mis à jour le

Mali: rares tensions entre soldats et policiers

Des incidents rares ont opposé soldats et policiers maliens au cours du week-end, conduisant l'armée à promettre des sanctions et à rappeler la priorité de défendre les populations de ce pays en proie à la propagation jihadiste et aux violences.

Une vidéo d'origine indéterminée diffusée sur les réseaux sociaux montre des soldats en armes approcher deux policiers, les frapper et les forcer à abandonner leur poste au bord de la route samedi à Mopti (centre). D'autres incidents ont été rapportés à Sévaré (centre) et Kayes (ouest).

Ils impliquent essentiellement des membres de la garde nationale, une composante de l'armée investie de missions de défense des institutions et de maintien de l'ordre.

Le Mali est le théâtre de multiples violences depuis le déclenchement de rébellions indépendantistes et jihadistes en 2012 dans le nord. Les deux tiers de ce vaste territoire échappent au contrôle de l'Etat central qui fait face avec des moyens sous-dimensionnés à la crise non seulement sécuritaire, mais politique et économique. Deux coups d'Etat successifs, en août 2020 et mai 2021, ont ajouté aux inquiétudes quant à l'évolution de ce pays pauvre mais crucial pour la stabilité au Sahel.

Dans un contexte de dégradation continue, les tensions entre l'armée et la police sont rares.

Elles sont apparues à la suite d'un incident survenu vendredi soir à Bamako lors d'un contrôle de police qui a dégénéré mais a donné lieu à des versions divergentes selon les sources.

L'état-major des armées a parlé d'incidents "isolés", dans un communiqué publié samedi soir. "Des enquêtes sont en cours" et des "mesures disciplinaires" seront prises, a-t-il dit.

Il a appelé au calme. Il "rappelle que la priorité des forces reste la défense de l'intégrité territoriale et la sécurité des personnes et des biens".

Abass Dembélé, gouverneur de la région de Mopti, a indiqué à l'AFP que les responsables de l'agression de Mopti avaient été arrêtés et remis à la gendarmerie. "L'incident est clos", a-t-il dit.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

policiers

AFP

Nord-Ouest du Nigeria: treize policiers tués par des voleurs de bétail

Nord-Ouest du Nigeria: treize policiers tués par des voleurs de bétail

AFP

Deux policiers tués par balles dans le sud du Nigeria

Deux policiers tués par balles dans le sud du Nigeria

AFP

Afrique du Sud: deux policiers arrêtés pour le meurtre d'un adolescent trisomique

Afrique du Sud: deux policiers arrêtés pour le meurtre d'un adolescent trisomique

soldats

AFP

Le Tchad retire 600 soldats de la force du G5 Sahel

Le Tchad retire 600 soldats de la force du G5 Sahel

AFP

Mali: trois soldats maliens tués dans l'explosion d'une mine artisanale près de Ménaka

Mali: trois soldats maliens tués dans l'explosion d'une mine artisanale près de Ménaka

AFP

Burkina: au moins 12 soldats tués dans le nord-ouest proche du Mali

Burkina: au moins 12 soldats tués dans le nord-ouest proche du Mali

tensions

AFP

Nigeria: la nouvelle loi pétrolière attise les tensions dans le delta du Niger

Nigeria: la nouvelle loi pétrolière attise les tensions dans le delta du Niger

AFP

Afrique du Sud: déblayer les décombres, apaiser les tensions raciales

Afrique du Sud: déblayer les décombres, apaiser les tensions raciales

AFP

"Des pillards ? Nous on tire": peur et tensions raciales en Afrique du Sud

"Des pillards ? Nous on tire": peur et tensions raciales en Afrique du Sud