mis à jour le

La diffusion d'une sextape mobilise au Cameroun contre le sexisme et les violences

C'est une sextape qui a provoqué l'indignation au Cameroun: en juin, des photos et vidéos d'une jeune femme de 24 ans, entretenant des rapports sexuels dans le bureau d'un célèbre journaliste ont été diffusées sans son consentement sur les réseaux sociaux.

Depuis, des internautes et associations de défense des droits des femmes dénoncent la banalisation du sexisme et des violences sexuelles au Cameroun.

Les avocats de la jeune femme, Malicka, ont déposé une citation directe pour que les deux hommes impliqués dans l'affaire soient entendus par un tribunal. Le parquet n'a pour l'heure pas donné suite et l'un d'entre eux, Guy Olivier Moteng, a annoncé à l'AFP le dépôt d'une plainte dans les prochains jours, sans préciser les motifs.

Les images de la sextape ont été tournées dans le bureau du journaliste Martin Camus Mimb, directeur de Radio Sport Info, basée à Douala, dans le sud du pays. 

M. Mimb a, dans un premier temps, expliqué que deux visiteurs, la jeune Malicka et Wilfrid Eteki, chef traditionnel et ami du journaliste, avaient profité de son absence pour entretenir des rapports sexuels dans son bureau, promettant d'engager des poursuites. 

Mais rapidement accusé lui-même d'avoir pris part aux ébats, M. Mimb a reconnu sa participation tout en regrettant "cette situation malheureuse". "Malicka, toi dont la dignité et l'honneur ont été bafoués, je te demande pardon", a imploré dans une lettre le journaliste, sans parvenir à éteindre la polémique.

Ni M. Nimb ni son avocat n'ont réagi aux sollicitations de l'AFP.

Après la diffusion de la sextape, une mobilisation est apparue sur les réseaux sociaux, pour dénoncer et sensibiliser sur les violences sexuelles et sexistes. Minou Chrys-Tayl, une des figures de cette mobilisation et militante féministe, a appelé les victimes à libérer leur parole, et des témoignages de femmes ont commencé à affluer, rapporte-t-elle.

- "Chantage sexuel" -

Le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) avait estimé en janvier 2016 que plus d'un tiers des femmes au Cameroun avaient subi des cas de viol ou d'agression sexuelle dans leur vie.

"Nous vivons dans une société où les bourreaux ne sont jamais attaqués, ni par la société ni par la justice", explique à l'AFP l'écrivain Félix Mbetbo, auteur du livre "Coupez-leur le zizi", un recueil de témoignages de victimes d'agressions sexuelles.

"En tant que femme entrepreneure, je suis confrontée au quotidien, non pas au harcèlement sexuel, mais au chantage sexuel. Lorsque je suis allée dans certaines entreprises déposer un dossier marketing pour solliciter un accompagnement, une publicité par exemple, il est arrivé, à plusieurs reprises, qu'on me dise :+Si tu me donnes la chose là (sexe), ça va aller facilement+", témoigne Valgadine Tonga.

"C'est difficile en tant que femme de travailler", poursuit-elle.

L'affaire de la sextape a fait apparaître des dissensions au sein même du gouvernement.

Des personnalités du monde politique avaient apporté leur soutien au journaliste, dont un ministre de premier plan qui a par la suite effacé ses propos des réseaux sociaux.

Marie Thérèse Abena Ondoua, ministre de la Promotion de la femme et de la famille, a pour sa part dénoncé des "actes abominables et malsains qui font de la jeune femme un objet et un objet sexuel sans valeur". 

Mercredi, la Commission des droits de l'Homme du Cameroun a condamné avec "force la capture et la diffusion à travers les réseaux sociaux (...) d'images et de vidéos indécentes, choquantes ou violentes, qui portent gravement atteinte à la dignité humaine". 

Malicka est aujourd'hui "très affectée par le fait que son image ait été étalée à travers le monde. Son image est complètement brisée", regrette Dominique Fousse, avocate de la jeune femme. "Sa famille a décidé de la faire suivre par un psychologue. Le suivi a commencé", ajoute-t-elle.

Au Cameroun, "le problème des violences sexuelles est extrêmement fort car il y a un problème de non-reconnaissance de l'humanité des femmes", affirme à l'AFP Minou Chrys-Tal. Selon elle le harcèlement sexuel est un "fléau que nous retrouvons à la tête de nos institutions, dans les petits bureaux, dans les maisons avec les employées de maison". 

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

Cameroun

AFP

Des exactions commises par l'armée et les séparatistes au Cameroun anglophone (HRW)

Des exactions commises par l'armée et les séparatistes au Cameroun anglophone (HRW)

AFP

Des motos géantes pour désenclaver les villages du Cameroun

Des motos géantes pour désenclaver les villages du Cameroun

AFP

Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit

Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit

diffusion

AFP

Tanzanie: un journaliste arrêté pour diffusion de fausses nouvelles

Tanzanie: un journaliste arrêté pour diffusion de fausses nouvelles

AFP

Gambie: "enquête" après la diffusion d'une conversation de Jammeh

Gambie: "enquête" après la diffusion d'une conversation de Jammeh

AFP

Tunisie: la télé publique menace de suspendre la diffusion du foot

Tunisie: la télé publique menace de suspendre la diffusion du foot

sexisme

sexisme

Les «dames de fer» n'existent que dans la tête des hommes

Les «dames de fer» n'existent que dans la tête des hommes

sexisme

Pourquoi si peu de femmes?

Pourquoi si peu de femmes?

Egalité

Ne prenez plus les femmes botswanaises pour des sous-hommes

Ne prenez plus les femmes botswanaises pour des sous-hommes