mis à jour le

Saint Louis : Les populations de Ndiébene Gandiol accusent les autorités d’octroyer leurs terres à des privés.

Les populations de Ndièbène Gandiol ne sont pas contentes de ce qui se passe dans leur communauté rurale. Dans un communiqué, Ils alertent l'opinion sur le fait que les autorités locales et l'administration territoriale s'empressent d'octroyer des terres à des privés, au moment où, selon elles, les ayants droit sont abandonnés et méprisés par les autorités locales. Depuis l'ouverture de la brèche en 2003, ils ont fait face à la montée des eaux avec l'avancée de l'océan sur le fleuve qui a fini d'engloutir des terres qui étaient jadis habitées, et ceci, sans le soutien des autorités. Aucun effort de recasement n'a été fait malgré leurs demandes incessantes auprès des autorités. C'est ainsi, rappellent-ils, que le village de Doune Baba Dièye a été rayé de la carte. Pour éviter que le même scenario n'arrive à des localités Pilotes comme Barre, Tassinere, Mouit, Moubaye, Degou Niaye, Lakhlare et Mbaw, ils ont tiré sur la sonnette. « Nous ne pouvons pas comprendre que le PCR et la sous préfecture accordent des terres d'une surface de 1 hectare et de 1.8 hectare à des privilégiés et zéro hectare aux défavorisés qui sont pourtant des sinistrés. Tout cela sent la corruption. Nous, les jeunes de la communauté rurale de Ndiébène Gandiol, dénonçons cette politique de mal gouvernance et de favoritisme », peut-on lire dans le communiqué. Ils interpellent directement le président de la République et exigent que le foncier de la communauté rurale soit audité dans les plus brefs délais, pour que les responsabilités soient situées et que justice soit rendue aux sinistrés.

REWMI.COM/MK