mis à jour le

Ethiopie: les autorités de la région Amhara nient tout "nettoyage ethnique" au Tigré

Les autorités de la région éthiopienne de l'Amhara ont rejeté jeudi les accusations de "nettoyage ethnique" mené par leurs troupes au Tigré, termes utilisés publiquement la veille pour la première fois par le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

En début de semaine, des responsables de l'administration intérimaire mise en place par le gouvernement éthiopien au Tigré, région du Nord de l'Ethiopie en proie à des combats depuis novembre, ont accusé des forces de l'Amhara voisine d'avoir expulsé des milliers de Tigréens de terres de l'Ouest du Tigré, revendiquées par l'ethnie amhara.

Lors d'une audition parlementaire mercredi, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a dénoncé des "actes de nettoyage ethnique" dans l'Ouest du Tigré et évoqué la présence de forces venues d'Erythrée et de l'Amhara, qui "doivent partir".

Addis Abeba et Asmara nient toute présence de forces érythréennes au Tigré, accusées de massacres et de viols.

Dans un entretien à l'AFP jeudi, le porte-parole du gouvernement régional de l'Amhara, Gizachew Muluneh, a qualifié de "propagande" les propos faisant état de nettoyage ethnique et de déplacements de population à grande échelle au Tigré.

"Quelques Tigréens ont pu être déplacés, un petit nombre", a-t-il déclaré. 

"Il n'y a pas de forces amhara dans la région du Tigré", a-t-il ajouté, "ces zones (où sont présentes des troupes amhara, ndlr) ne sont pas des zones tigréennes historiquement".

"Si le secrétaire (Blinken) parle de ces zones, ces zones ne sont pas tigréennes. Nos forces ne sont pas dans des zones tigréennes, mais plutôt dans la région de l'Amhara. Voici notre réponse", a-t-il insisté.

Le Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, a lancé le 4 novembre une opération militaire au Tigré pour renverser les autorités du parti au pouvoir dans cette région, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), dont il accusait les forces d'avoir attaqué des bases de l'armée fédérale.

Il s'est appuyé sur des forces régionales venues d'Amhara, région qui borde le Sud du Tigré, pour sécuriser de vastes zones du Tigré après le retrait du TPLF. Des responsables amhara ont été chargés de mettre en place des administrations intérimaires dans plusieurs localités.

Depuis la Constitution de 1994, l'Ethiopie est composée de dix régions administratives semi-autonomes, découpées selon des critères ethno-linguistiques.

Beaucoup d'Amhara estiment que le TPLF, qui a dominé le pouvoir fédéral en Ethiopie de 1991 à 2018, a abusivement intégré au Tigré des zones fertiles qu'ils habitaient et qu'ils estiment historiquement amhara.

Fin février, le New York Times a cité un rapport interne du gouvernement américain faisant état de "nettoyage ethnique" dans l'Ouest du Tigré et de villages entiers ayant disparu, dans une volonté de rendre cette zone "homogène ethniquement à travers une utilisation organisée de la force et de l'intimidation".

Le cabinet du Premier ministre Abiy a renvoyé jeudi l'AFP vers le ministère des Affaires étrangères qui n'a pas, dans l'immédiat, répondu à une demande de commentaires.

M. Abiy a proclamé la victoire au Tigré fin novembre, après la prise de la capitale régionale Mekele, mais les dirigeants du TPLF restent en fuite et des combats se poursuivent.

Dans une déclaration postée sur Twitter par un haut responsable du TPLF, Getachew Reda, les autorités déchues du Tigré ont salué jeudi "la position de principe" de Washington "contre les crimes de guerre et toutes les formes d'impunité" et promis de continuer le combat "jusqu'à ce que notre peuple soit complètement libéré de l'occupation".

AFP

Ses derniers articles: 650.000 enfants d'Afrique ont reçu le premier vaccin antipaludique  Tchad: Déby tué au combat, son fils nouvel homme fort  Déby, maître du Tchad et allié stratégique de l'Occident dans la lutte contre les jihadistes 

région

AFP

L'ONU veut une enquête sur de possibles "crimes de guerre" dans la région éthiopienne du Tigré

L'ONU veut une enquête sur de possibles "crimes de guerre" dans la région éthiopienne du Tigré

AFP

RDC: 1.200 civils tués en plus d'un an dans la région de Beni (mouvement citoyen)

RDC: 1.200 civils tués en plus d'un an dans la région de Beni (mouvement citoyen)

AFP

Asmara ciblée une 3e fois par des roquettes venant de la région éthiopienne du Tigré

Asmara ciblée une 3e fois par des roquettes venant de la région éthiopienne du Tigré

tigre

AFP

L'Erythrée reconnaît la présence de ses troupes au Tigré et promet de les retirer

L'Erythrée reconnaît la présence de ses troupes au Tigré et promet de les retirer

AFP

Ethiopie: le G7 appelle

Ethiopie: le G7 appelle

AFP

Ethiopie: l'Erythrée va retirer ses troupes du Tigré selon Abiy Ahmed

Ethiopie: l'Erythrée va retirer ses troupes du Tigré selon Abiy Ahmed