mis à jour le

Larmes ou soulagement, le décès du président Magufuli divise la population en Tanzanie

Président des pauvres pleuré par les uns, dirigeant autoritaire "pas regretté" par d'autres: dans les rues de la capitale économique de la Tanzanie, Dar es Salaam, le décès du président John Magufuli suscite des réactions mitigées.

Après trois semaines d'une inhabituelle absence qui a nourri les rumeurs, la nouvelle a été annoncée mercredi soir par la vice-présidente Samia Suhulu Hassan: le président âgé de 61 ans, à la tête du pays depuis 2015, est décédé. 

Dès l'annonce, de nombreux habitants de Dar es Salaam confiaient leur "choc".

"Je suis très triste, je souffre parce que nous avions notre leader, notre président que nous aimions et qui nous aimait, nous, les pauvres", confiait Innocent Tionoke, un vendeur de rue. "Il était le président des moins privilégiés", abondait un de ses pairs, Hassan Sayid.

Elu président en promettant de lutter contre la corruption, John Magufuli aimait à se présenter en "homme du peuple", malgré un doctorat de chimie et des études en Grande-Bretagne. 

"Je sais ce que c'est que d'être pauvre", répétait souvent ce père de cinq enfants, né dans le nord-ouest de la Tanzanie, sur les bords du lac Victoria. C'est dans cette zone rurale qu'il a grandi dans une modeste demeure au toit de chaume, surveillant le bétail et vendant du lait et du poisson pour aider sa famille.

Son action en faveur de l'éducation gratuite, l'électrification des zones rurales et ses grands projets d'infrastructures (routes, chemin de fer...) resteront dans les mémoires de nombreux Tanzaniens.

"Je n'ai pas dormi depuis que j'ai appris sa mort hier soir", expliquait jeudi matin Bernard Mathias, en contemplant les unes des journaux d'un stand du quartier Kariakoo: "C'est difficile de remplacer Magufuli qui a favorisé les personnes pauvres, comme moi".

Sur l'étal, les titres des journaux déclinaient leur tristesse en anglais et en swahili: "Nation mourns" (La nation en deuil), "Mtikisiko" (tristesse), "Nenda baba" ("Va, papa")... Les chaînes de télé et radios privées comme publiques diffusaient, elles, programmes d'hommage à Magufuli et chansons tristes.

- "Aucun regret" -

Mais ses années au pouvoir ont aussi été marquées par une inflation galopante, peu de créations d'emplois et une politique agressive de collecte des impôts. Il a également mené une féroce répression contre l'opposition, les médias, la société civile, réduit les droits des homosexuels et même des écolières enceintes.

C'est cet aspect que retiendra un commerçant, qui se présente sous le nom de William.

Les politiques de Magufuli "ont tué mes affaires", explique cet homme, pour qui "c'est le moment de faire la fête".  

"Aucun regret", lâche-t-il: "Nous avions préparé une vache à tuer et voici le jour que j'attendais (pour le faire). Je ne le pleure pas, je pleure les gens qui sont morts sous son régime".

Célèbre militante pour les droits civiques en Tanzanie, Maria Sarungi n'a pas caché son soulagement.

"Ecrire RIP (acronyme de "Rest in peace", "repose en paix" en français, ndlr) ne me convient pas, je n'aime pas l'hypocrisie. Je dis #ByeMagufuli. C'est tout", a-t-elle écrit sur Twitter.

Ces réactions illustrent la situation de la Tanzanie, plongée dans "une dichotomie entre les problèmes de pain et de beurre et les libertés civiles", comme le décrivait à l'AFP le chercheur à l'Institut d'études de sécurité (ISS) Ringisai Chikohomero avant la présidentielle d'octobre dernier.  

"Quelqu'un vous dira +Si j'ai de la nourriture sur la table, si je peux envoyer mes enfants à l'école, si je peux aller travailler, de quelle liberté parlez-vous ?+", résumait-il. 

La dernière trace laissée par John Magufuli restera son déni de la présence et de la gravité du Covid-19 et son refus d'imposer des mesures pour endiguer la maladie. 

Selon le gouvernement tanzanien, il est mort de problèmes cardiaques, mais le chef de l'opposition, Tundu Lissu, assure, lui, qu'il est selon ses sources mort du coronavirus. 

"C'est une justice immanente", a-t-il déclaré dans une interview diffusée jeudi sur la chaîne télévisée kényane KTN: "Le président Magufuli a défié le monde dans la lutte contre le corona (...) Il a défié la science. Il a refusé de prendre les précautions de base recommandées aux gens dans le monde entier contre le corona (...) Et ce qui est arrivé est arrivé. Il est tombé à cause du coronavirus".

AFP

Ses derniers articles: La Fifa suspend un an l'ancien président de la CAF Issa Hayatou  En Tanzanie, les arrestations d'opposants assombrissent l'espoir d'un renouveau politique  Soudan du Sud: le nouveau Parlement prête serment, des activistes arrêtés 

décès

AFP

RDC: décès de l'archevêque émérite de Kinshasa, aiguillon du pouvoir

RDC: décès de l'archevêque émérite de Kinshasa, aiguillon du pouvoir

AFP

Egypte: décès de Jihane el-Sadate, veuve du président assassiné

Egypte: décès de Jihane el-Sadate, veuve du président assassiné

AFP

Décès de Kaunda: l'Afrique du Sud décrète 10 jours de deuil national

Décès de Kaunda: l'Afrique du Sud décrète 10 jours de deuil national

population

AFP

Ethiopie: 91% de la population au Tigré a besoin d'aide alimentaire, selon l'ONU

Ethiopie: 91% de la population au Tigré a besoin d'aide alimentaire, selon l'ONU

AFP

Est de la RDC : éruption du volcan Nyiragongo, la population fuit Goma

Est de la RDC : éruption du volcan Nyiragongo, la population fuit Goma

AFP

Covid: le chef de l'OMS exhorte la Tanzanie

Covid: le chef de l'OMS exhorte la Tanzanie

président

AFP

La Fifa suspend un an l'ancien président de la CAF Issa Hayatou

La Fifa suspend un an l'ancien président de la CAF Issa Hayatou

AFP

Tunisie: première nomination par le président Saied, au ministère de l'Intérieur

Tunisie: première nomination par le président Saied, au ministère de l'Intérieur

AFP

Tunisie: Ennahdha appelle le président Saied

Tunisie: Ennahdha appelle le président Saied