mis à jour le

SCIENCES ENTREPRENARIAT SOCIAL Alassane Ngom remporte le prix Reach for Change

Préparer les enfants à se faire une place dans ce grand monde des sciences et de la technologie. Telle est l'ambition du projet de l'informaticien, Alassane Ngom, qui a remporté le prix Reach for Change, initié au Sénégal par l'opérateur de téléphonie Tigo.

 

L'informaticien, Alassane Ngom, de l'institut Sud Infos de Ziguinchor a remporté hier le prix Reach for Change, un projet d'entreprenariat social dédié au bien-être des enfants du Sénégal que l'opérateur de téléphonie mobile Tigo et la Fondation suédoise Reach for Change ont organisé. Lequel consistait à identifier des entrepreneurs sociaux avec des solutions novatrices pour améliorer la vie des enfants.

Plus de 200 candidats avaient participé à ce concours mais le projet de M. Ngom a plus séduit le jury qui souhaitait en récompenser deux au début.

Le projet qu'il propose s'oriente vers les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Il consiste à mettre en place un centre assez attractif où il y a un planétarium, un espace de projection de films documentaires à caractère scientifique et technologique, un espace informatique où les enfants pourront voir comment utiliser les Tic dans le cadre d'expérimentations. «Tout cela va permettre de susciter un intérêt chez les enfants. Et cette curiosité va les pousser à s'orienter vers les séries scientifiques», explique M. Ngom. Qui pense que la résolution des innombrables problèmes auxquels l'Afrique est confrontée passera par la production d'idées novatrices. «Il ne faut pas que les idées soient l'apanage d'un petit groupe», dit-il. Non sans préciser que la pertinence du projet réside surtout  dans le constat du net recul des vocations scientifiques dans notre pays. «On ne trouve plus de professeurs de mathématiques, de Physique Chimie ou de Svt. Les enfants aussi n'aiment pas parce que l'enseignement des sciences est assez abstrait alors que, dans nos sociétés, l'illustration est importante», s'indigne l'informaticien. C'est pourquoi, son projet vise à l'incitation des enfants à s'orienter vers ces disciplines. «A Ziguinchor aujourd'hui, 85 % des enfants en classe de 3ème vont dans des séries littéraires en seconde. Cela est catastrophique dans un pays en développement qui a besoin de s'approprier la technologie pour son développement», fait constater l'informaticien.

Le lauréat va bénéficier d'un financement annuel de 25 mille dollars, environ 12 millions de francs Cfa, pendant trois ans pour son centre de Ziguinchor. Néanmoins, il ambitionne de le dupliquer dans les cinq départements de cette région.

Seyni DIOP