mis à jour le

Tunisie: vif débat à la Constituante sur le calendrier électoral

Des élus de l'opposition tunisienne ont brocardé lundi le calendrier politique "pas réaliste" de la majorité, qui prévoit l'adoption de la Constitution début juillet et des élections le 27 octobre 2013, un échéancier soumis au vote des députés au plus tôt mardi.

"Les discussions vont se poursuivre demain" mardi, a déclaré à l'AFP Moufdi Mssedi, un responsable du cabinet de la présidence de l'Assemblée nationale constituante (ANC).

Selon lui, au plus tôt le calendrier sera soumis mardi aux élus, qui doivent aussi tenir ce jour-là un vote de confiance au gouvernement, dirigé par Ali Larayedh du parti islamiste Ennahda.

Les élus de l'opposition ont critiqué avec virulence cet échéancier présenté lundi après-midi par la présidence de la constituante.

"Les dates fixées pour les élections ne sont pas réalistes, je crains qu'il s'agisse d'un poisson d'avril", a clamé Mohamed Allouch, un député indépendant. "Nous estimons que les élections ne peuvent avoir lieu avant mars 2014 (...) arrêtons de mentir au peuple tunisien, disons-lui la vérité", a-t-il ajouté.

"Nous dénonçons cette précipitation autour de l'annonce de ce calendrier", a lancé de son côté le député Mohamed Hamdi du parti Alliance démocratique.

A l'inverse, Sahbi Attig, chef du groupe parlementaire d'Ennahda, a déclaré être "d'accord avec ces rendez-vous".

Le calendrier --très serré-- proposé lundi prévoit que le projet de Constitution soit achevé le 27 avril, et que le texte soit définitivement voté le 8 juillet, après un débat à partir de la mi-mai. Il fixe aussi au 27 octobre les prochaines élections, après l'adoption de la loi électorale le 13 septembre 2013.

Cet échéancier vise à sortir le pays d'une profonde impasse politique liée à l'absence d'un consensus réunissant les deux-tiers des députés notamment sur la question clé du type de futur régime.

Plusieurs dates de ce type ont été annoncées ces derniers mois sans jamais être respectées. A l'origine, la classe politique s'était engagée à finir la Constitution en octobre 2012, soit un an après l'élection de l'assemblée.

Fin février, l'ONG Al Bawsala, seule organisation à suivre en totalité les débats de l'ANC, avait souligné les graves dysfonctionnements de l'assemblée, dont les travaux sont ralentis par l'absentéisme et l'obstruction parlementaire. Encore lundi, les séances du matin et de l'après-midi ont débuté chacune avec deux heures de retard.

Al Bawsala estime qu'un calendrier réaliste fixerait l'adoption de la Constitution durant la première quinzaine de septembre et les élections au 12 janvier 2014, laissant le temps aux députés d'adopter une loi électorale et aux autorités d'enregistrer les électeurs.

Ces désaccords bloquent la mise en place d'institutions stables, plus de deux ans après la révolution. Cette crise a été aggravée par l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd dont la mort le 6 février a entraîné la démission du gouvernement.

Le cabinet qui sera soumis mardi à l'ANC a reconduit la coalition malaisée entre les islamistes et deux partis laïcs tout en l'élargissant à des indépendants. Cette équipe devrait obtenir sans mal la confiance des députés.

M. Larayedh a assuré que son gouvernement resterait en fonction au plus tard jusqu'à la fin de l'année 2013, laissant ainsi entendre que les nouvelles institutions seront en place avant le 3e anniversaire de la révolution tunisienne, le 14 janvier 2014.

AFP

Ses derniers articles: Au musée de l'histoire afro-américaine, de la fierté et des larmes  Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine  L'Ouganda tente d'en finir avec l'une des routes les plus dangereuses au monde