mis à jour le

Sénégal: l'opposant Sonko, gardé

Le principal opposant au pouvoir sénégalais, le député Ousmane Sonko, a passé sa première nuit en garde à vue et gardé le silence face aux gendarmes après son arrestation, à l'origine de troubles dans la capitale mercredi, a indiqué un de ses avocats jeudi.

Le parlementaire, troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme l'un des principaux candidats à la prochaine, a été arrêté mercredi sur le trajet du tribunal où il devait être entendu sur des accusations de viols.

Il a été placé en garde à vue officiellement pour les troubles à l'ordre public qu'il aurait causés en se rendant en cortège au tribunal et en refusant de suivre l'itinéraire fixé par les autorités.

Son arrestation a provoqué les heurts parmi les plus sérieux qu'ait connus Dakar depuis des années. Des troubles ont été rapportés dans d'autres villes du pays.

"Ousmane Sonko est toujours en garde à vue. Lui et les gardes (du corps) arrêtés (en même temps que lui) gardent le silence pour protester contre les violations de leurs droits dont ils sont victimes", a dit à l'AFP Me Cheikh Khouraissy Ba.

M. Sonko, 46 ans, chef du parti Pastef-Les Patriotes, est visé depuis début février par une plainte pour viols et menaces de mort déposée par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos.

L'affaire secoue le monde politique sénégalais, avec la présidentielle de 2024 à l'horizon.

M. Sonko, personnalité au profil antisystème et au discours impétueux, réfute les accusations. Ce musulman strict pratiquant crie au complot ourdi par le président Macky Sall pour l'écarter de la prochaine présidentielle. Le président a démenti.

Des groupes de jeunes et les forces de l'ordre ont échangé mercredi pendant une partie de la journée des jets de pierres et des tirs de gaz lacrymogènes dans la capitale. Les médias et les réseaux sociaux ont rapporté le pillage de magasins.

Le gouverneur de la région de Dakar, Al Hassan Sall, a demandé mercredi le concours des forces armées. Il a assuré jeudi à l'AFP que c'était pour une "mission ponctuelle", désormais terminée. Le calme est revenu dans la capitale, a-t-il dit.

Aucun bilan des blessés ou des interpellations n'a été communiqué.

Le ministre de l'Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome a justifié l'arrestation de M. Sonko par l'interdiction des rassemblements édictée à cause du Covid-19 et un plan de circulation mis en place par les autorités.

"Tout le monde doit s'y conformer. D'autres l'ont fait. Je me demande pourquoi il y aurait une exception", a-t-il dit mercredi soir sur la radio RFM.

La présence d'hommes en civils non identifiés ripostant aux manifestants au côté des forces de l'ordre a suscité de la part de partisans d'Ousmane Sonko l'accusation de connivence entre les services de l'Etat et des hommes de main du parti du président ou d'organisations le soutenant. Le ministre de l'Intérieur a assuré qu'il s'agissait de policiers en civils, et non pas de "nervis".

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: arrestation de plusieurs partisans de l'opposition  Chaque animal compte : le Kenya recense sa faune sauvage  Indépendantistes pro-Biafra: Amnesty accuse l'armée d'avoir tué 115 personnes 

garde

AFP

Ouganda: un ministre blessé, sa fille et son garde du corps tués dans une attaque "ciblée"

Ouganda: un ministre blessé, sa fille et son garde du corps tués dans une attaque "ciblée"

AFP

Ouganda: un ministre blessé par balles, sa fille et son garde du corps tués

Ouganda: un ministre blessé par balles, sa fille et son garde du corps tués

AFP

Niger: l'opposant Hama Amadou toujours en garde

Niger: l'opposant Hama Amadou toujours en garde