mis à jour le

Manifestations contre lé régime, Casablanca, février 2011. © CHAFIK / AFP
Manifestations contre lé régime, Casablanca, février 2011. © CHAFIK / AFP

Un printemps arabe qui se fait toujours attendre au Maroc

De nombreuses mobilisations ont traduit le besoin de changement, sans réussir à imposer des réformes profondes du régime.

Pour certains observateurs, le Maroc serait une exception en raison du multipartisme et des formes d'ouvertures politiques opérées depuis deux décennies mais aussi  de «l'épaisseur historique» de l'état makhzen et de sa capacité à s'ajuster aux transformations sociales. En d'autres termes,  le pouvoir malgré la crise sociale, les inégalités sociales criantes, son despotisme institutionnel aurait la capacité de réguler  les contradictions qui émergent, de neutraliser les oppositions et de canaliser les revendications.

Pourtant, il y a lieu  de se demander s'il s'agit d'une situation d'exception historique ou de sursis conjoncturel. Au Maroc, un processus de délégitimation du pouvoir absolu est enclenché et les éléments  d'une rébellion sociale et démocratique sont en train de s'approfondir, de s'accumuler et se combiner,  au-delà des apparences immédiates. Sans que l'on puisse prédire les rythmes et les formes d'un soulèvement populaire. Une révolution nait quand « ceux d'en bas » n'acceptent plus  d'être gouvernés comme avant et  quand « ceux d'en haut « n'arrivent plus à imposer et légitimer leur pouvoir. Or plusieurs facteurs tendent  à faire émerger « ce possible ».

Une crise économique sans précèdent

Le rapport social de l'ODT note:

«Le déficit du compte courant de la balance des paiements a atteint 62,8 milliards de DH soit 10% du PIB. Déficit très lourd et jamais inégalé, en plus d'un déficit commercial aux alentours de 22% du PIB, soit 183 Milliards de DH  et un taux de croissance  ne dépassant pas les  2,8% ; tandis que le taux d'endettement a atteint 65% du PIB soit 196 milliards de DH soit  6,8 milliards de plus que 2011 et l'endettement public continue sa progression en flèche, en hausse actuellement de  8,5%. La dette globale (intérieure et extérieure)  a atteint 583 milliards de DH dont celle de l'administration centrale qui  représente désormais 56,8 du PIB  au lieu de 53,7 à la fin de l'année  2011».

Sans parler de la contraction des activités dans une série de secteurs, le recul des investissements, la fragilité du système bancaire. Il faut cependant  aller au-delà des chiffres ou d'autres indicateurs.

Le propre des accords de libre-échanges signés avec l'Union européenne et les USA, c'est de mettre en concurrence directe des économies à productivité différente, des nains contre des géants dans un ring sans arbitre.  L'année 2013 est d'abord la fin des accords intérimaires et progressifs, laissant place aux mécanismes d'une concurrence généralisée dont le coût social va être majeur dans la décennie à venir. Les politiques d'ajustement structurel imposées dans les années 80, malgré leur violence sociale, ne sont rien en comparaison des «réformes» exigées, sans compter les exigences des institutions financières internationales en raison des prêts récemment accordées.  Cette contrainte structurelle va déterminer l'horizon économique dans un espace-temps court.

L'autre élément à prendre en compte  est la nature durable de la crise du capitalisme mondial et la manière dont elle affecte l'union européenne qui apparait comme le maillon faible des puissances dominantes.  L'économie locale fortement dépendante ne peut s'appuyer sur une croissance des exportations et une diversification des marchés et, sur le plan interne, sur une consolidation du secteur productif et du tissu économique fortement exposés à la concurrence internationale. Un véritable n½ud coulant est en train de se mettre en place accentué par les politiques «  de lutte contre les déficits publiques », qui ne sont  en réalité,  que des politiques d'austérités généralisées dont l'effet majeur est de renforcer la récession...

 Lire la suite ici.

Mamfakinch

Ses derniers articles: Paying for the sins of others  Anouzla, ce terroriste !  العلاقة مع السلطة… بعيداً عن السجال 

Mohammed VI

Maroc

Dans leur précédent livre, Catherine Graciet et Eric Laurent qualifiaient Mohammed VI de «roi Midas»

Dans leur précédent livre, Catherine Graciet et Eric Laurent qualifiaient Mohammed VI de «roi Midas»

AFP

Affaire Mohammed VI: deux journalistes français toujours en garde à vue

Affaire Mohammed VI: deux journalistes français toujours en garde à vue

Droits des femmes

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

islam

Religion

Le Ramadan est-il vraiment l'ennemi de la productivité en Algérie?

Le Ramadan est-il vraiment l'ennemi de la productivité en Algérie?

Slate.fr

Les lycéens musulmans qui passent le bac pendant le Ramadan peuvent-ils s'abstenir de jeûner?

Les lycéens musulmans qui passent le bac pendant le Ramadan peuvent-ils s'abstenir de jeûner?

Religion

La Chine interdit le jeûne du Ramadan dans les régions musulmanes

La Chine interdit le jeûne du Ramadan dans les régions musulmanes

révolution

AFP

Le spleen de la révolution égyptienne, dans une biennale d'art urbain en Allemagne

Le spleen de la révolution égyptienne, dans une biennale d'art urbain en Allemagne

AFP

Tunisie: l'anniversaire de la révolution tourne au désordre au palais présidentiel

Tunisie: l'anniversaire de la révolution tourne au désordre au palais présidentiel

AFP

Vautier: un rôle important dans la révolution algérienne

Vautier: un rôle important dans la révolution algérienne