bande qui, pour ferrer d'avantage leur «proie», mentionnaient sur l'ordre de mission le nom du quartier ciblé. Revigorés par autant d'ingéniosité, Abdoulaye S. Dia et Cie se sont présentés vendredi dernier, dans la boutique d'un ressortissant guinéen, établi à l'Unité 16 des Parcelles Assainies avant la prière de 14 heures. Malheureusement pour eux, leur présence a été signalée aux hommes du commissaire El H. Dramé, qui se sont de suite déportés sur les lieux. Les présumés escrocs ont ainsi été interpellés et leur recette du jour, 400 000 Fcfa, a été retrouvée par-devers eux. En sus des sept plaignants identifiés les heures qui ont suivi leurs arrestations, une kyrielle de victimes alertées a pris d'assaut le commissariat des Parcelles Assainies. Tout ce beau monde a été déféré hier au parquet.

Source L'Observatteur