mis à jour le

Vision Express sur… : Que deviendra Bobo-Dioulasso dans 5 ans encore ?

« Je ne comprends rien au développement de la ville de Bobo-Dioulasso. Elle a toujours le même visage, les mêmes symboles, les mêmes rues, les mêmes goudrons avec ses nids de poules.... Rien n'évolue. La situation amène à se demander si les premiers responsables de la ville ont la notion d'évolution, de changement dans les esprits », déplorait ainsi un natif de la « belle » et « douce » cité de Sya.

Ville atypique, selon certains dires, Bobo-Dioulasso est sans doute une localité à part entière du Burkina Faso. Mais, doit-on soutenir cette particularité qui fait d'elle une ville « sans ambition » ?

En effet, à Bobo-Dioulasso, et cela sans se tromper, l'on ne peut compter que 7 bons bitumes. Les monuments, quant à eux, s'égrènent sur les bouts des doigts d'une main. Aucun espace attractif et de détente. En termes d'infrastructures, tout s'assemble et se ressemble à Bobo-Dioulasso. Fort heureusement que le centenaire du Burkina Faso a été commémoré dans la cité de Guimbi Ouattara, mais deux ans après, tout est retombé en léthargie. En outre, une fois la nuit venue, Il faut se garder de circuler. Car Bobo-Dioulasso semble divorcer d'avec ce qu'on peut appeler l'éclairage public pendant que, même, dans les communes rurales on parle d'électrification intégrante. Nombreuses sont les rues et autres grandes artères de la cité de Sya qui ne sont plus éclairées depuis plusieurs mois. Que dire des feux tricolores ? On pourra donc dire que l'ancienne nouvelle équipe qui vient d'arriver à la tête de la commune a du boulot et beaucoup de pain sur la planche. Seront-ils de bon boulangers ?

Certains ont fini par se demander si Bobo-Dioulasso restera ainsi pour les cinq ans à venir. Loin de médire sur les actions entreprises et réalisées ces cinq dernières années, il faut reconnaitre que la cité de Guimbi Ouattara a seulement bougé d'un pas. Nul pourtant ne doute des potentiels aussi bien sociaux, culturels qu'économiques... dont regorge la ville. Sa position stratégique fait d'elle, la ville renommée des rencontres de diversités culturelles, facteurs de solidarité, de cohésion et de paix sociale...

Bobo-Dioulasso la belle, la douce, la coquette, comme disent certaines... ne peut et ne doit pas rester ainsi encore les cinq ans à venir. Elle doit changer de visage, d'accoutrement... Les scénari de développement communal doivent être les plus innovants et réalisables. Dans les cinq années à venir, que les voies, surtout, dans le centre-ville soient praticables. Enfin, que Bobo-Dioulasso ressemble ne serait-ce que tant soit tout petit peu à un grand centre urbain.

Bassératou KINDO

L'Express du Faso