mis à jour le

Mali: Paris réaffirme sa "détermination" contre le "terrorisme" après des accusations de bavure

La ministre française des Armées, Florence Parly, a souligné jeudi à Bamako la "détermination" de la France et de ses partenaires "à continuer le combat contre le terrorisme", et a rejeté à nouveau des accusations de bavure lors d'une frappe controversée en janvier dans le centre du Mali.

Florence Parly et ses homologues estonien Kalle Laanet et tchèque Lubomir Metnar se sont entretenus avec le président de la transition, Bah Ndaw, deux jours après la publication d'un rapport des Nations unies faisant état de la mort de 19 civils lors d'une frappe de la force française Barkhane, ce que Paris a déjà réfuté avec vigueur.

"Nous avons partagé notre détermination à continuer notre combat contre le terrorisme", a dit Mme Parly face à la presse à l'issue de l'entretien.

Les trois ministres ont déclaré la "pleine capacité opérationnelle" de la task force Takuba, un regroupement inédit de forces spéciales composé de soldats français, tchèques, estoniens, suédois et italiens.

Paris compte beaucoup sur ce "laboratoire d'intégration au combat des partenaires européens", selon Mme Parly, pour partager avec ses partenaires le fardeau de la lutte contre les jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique.

Mardi, une enquête de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a conclu qu'une frappe aérienne conduite par Barkhane le 3 janvier avait tué 19 civils au cours d'un mariage. Le rapport constitue la plus grave mise en cause d'une opération française par les Nations unies depuis le début de l'engagement de Paris au Sahel.

La ministre des Armées a une nouvelle fois réfuté ces conclusions, en maintenant que "les forces armées françaises (avaient) effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel".

"Il y a aussi une guerre dans le domaine informationnel et notre ennemi (...) exploite toutes les polémiques possibles", a-t-elle affirmé, en ajoutant: "je ne peux pas admettre que l'honneur de nos soldats puisse ainsi être sali".

Sept organisations de défense des droits humains, en France et au Mali, ont exhorté jeudi la France et le Mali à mener une enquête indépendante et transparente.

"Il me semble que l'enquête qui a été menée par les Nations unies est indépendante", a répondu Mme Parly, en disant espérer que le point de vue de Paris sera pris en compte. "Nous transmettrons l'ensemble de nos observations et remarques au département concerné des Nations unies", a-t-elle ajouté.

AFP

Ses derniers articles: Burkina: plus de 30 ans après, l'ex-président Compaoré sera jugé pour l'assassinat de Thomas Sankara  Mali: un des principaux chefs de l'ex-rébellion assassiné par balles (porte-parole)  Afrique du Sud: la justice demande 

accusations

AFP

CPI: Ngaïssona et Yekatom rejettent les accusations de crimes de guerre

CPI: Ngaïssona et Yekatom rejettent les accusations de crimes de guerre

AFP

Accusations de racisme dans un lycée: manifestation houleuse au Cap

Accusations de racisme dans un lycée: manifestation houleuse au Cap

AFP

Algérie: jugé en appel, le journaliste Khaled Drareni rejette les accusations

Algérie: jugé en appel, le journaliste Khaled Drareni rejette les accusations

bavure

AFP

RCA: crainte de bavure autour de 27 morts

RCA: crainte de bavure autour de 27 morts

AFP

Bavure au Niger: l'armée tue 14 paysans, pris pour des jihadistes

Bavure au Niger: l'armée tue 14 paysans, pris pour des jihadistes

AFP

RDC: la Mission de l'ONU dément toute bavure lors d'un raid aérien dans l'est

RDC: la Mission de l'ONU dément toute bavure lors d'un raid aérien dans l'est

Paris

AFP

Génocide au Rwanda: Kagame salue le rapport français, Paris ouvre ses archives

Génocide au Rwanda: Kagame salue le rapport français, Paris ouvre ses archives

AFP

Génocide au Rwanda: Kagame salue le rapport français, Paris ouvre ses archives

Génocide au Rwanda: Kagame salue le rapport français, Paris ouvre ses archives

AFP

Au procès Bouaké, l'incompréhensible refus de Paris d'arrêter les suspects

Au procès Bouaké, l'incompréhensible refus de Paris d'arrêter les suspects