mis à jour le

Attaque au Mozambique: jours de terreur dans la ville de Palma

On les disait à court d'armes, d'argent et de nourriture. En 48 heures, une bonne centaine de jihadistes ont pris la ville de Palma, dans le nord du Mozambique, tenant en échec l'armée, la police et les bataillons de sécurité privée.

Leur tactique: la dissimulation, puis la surprise. 

L'attaque revendiquée lundi par le groupe Etat islamique (EI) a démarré mercredi après-midi. Mais selon plusieurs sources et témoins, des rebelles s'étaient inflitrés incognito dans la ville portuaire plusieurs jours avant.

Contre de l'argent, ils s'installent dans les maisons de cette province riche en gaz mais pauvre et à majorité musulmane. 

Mercredi, ils sont prêts. Une attaque simultanée en plusieurs endroits est lancée à la périphérie de la ville. Même méthode qu'en août, lors de la prise du port de Mocimboa da Praia, à 50 km au sud, premier grand coup d'éclat pour ces groupes armés, pas si organisés il y a encore peu. 

Les forces de sécurité se ruent en direction de ces trois points chauds, laissant le coeur de la ville vulnérable.

Les assaillants déjà infiltrés s'attaquent alors aux banques, aux postes de police... Dans la ville de 75.000 habitants, il y a de quoi se ravitailler en argent et nourriture.

Ici vivent des employés de toutes nationalités, qui travaillent pour le compte de compagnies internationales. Le site piloté par Total, un mégaprojet gazier de plusieurs milliards d'euros sur la péninsule d'Afungi, n'est qu'à dix kilomètres.  

- "Des cochons?"-

Les rebelles s'assurent d'abord qu'il n'y a pas de forces armées dans les parages. "Où sont les cochons? Y'a des +cassava+ ici?", demandent-ils en entrant dans les maisons, faisant référence en swahili aux forces de sécurité qui soutiennent l'armée dans la lutte contre les jihadistes.

Le jour-même, un bateau chargé de nourriture pour les milliers de personnes déplacées, qui ont déjà fui les violences dans d'autres parties de la région, arrive au port. 

Une partie du ravataillement était aussi destinée aux commerces du coin. 

Depuis plusieurs mois, Palma s'est transformé en cul-de-sac. Avec les trois routes menant à la ville coupées en raison de l'insécurité, l'approvisionnement est compliqué. Les prix des biens de première nécessité ont flambé.

Les assaillants arrivent avec des camions, emportent tout. 

Entretemps, environ 200 personnes fuyant l'attaque se réfugient dans un des principaux hébergements de la ville, l'hôtel Amarula, en direction de l'aéroport. 

Lourdement armés, les assaillants empêchent plusieurs tentatives d'évacuation par hélicoptères. 

Après 48 heures d'enfer, une tentative désespérée de fuite vendredi soir, par un convoi de camions, tourne au drame: au moins sept personnes sont tuées, plus d'une soixantaine sont toujours disparues. 

Officiellement, des dizaines de personnes sont mortes au cours des quatre derniers jours. Sans doute bien plus, car ce bilan ne reflète pas la violence racontée à l'AFP par des survivants choqués, qui ne livrent l'histoire que par bribes une fois réfugiés en lieu sûr, parfois à de centaines de km de là.

Aux mains des rebelles dont l'objectif, partout où ils passent, est de frapper les esprits en exerçant une violence spectaculaire, avec des viols et des décapitations, Palma est désormais une ville fantôme, avec des morts dans ses rues. 

AFP

Ses derniers articles: 650.000 enfants d'Afrique ont reçu le premier vaccin antipaludique  Tchad: Déby tué au combat, son fils nouvel homme fort  Déby, maître du Tchad et allié stratégique de l'Occident dans la lutte contre les jihadistes 

attaque

AFP

Nouvelle attaque dans le nord-est du Nigeria: au moins huit morts et des milliers de réfugiés

Nouvelle attaque dans le nord-est du Nigeria: au moins huit morts et des milliers de réfugiés

AFP

Nigeria: attaque jihadiste dans le Nord-Est, des centaines d'habitants en fuite

Nigeria: attaque jihadiste dans le Nord-Est, des centaines d'habitants en fuite

AFP

Nigeria: 4 morts dans une attaque jihadiste contre des installations humanitaires

Nigeria: 4 morts dans une attaque jihadiste contre des installations humanitaires

terreur

AFP

L'Armée de résistance du Seigneur, 30 ans de terreur en Afrique centrale

L'Armée de résistance du Seigneur, 30 ans de terreur en Afrique centrale

AFP

Tout quitter en pleine nuit, la terreur des Mozambicains fuyant les jihadistes

Tout quitter en pleine nuit, la terreur des Mozambicains fuyant les jihadistes

AFP

En Centrafrique, les insaisissables 3R continuent de semer la terreur

En Centrafrique, les insaisissables 3R continuent de semer la terreur

ville

AFP

A Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

A Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

AFP

L'Egypte lève le voile sur une ville enfouie depuis 3.000 ans

L'Egypte lève le voile sur une ville enfouie depuis 3.000 ans

AFP

Mozambique: les jihadistes "chassés" de la ville de Palma, deux semaines après l'attaque

Mozambique: les jihadistes "chassés" de la ville de Palma, deux semaines après l'attaque