mis à jour le

8 mars 2013 à Réo : Mobilisation autour des préoccupations des femmes

Les activités entrant dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme dans la province du Sanguié se sont achevées ce 8 mars 2013 à Réo, chef-lieu de la province, par une cérémonie grandiose marquée entre autre par une parade, des allocutions d'officiels, des chants et danses, de remises de cadeaux.

Placée sous le patronage du haut-commissaire Orokia Barro et sous le co-parrainage de la députée Rosalie Bassolé et du nouveau maire de Réo, Anicet Bazié, la rencontre a drainé du monde, venu des quatre coins de la province et d'autres horizons, notamment de Ouagadougou et de Koudougou.

Le thème de la commémoration de cette journée de la femme, à savoir ''Entrepreneuriat féminin et autonomisation des femmes'' a été au c½ur des différentes allocutions prononcées. La haut-commissaire Barro et le co-parrain Anicet Bazié ont plaidé, chacun, pour la cause de la femme, notamment en ce qui concerne l'entrepreneuriat féminin.

Selon la coordinatrice des groupements féminins, Kanzyomo, quand on parle de l'entrepreneuriat féminin au Sanguié, l'on fait référence à des activités comme l'élevage de porcs, la fabrication du dolo, le petit commerce. Et, plus elles s'adonnent à ces activités, plus elles contribuent aussi aux charges de fonctionnement de leurs foyers, que ce soit pour le paiement des frais de scolarité des enfants, celui des ordonnances ou pour bien d'autres choses.

Pour la marraine Rosalie Bassolé, il s'agit de changer d'approche. Car, dit-elle, la femme au Sanguié a toujours ½uvré inlassablement aux côtés de l'homme pour être autonome en tirant le maximum de revenus de la terre qu'elle a toujours possédée. Mais, qu'aujourd'hui, les exigences de la vie moderne commandaient de changer de méthodes, d'aller de l'avant vers l'entrepreneuriat. « Mettre nos petits moyens ensemble pour construire des réseaux solides, c'est aujourd'hui la clé du succès économique. Nous devrons alors nous adapter, nous former pour réussir ».

Bien allier entrepreneuriat féminin et éducation des enfants

Rosalie Bassolé a aussi insisté sur un aspect pour la réussite du changement de cap, à savoir que les femmes du Sanguié ne doivent pas perdre de vue leurs responsabilités d'épouse et de mère de famille dans la recherche de l'amélioration de leur situation. « Je voulais attirer votre attention sur la question de l'encadrement de nos enfants qui, si nous n'y prenons garde, risque de devenir secondaire dans notre quête de mieux -être économique. Nous devrons alors bien allier ces deux préoccupations pour éviter de tuer nos petites entreprises et initiatives, tellement nous nous retrouverons à payer des médicaments pour soigner des maladies qui, quelque fois, s'avèrent inguérissables ou encore à nous retrouver avec des enfants dans la rue, chose que, malheureusement, nous commençons à découvrir chez nous ».

La députée a naturellement saisi l'occasion pour remercier encore les électrices et électeurs qui lui ont permis de devenir parlementaire. Et de réaffirmer son engagement aux côtés des femmes pour la recherche des solutions à leurs préoccupations.

Outre sa promesse de réaliser une maison de la femme dans chacune des 9 communes de la province, elle a déjà acquis des dizaines de plates-formes multifonctionnelles (34 au total) pour les groupements féminins. Elle entend, par ailleurs, mettre l'accent sur l'alphabétisation des femmes et la scolarisation des filles. Car, elle est convaincue d'une chose : sans connaissance, l'entrepreneuriat féminin et la participation des femmes aux instances politiques et administratives resteront toujours problématiques.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net