mis à jour le

Burkina Faso –Japon : Une coopération dynamique et fructueuse

Les relations entre Le Faso et le pays du soleil levant se portent bien. C'est ce qui ressort de la conférence de presse animée, ce jeudi, 7 mars 2013 à Ouagadougou, par les membres de l'équipe de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

En effet, des présentations faites par Morishita Hiromichi, représentant de la JICA au Burkina, et ses différents collaborateurs, chacun selon son domaine de responsabilité ou de compétence, il se dégage clairement que la coopération nipponne avec le Burkina se situe à plusieurs niveaux et touchent plusieurs secteurs d'activités correspondant aux priorités du gouvernement burkinabè en matière de développement socioéconomiques. La stratégie d'intervention sur le plan diplomatique se fait soit au niveau bilatéral, soit au niveau multilatéral. Sur le plan technique, la coopération japonaise se traduit au niveau du Burkina entre autres par des aides financières non remboursables ; par la réalisation, construction ou la fourniture d'équipements à travers le financement sans obligation de remboursement ou encore par l'envoi d'experts et de volontaires, l'accueil de stagiaires, la mise en ½uvre des projets de coopération technique et de différentes études.

100% de succès au CEP

Les programmes mis en ½uvre au Burkina par le Japon répondent généralement aux besoins réels du terrain ; ils permettent de réaliser des objectifs de développement à moyen et long terme et mettent en synergie des modalités de manière intégrées.

Les programmes déjà développés concernent par exemple, l'agriculture (l'amélioration de la productivité des semences ou l'aquaculture ) ; l'éducation avec notamment le Projet d'appui aux Comités de Gestion d'Ecole (PACOGES) qui permis à certaines écoles comme celle de Gounghin nord D d'atteindre des taux de succès de 100% au Certificat d'études primaires (CEP).

Autre domaine d'intervention des Japonais au Faso : l'assainissement où des actions encourageantes ont été réalisées dans le Plateau. Il est également question d'un projet de recherche-action en cours qui pourrait, s'il connaissait un aboutissement heureux, contribuer à rehausser le taux de personnes ayant accès à des latrines décentes et à moindre coût.

Chronologiquement, la coopération burkinabè nipponne s'est développée progressivement à partir de 1998. En 1998 ZVEC d'abord l'envoi des premiers volontaires. Il y a eu ensuite un bureau en 2006. Globalement, le Japon se classe 5e rang au niveau des partenaires techniques et financiers du Burkina et 8e au niveau des partenaires multilatéraux avec 37, 38 millions de dollars US.

Cette coopération fructueuse du pays du soleil levant a néanmoins toujours besoin d'être renforcée pour le bonheur des peuples Burkinabè et japonais.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes