mis à jour le

Dans l'Est de la RDC, la Monusco au coeur du volcan

L'hélicoptère blanc siglé d'un "UN" noir atterrit dans un paysage lunaire. Aucune vie à la ronde. Des squelettes d'arbustes, des fumerolles acides à l'odeur de soufre qui emplissent les poumons et coupent la respiration.

Alors que la ville de Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) tremble depuis des jours au rythme des grondements du volcan Nyiragongo, la Mission de l'ONU dans le pays (Monusco) apporte un précieux soutien logistique pour la surveillance des volcans de la zone.

La Monusco a mis à disposition ses hélicoptères et ses drones, avec à ce jour onze vols de reconnaissance d'hélicoptères et six vols de drones, explique à l'AFP le porte-parole de la Mission, Mathias Gillman. "Pour aider, dans l'urgence le soir de l'éruption, à voir où se dirigeait la lave. Puis les jours suivants, pour que les volcanologues puissent faire leur travail, évaluer la situation et aider les autorités à prendre les bonnes décisions".

Ce jour-là, le Puma de la Monusco piloté par un équipage sud-africain s'est posé sur le cratère fumant et en activité du Nyamuragira, un volcan voisin de moins de huit kilomètres du Nyiragongo.

L'hélicoptère a décollé quelques minutes auparavant du tarmac quasi désert de l'aéroport de Goma, officiellement fermé, et à quelques centaines de mètres de la langue de lave crachée des flancs du volcan le 22 mai et qui est venue s'immobiliser à la lisière nord de la ville.

A son bord: d'éminents volcanologues, et quelques journalistes, dont un de l'AFP. L'appareil décolle, survole Goma, grise, comme une photo dénaturée, à cause de la cendre. Paysages magnifiques au nord de la ville. D'anciens cratères éteints, recouverts de champs de maïs, de manioc, avec le soleil couchant et le Nyiragongo en arrière-plan qui crache son panache de cendres noires, de gaz et de vapeur d'eau.

- Drone et k-way -

L'hélico survole à très basse altitude le cratère du Nyamuragira, où l'on peut voir par endroits la lave en fusion sortir du sol en crachats visqueux. Il se pose dans le cratère, sur une partie de la croûte volcanique solidifiée.

Un homme saute de la soute de l'appareil, semble ravi et particulièrement à l'aise. Le volcanologue italien Dario Tedesco, qui a vécu plusieurs années à Goma et connaît presque par coeur l'imposant volcan.

Dans son k-way vert, à la main une valise contenant un drone, il part seul au milieu des fumerolles de soufre et d'un brouillard épais (le Nyamuragira culmine à près de 3.500 mètres). M. Tedesco a l'air ici chez lui, dans ce cratère noir et hostile.

Il déplie son petit héliport pour drone, comme s'il s'agissait d'un jouet pour enfant, un carré de plastique bleu d'un mètre de côté marqué d'un gros H. L'objectif est de voir la lave jaillir, à travers la caméra du drone, pour mieux comprendre ce qui est en train de se passer dans les entrailles de la bête. 

La croûte de lave durcie se casse sous les pieds. En une heure, trois éboulements des parois internes du cratère viennent rompre le silence dans un grondement lent et profond, faisant frisonner les importuns du jour. Il est temps de repartir, et de rejoindre le monde des hommes, en bas, au bord du lac Kivu.

Mais pas sans un examen attentif du sommet du Nyiragongo, dont le cratère, en fusion ou en intense activité, est évidemment inaccessible lui. On n'en distingue même plus les contours. Tout est dissous dans les nuages et une immense colonne de cendres qui monte haut dans un ciel violet-orange-rouge, avec le soleil couchant et le lac Kivu en arrière-plan.

Puis vient la redescente vers Goma, un vol en rase-mottes à quelques mètres au-dessus des eaux du lac, avec ses rives aux villas gigantesques de riches Congolais, ses "guesthouses" d'ONG internationales, et restaurants de luxe à la vue paradisiaque.

Une dernière acrobatie au-dessus de l'aéroport, et c'est la descente à terre. Les genoux qui flagellent et l'impression d'avoir mis les pieds, quelques minutes seulement, sur une autre planète. On était pourtant à une dizaine de kilomètres de Goma.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

monusco

AFP

RDC: l'ONU prolonge le mandat de la Monusco jusqu'

RDC: l'ONU prolonge le mandat de la Monusco jusqu'

AFP

RDC : deux Casques bleus de la Monusco portés disparus

RDC : deux Casques bleus de la Monusco portés disparus

AFP

RDC: la Monusco sans nouvelle d'un Casque bleu tanzanien depuis décembre

RDC: la Monusco sans nouvelle d'un Casque bleu tanzanien depuis décembre