mis à jour le

Assassinat d'une fille par un militaire à Ouagadougou : les députés de l'ADJ condamnent « ce crime odieux »

Si une affaire alimente actuellement les causeries, c'est sans doute l'assassinat d'une jeune fille, Bernadette Tiendrébéogo par un militaire, le caporal Alphonse Lompo, à Dassasgho, un quartier de Ouagadougou. Le groupe parlementaire Alternance, Démocratie et Justice (ADJ), qui tient les 11 et 12 mars 2013, ses journées a condamné cet assassinat.

« C'est très regrettable que des situations de ce genre se produisent encore dans notre pays. Nous condamnons fermement de tels agissements et disons que la justice doit se saisir de cette affaire afin de faire toute la lumière et sanctionner le fautif. Car ce crime est prémédité et il est impératif que l'auteur soit sanctionné », a indiqué Ibrahima Koné, président du groupe parlementaire ADJ.

Cette affaire qui a fait des gorges chaudes toute la journée d'hier est, selon les autorités, entre les mains de la justice. L'auteur du forfait serait déjà arrêté par les forces de l'ordre. « Les choses doivent être réglées selon les principes d'un Etat de droit », a ajouté le président du groupe parlementaire ADJ.

Pour justement contribuer à renforcer la démocratie au Burkina, les 10 députés qui composent le groupe vont se pencher, durant 48 heures, sur le thème : « Elections couplées de décembre 2012 : quels enseignements à tirer ? » Pour l'honorable Ibrahima Koné, il s'agira de réfléchir à la préservation des acquis. « Je voudrais inviter toutes les forces vives de notre pays ainsi que toutes ses couches sociales à la vigilance pour non seulement la préservation des acquis démocratiques mais surtout pour l'enracinement de la démocratie au Burkina Faso », a-t-il ajouté.

A l'issue des élections couplées Législatives-Municipales de décembre passé, la gestion de l'institution « Chef de file » passe des mains de Me Bénéwendé Stanislas Sankara à celles de Zéphirin Diabré, président de l'Union pour le progrès et le changement (UPC). Tout en saluant les efforts accomplis par Me Sankara, Ibrahima Koné a invité l'entrant à redoubler d'efforts « pour le renforcement de la cohésion au sein des partis politiques de l'opposition ».

Au cours des 48 heures, les députés auront droit à un exposé sur le thème central des journées parlementaires qui sera donné par Thomas Ouédraogo, chargé de recherches au sein du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD).

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net