mis à jour le

Algérie: marche du Hirak empêchée par la police

Des centaines de manifestants du Hirak, mouvement antirégime en Algérie, ont tenté de défiler samedi dans la capitale Alger mais ils ont été rapidement dispersés par la police, a constaté l'AFP.

Les protestataires qui se sont rassemblés en début d'après-midi au niveau de la place de l'émir Abdelkader, au centre d'Alger, ont été empêchés par la police de poursuivre en direction de la Grande Poste, lieu de ralliement emblématique du mouvement prodémocratie.

Un jeune homme a été blessé par un coup de matraque et transporté à l'hôpital, a constaté un journaliste de l'AFP.

La police a par ailleurs interpellé une quinzaine de personnes, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien aux prisonniers d'opinion en Algérie.

Le journaliste Khaled Drareni, qui couvrait la manifestation via son compte Twitter, a subi un contrôle d'identité, toujours d'après le CNLD.

Le reporter, devenu un symbole de la liberté de la presse, est récemment sorti de prison et se trouve en liberté provisoire en attendant d'être rejugé. 

"Etat civil et non militaire", "Policiers, ayez honte! Il s'agit de nos droits constitutionnels", scandaient les manifestants, d'après une vidéo diffusée par le site d'information Radio M.

Des marches du Hirak rassemblant des milliers de personnes ont eu lieu vendredi, traditionnel jour de mobilisation hebdomadaire du mouvement, à Alger et dans d'autres grandes villes.

Elles ont été marquées par des dizaines d'interpellations à travers tout le pays, selon des organisations de défense des droits humains. 

Tandis que la plupart ont été relâchées en fin de journée vendredi, sept personnes maintenues en détention à Alger doivent êtres présentées dimanche au tribunal de Sidi M'hamed.

Le Hirak, mouvement populaire inédit en Algérie et né en février 2019, est pacifique, pluriel --des laïcs aux islamistes-- et sans véritable leadership ni structure politique à ce jour, ce qui lui vaut des critiques pour son manque d'unité et de propositions politiques.

Ses partisans, qui réclament un changement radical du "système" politique en place depuis l'indépendance du pays en 1962, fustigent la décision du président Abdelmadjid Tebboune d'organiser des élections législatives anticipées le 12 juin pour tenter de répondre à la grave crise politique et socio-économique qui ébranle le pays.

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: arrestation de plusieurs partisans de l'opposition  Chaque animal compte : le Kenya recense sa faune sauvage  Indépendantistes pro-Biafra: Amnesty accuse l'armée d'avoir tué 115 personnes 

Alger

AFP

Scandale Pegasus: Alger porte plainte contre Reporters sans Frontières

Scandale Pegasus: Alger porte plainte contre Reporters sans Frontières

AFP

Covid-19: Alger assouplit les conditions de retour  face

Covid-19: Alger assouplit les conditions de retour face

AFP

Alger lance des mandats d'arrêts contre des activistes accusés de "terrorisme"

Alger lance des mandats d'arrêts contre des activistes accusés de "terrorisme"

marche

AFP

Mali: 100 jours après son enlèvement, marche de soutien pour le journaliste français Olivier Dubois

Mali: 100 jours après son enlèvement, marche de soutien pour le journaliste français Olivier Dubois

AFP

Covid-19: sur le marché de Kampala, les vendeurs obligés de dormir entre les étals

Covid-19: sur le marché de Kampala, les vendeurs obligés de dormir entre les étals

AFP

Ethiopie: 64 morts dans la frappe aérienne sur un marché au Tigré

Ethiopie: 64 morts dans la frappe aérienne sur un marché au Tigré

police

AFP

Bières et baskets pillées: une descente de police dans un township

Bières et baskets pillées: une descente de police dans un township

AFP

Somalie: attentat contre un chef de la police de Mogadiscio, des victimes

Somalie: attentat contre un chef de la police de Mogadiscio, des victimes

AFP

Afrique du Sud: l'arrestation de Zuma reste possible, selon  la police

Afrique du Sud: l'arrestation de Zuma reste possible, selon la police