mis à jour le

Un "Paradis vert" tente d'introduire l'agriculture hydroponique en Libye

Sous une structure métallique couverte d'une bâche jaune, Siraj Bechiya et son associé inspectent chaque matin leurs laitues cultivées hors-sol selon la technique de l'hydroponie, une innovation en Libye où l'agriculture conventionnelle peine à répondre à la demande.

Des couteaux de cuisine, des gobelets en plastique perforés faisant office de pots et des tubes en PVC achetés dans des magasins de bricolage: le matériel est quelque peu rudimentaire au "Paradis vert", nom donné au projet lancé il y a quelques mois par les deux entrepreneurs libyens. Mais cela n'empêche en rien les laitues de pousser, leurs longues racines blanches se nourrissant d'une eau gorgée de nutriments et d'oxygène.

L'hydroponie est un système de culture sur substrat neutre et inerte (de type sable, pouzzolane ou encore billes d'argile). Ce substrat est régulièrement irrigué par une solution qui apporte des sels minéraux et des nutriments essentiels aux plantes.

C'est dans la petite localité d'al-Qouwea, à 40 km à l'est de la capitale Tripoli, que les jeunes associés bichonnent leur projet: une serre de 90 mètres carrés en forme de tunnel, entourée d'un mur en parpaing, et installée sur un lopin de terre non cultivé.

Leur ambition? Généraliser l'hydroponie qui "garantit un bon rendement sur de petites superficies", avec des cultures sans pesticides et une faible consommation d'eau, explique à l'AFP, Siraj Bechiya, la vingtaine.

De plus en plus répandue, la culture hors-sol n'est qu'à ses balbutiements en Libye. Mais pour un pays "au climat désertique et aride" sur plus de 90% de sa superficie, l'idée pourrait rapprocher de l'autosuffisance alimentaire, veut croire l'ingénieur agronome.

- Manque d'eau -

L'agriculture reste marginale en Libye où l'économie est dominée par le poids des hydrocarbures, le pays disposant des plus abondantes réserves de pétrole d'Afrique.

Les terres cultivables représentent à peine 3% de la superficie du pays. Et ce taux pourrait encore baisser: l'étroite bande de terres agricoles fertiles située au Nord, sur le littoral méditerranéen, subit de plein fouet les conséquences d'une urbanisation galopante.

Autre problème, le manque d'eau là où l'agriculture, qui dépend de l'irrigation, en a le plus besoin. La Grande rivière artificielle, projet pharaonique pensé et réalisé par Mouammar Kadhafi il y a plus de 30 ans, achemine l'eau potable pompée dans nappes phréatiques au sud pour alimenter les villes côtières du nord où vit la majorité des Libyens. 

Mais cette source d'eau douce n'est pas inépuisable et le réseau de la Grande rivière a été fortement endommagé par les combats qui ont fait rage ces dix dernières années en Libye.

C'est dans ce contexte que Siraj et son associé Mounir ont suivi il y a deux ans une formation en hydroponie en Tunisie. 

"A notre retour, il était impératif de passer à la pratique. Nous avons commencé avec quelques légumes à la maison et nous avons été surpris par l'engouement des gens", raconte Siraj. Le "Paradis vert" a commencé à vendre ses laitues dans certains magasins à proximité mais la production est encore très restreinte.

- "Patience" -

En théorie, la culture hydroponique peut garantir un rendement et des profits plus importants que l'agriculture conventionnelle, sujette aux aléas climatiques, aux pénuries d'eau et à la pollution résultant de l'utilisation non réglementée des pesticides. 

"Nous allons continuer à la développer (l'hydroponie) et à améliorer la qualité des produits", assure Siraj Bechiya, en mesurant soigneusement avec une languette l'acidité de l'eau qui alimente les jeunes laitues.

"Les consommateurs libyens ne veulent plus de produits saturés de pesticides, mais des produits bio", assure-t-il, bien que dans les faits, les produits issus de l'hydroponie, sans saveur selon ses détracteurs, ne portent généralement pas le label bio.

L'hydroponie "ouvre la voie à l'introduction de nouvelles techniques agricoles en Libye" pour pallier la baisse des ressources hydriques, souligne l'expert agronome Abdelkafi al-Amrouni. 

Les obstacles restent cependant nombreux: "c'est compliqué et très coûteux" de se faire livrer le matériel et produits nécessaires pour l'hydroponie en Libye, pays qui tente de tourner la page d'une décennie de chaos. Et ces dépenses vont nécessairement se répercuter sur les prix des produits qui sont déjà le double de ceux produits en pleine terre.

Mais "il faut de la patience et croire en son idée", assure Siraj, optimiste.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

Libye

AFP

N'Djamena exclut un retour des "mercenaires" tchadiens présents en Libye

N'Djamena exclut un retour des "mercenaires" tchadiens présents en Libye

AFP

Tchad: le chef de la junte "appuie l'initiative" d'une force mixte aux frontières de la Libye

Tchad: le chef de la junte "appuie l'initiative" d'une force mixte aux frontières de la Libye

AFP

Virus: la Libye reçoit 2 millions de doses du vaccin Sinopharm

Virus: la Libye reçoit 2 millions de doses du vaccin Sinopharm