mis à jour le

Attaque

Les Nations unies ont "condamné" mardi "avec fermeté" l'attaque lancée lundi soir par des jihadistes liés à l'Etat islamique (EI) contre la ville de Dikwa, dans le nord-est du Nigeria.

"Je suis outragé d'entendre que les locaux de plusieurs agences humanitaires et un hôpital ont été incendiés ou ont subi des dommages", affirme Edward Kallon, le coordinateur humanitaire de l'ONU au Nigeria, dans un communiqué.

Dans ce communiqué, l'ONU parle d'un "groupe armé non étatique" à l'origine de cette "violente attaque" durant laquelle "plusieurs installations humanitaires ont été directement ciblées".

Près de 114.000 personnes vivent à Dikwa, quasiment coupées du monde car la présence de groupes armés sur les routes d'accès les rendent extrêmement dangereuses à emprunter.

Parmi elles, 75.470 déplacés du conflit mené depuis 2009 par les islamistes du groupe Boko Haram vivent dans des camps, pour la plupart insalubres, et dépendent de l'aide humanitaire pour survivre.

Ils vivent sous la protection d'un "super-camp" de l'armée nigériane, mais trois sources sécuritaires ont affirmé à l'AFP que les combattants jihadistes avaient pris le contrôle de la ville pendant plusieurs heures entre lundi soir et mardi à la mi-journée.

Publié vers 12H30 locales (11H30 GMT), le communiqué de l'ONU indiquait que l'attaque était toujours en cours mardi. Il n'était pas possible de confirmer si cela était toujours le cas en milieu d'après-midi.

Lundi soir, des sources militaire et humanitaire avaient affirmé à l'AFP que l'attaque avait été perpétrée par des jihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap).

Ces sources avaient également affirmé que 25 travailleurs humanitaires étaient bloqués à l'intérieur du site attaqué. On ne connaît pour l'heure pas la nationalité de ces employés. 

Le porte-parole de l'armée a finalement réagi mardi après-midi, affirmant simplement à l'AFP que la "situation était normale".

Le nord-est du Nigeria est en proie à un conflit meurtrier depuis 2009 et le lancement d'attaques par Boko Haram.

En 2016, le groupe s'est scindé, avec d'un côté la faction historique et de l'autre Iswap, reconnu par l'Etat islamique.

Le 1er mars 2018, des combattants d'Iswap avaient attaqué une base de l'ONU dans la ville de Rann, dans le Nord-Est du Nigeria, tuant trois travailleurs humanitaires et en kidnappant un autre.

Depuis le début du conflit, plus de 36.000 personnes ont été tuées et plus de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. 

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: arrestation de plusieurs partisans de l'opposition  Chaque animal compte : le Kenya recense sa faune sauvage  Indépendantistes pro-Biafra: Amnesty accuse l'armée d'avoir tué 115 personnes 

attaque

AFP

Niger: 18 civils tués dans une nouvelle attaque près de la frontière malienne

Niger: 18 civils tués dans une nouvelle attaque près de la frontière malienne

AFP

Attaque de Solhan au Burkina: deux jihadistes présumés mis en examen

Attaque de Solhan au Burkina: deux jihadistes présumés mis en examen

AFP

Ethiopie: trois employés de MSF tués dans une attaque au Tigré

Ethiopie: trois employés de MSF tués dans une attaque au Tigré

jihadistes

AFP

La colère gronde au Burkina face

La colère gronde au Burkina face

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram est mort, selon les jihadistes rivaux de l'Iswap

Nigeria: le chef de Boko Haram est mort, selon les jihadistes rivaux de l'Iswap

AFP

Mozambique: la main tendue d'inconnus aux rescapés des violences jihadistes

Mozambique: la main tendue d'inconnus aux rescapés des violences jihadistes

l'ONU

AFP

L'ONU accuse les rebelles, les forces centrafricaines et leurs alliés russes d'exactions

L'ONU accuse les rebelles, les forces centrafricaines et leurs alliés russes d'exactions

AFP

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

AFP

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties