mis à jour le

Où est passé l'assassin présumé de Chokri Belaid?

qui-a-tue-chokri

Dans un article publié sur le site de la chaine de télévision Al Arabia aujourd’hui 12 mars on apprend que le ministre de l’Intèrieur algérien dément l’extradition et même la détention

Dans un article publié sur le site de la chaine de télévision Al Arabia aujourd’hui 12 mars on apprend que le ministre de l’Intèrieur algérien dément l’extradition et même la détention du suspect présumé de l’assassinat de Chokri Belaid, contrairement à ce qui est annoncé par le journal tunisien Echorouk.

Le ministre de l’Intérieur algérien a démenti l’information selon laquelle l’Algérie aurait extradé lundi l’assassin présumé du leader de l’opposition tunisien Chokri Belaïd.

Le ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia a même démenti le fait que les autorités algériennes ont détenu un suspect en garde à vue.

Ces déclarations ont été faites après que le journal tunisien Echorouk ait rapporté que l’Algérie avait extradé Kamel Kadkad, soupçonné d’avoir assassiné Chokri Belaid.

Le journal annonçait que « l’assassin présumé de Chokri Belaïd a été arrêté par les autorités algériennes après l’obtention d’informations suite à l’utilisation d’un satellite sophistiqué. Il a été extradé vers la Tunisie sans que le juge d’instruction n’ait été informé par les autorités tunisiennes concernées. »

Après l’assassinat de Chokri Belaid le 6 février 2013, des rumeurs ont circulé disant que le suspect avait passé la frontière algérienne.

Suite à l’assassinat les autorités tunisiennes ont d’abord blâmé des «extrémistes» avant d’annoncer l’arrestation d’un groupe d’islamistes extrémistes. Des partis politiques et des organisations de la société civile ont accusé le gouvernement d’avoir était trop laxiste dans sa réponse aux groupes salafistes qui ont attaqués ces derniers mois des cinémas, des théâtres, des bars et même des individus.

Après le meurtre de Chokri Belaid, qui a été le premier assassinat politique du genre en Tunisie en une décennie, le Premier ministre Hamadi Jebali a démissionné, après avoir échoué à former un gouvernement de technocrates qui aurait dû apaiser la situation et amener la Tunisie à organiser des élections.

Le président Moncef Marzouki a demandé au ministre de l’Intérieur, Ali Larayedh de former le nouveau gouvernement.

Chokri Belaid

Dialogue national

La Tunisie retient son souffle

La Tunisie retient son souffle

Tunisie

L'opposition veut la chute d'Ennahda

L'opposition veut la chute d'Ennahda

Mobilisation

Vendredi de colère en Tunisie

Vendredi de colère en Tunisie