mis à jour le

L'halothérapie dans la deuxième ville de Libye, en quête d'apaisement

Une brise salée souffle sur Benghazi: ouvert il y a cinq mois dans la deuxième ville de Libye, le centre Opal propose des thérapies dans des "grottes de sel" artificielles, une première dans un pays qui tente de retrouver un semblant de normalité.

Lancé par deux Libyennes, le centre flambant neuf situé dans le quartier chic de Dagadosta exploite les bienfaits de l'halothérapie avec la promesse de soigner certaines maladies respiratoires comme l'asthme, ou cutanées comme l'eczéma et le psoriasis.

Eclairage tamisé, musique de fond. Dans une ambiance volontiers zen, Iman Bugaighis, l'une des fondatrices, recouvre de sel le corps d'un client à l'aide d'une pelle.

Yeux fermés et mains serrées autour d'une boule de sel, l'homme, qui a une trentaine, se détend, respirant lentement dans cette salle sans fenêtres.  

Dans une autre salle aux allures de grotte avec ses murs recouverts de cristaux, un appareil diffuse des particules de sel chargées d'iode destinées à être inhalées. 

Une séance dure 45 minutes et coûte entre 80 et 120 dinars (entre 15 euros et 23 euros). Plusieurs sont nécessaires pour constater des résultats, explique Mme Bugaighis, spécialiste en médecine alternative. 

"L'inhalation des particules de sel purifie les voies respiratoires et apporte des bienfaits à la peau", affirme cette Libyenne, blouse blanche et voile rose recouvrant la tête. 

- "Bienfaits" -

Mustafa Ahmed Akhlif, un banquier quinquagénaire, souffrait depuis dix ans de sinusites aiguës. "J'ai pris beaucoup d'analgésiques et essayé la médecine traditionnelle sans que cela atténue ma douleur", confie-t-il. 

Il s'est alors mis à fréquenter le centre et après quatre séances, son état "s'est amélioré à 80%", assure-t-il.

Iman Bugaighis a découvert cette thérapie lors de voyages dans des pays arabes abritant le même genre d'établissements. Elle a ensuite étudié la médecine alternative en Tunisie voisine avant de retourner dans son pays, où elle a lancé son projet avec une amie, Zainab Al-Werfalli. 

Iman a ouvert le centre dans sa ville d'origine, Benghazi, berceau de la révolution qui a mis fin à 42 ans de dictature de Mouammar Kadhafi en 2011. 

Dans la vieille-ville, des murs grêlés et des bâtiments défigurés rappellent que la guerre est passée par là. 

Malgré l'instabilité qui règne toujours dans la deuxième ville de Libye, "le centre a rencontré son public", se félicite Zainab Al-Werfalli, déterminée à faire connaître cette "thérapie complémentaire" au corps médical de sa ville.

Le centre a ouvert ses portes dans la foulée de la signature d'un cessez-le-feu en octobre dernier entre les deux camps -dans l'Est et dans l'Ouest- qui se disputent le pouvoir dans ce vaste pays d'Afrique du Nord. 

Une nouvelle autorité exécutive intérimaire a été désignée début février pour tenter d'unifier le pays et mener la transition jusqu'aux élections prévues en décembre. 

Un processus qui procure un certain espoir chez les Libyens, excédés par dix ans de violences et privés des revenus des plus importantes réserves d'or noir d'Afrique.

Loin de l'agitation urbaine, le centre Opal invite ses patients au calme pour rêver, entre deux bouffées de sel, à des lendemains meilleurs.

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: arrestation d'un député critique du président, indique son parti  Affaire Zongo: le Conseil d'Etat français valide l'extradition de François Compaoré vers le Burkina  Côte d'Ivoire: questions autour de l'avenir politique de Simone Gbagbo 

ville

AFP

Jos, ville explosive du Nigeria, fait la paix autour du football

Jos, ville explosive du Nigeria, fait la paix autour du football

AFP

A Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

A Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

AFP

L'Egypte lève le voile sur une ville enfouie depuis 3.000 ans

L'Egypte lève le voile sur une ville enfouie depuis 3.000 ans