mis à jour le

RÉACTION CARDINAL SARR SUR LA DÉMISSION DU PAPE BENOIT XVI «Je me demande si l’Eglise est-elle prête à avoir un Pape africain»

La question d'un Pape africain s'est invitée hier à la conférence de presse du Cardinal Sarr qui réagissait suite à la démission du Pape Benoît XVI. Mgr Sarr  qui a esquissé  le profil du futur chef de l'Eglise catholique ne se fait pas de fixation sur ses origines.  L'archevêque de Dakar se dit ému par la décision de Benoît XVI, mais garde la foi.

 

En réponse à la question de savoir si l'Afrique aura la chance d'avoir un Pape,  l'archevêque de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr, a laissé entendre hier que l'Eglise saura accueillir le pasteur que Dieu va lui donner. Le cardinal réagissait suite à la démission du Pape Benoît XVI. Depuis longtemps la question d'un Pape africain est au c½ur des débats. Mais, selon Théodore Adrien Sarr, cette question reste indécise. «Je me pose toujours la question (..) Est-ce que l'église catholique, aujourd'hui, est prête à avoir un Pape africain ?», se demande-t-il. «Ceci n'est pas important pour le moment. Ce qui importe, c'est le vote des cardinaux qui vont élire un nouveau dirigeant de l'Eglise», indique le cardinal.

Sur du profil du nouveau Pape, le cardinal Sarr fait remarquer qu'au vu du contexte interne et externe de l'Eglise, «nous souhaitons avoir un Pape qui va aider l'Eglise dans sa mission. Un Pape ouvert et reconnaissant des attitudes et dispositions à travers le monde».

Le cardinal  reconnaît que le prochain Pape aura du pain sur la planche. «Le nouveau Pape aura d'énormes défis à relever dans ce monde en mutation, caractérisé par une forte sécularisation où la foi s'effrite de plus en plus, où l'idéologie gagne de plus en plus du terrain», note le Cardinal Sarr. Lequel salue l'engagement du Pape Benoît XVI en tant que pasteur de l'Eglise sur ses réflexions littéraires et sur sa méthode d'évangélisation. «Nous sommes émus de le voir partir mais nous gardons la foi. Nous avons pu mesurer combien il a eu le souci majeur de la défense de la vérité, tant dans ses prédications que dans ses productions littéraires», ajoute Mgr Sarr. «Il a eu une grande préoccupation du vécu de la foi à tous les fidèles jusqu'à nous donner l'opportunité de vivre une année de la foi à l'occasion du 50e anniversaire du Concile Vatican 2», rappelle l'Archevêque de Dakar qui doit participer au conclave des cardinaux pour l'élection d'un nouveau Pape.

Le cardinal dit n'avoir eu vent de rien avant l'annonce de la nouvelle. Mgr Sarr dit avoir reçu l'information comme tout le monde. Et que le Pape qui recevait les évêques à Rome le mercredi dernier n'a pas évoqué la question.

Après le 28 février, le  siège du Pape sera vacant. Et 15 à 20 jours après, tous les cardinaux de moins de 80 ans se réuniront en conclave pour choisir le nouveau Pasteur de l'Eglise qui, pour être le souverain pontife, aura  nécessairement la faveur de la majorité et les 2/3 des voix.

Pierre GOMIS

(Stagiaire)