mis à jour le

Insécurité et opération de maintien de la paix : L'Armée de terre tient ses premières Forces spéciales au 25e RPC

L'Armée de terre a effectué la remise d'attestation à la centaine d'hommes de sa toute première compagnie de Forces spéciales, le jeudi 7 mars 2013 à Bobo-Dioulasso. Formé par des instructeurs hollandais dans le cas du programme de la coopération militaire « Flintlock » 2013, ce corps d'élite est « une plus- value » dans un contexte d'insécurité dans la sous-région et dans le monde.

Pendant huit semaines, ils auront bravé et réussi les exercices dans le camp Ouezzin-Coulibaly et de terrain dans les brousses de Diaradougou, Saouleni et la forêt classée de Dinderesso entre autres pour être déclarés aptes. La compagnie Forces spéciales est composée de 3 sections dont la 3e est présentement en man½uvre en Mauritanie. Afin de témoigner cette aptitude, les éléments des deux sections présentes ont effectué des démonstrations. Il s'agit de combats corps à corps au cas où le militaire, sur un théâtre de conflit est à cours de munition ou en cas de problème avec son arme. Le poste de contrôle ou « check point » a aussi fait l'objet de démonstration à l'occasion de laquelle, ils procèdent à la fouille minutieuse d'un passager et de son véhicule quand ils estiment qu'il est suspect.

Prises en embuscade, ou encore dans les combats simples ou avec blessés, les forces spéciales ont prouvé à l'assistance, comment le groupe se soustrait et prend en compte ses blessés quand il est pris à partie par un ennemi quand il se déplace. A entendre le commandant des Forces spéciales néerlandaises, le colonel Jan Swillens, l'accent a donc été mis sur le travail de terrain quand les troupes sont à pied notamment les contacts, la planification des opérations et la riposte. Pour cette formation qui s'inscrit dans le cadre l'édition 2013 du programme de coopération militaire, Flintlock, le colonel Swillens, « comme en Afghanistan, c'est très clair que ce n'est pas les Burkinabè qui ont appris de nous, mais nous avons aussi beaucoup appris d'eux ».

Il s'est aussi dit certain que là où ira l'Armée burkinabè, elle aura du succès au regard de la motivation des hommes, la volonté d'apprendre et la persévérance. Autant pour le commandant de la compagnie Forces spéciales du 25e RPC, le lieutenant Honoré Sya que pour le Chef d'Etat-major de l'Armée de terre (CEMAT), le colonel-major Oumarou Sadou, cette formation est d'un intérêt certain pour les Forces armées nationales. « La formation a toujours un intérêt pour des Forces armées et plus particulièrement dans le contexte actuel que nous vivons, que ce soit la situation au Mali et la participation de nos FAN aux missions de maintien de la paix et de soutien à la paix dans le monde. C'est donc une plus- value », a soutenu le CEMAT. Promettant que lui et ses hommes en feront bon usage, le lieutenant Honoré Sya a souhaité un soutien matériel et un renfort du 25e RPC en effectif.

Jean-Marie TOE

Sidwaya