mis à jour le

Nés en Afrique, "made in Italy": cinq créateurs de mode

Cinq stylistes nés en Afrique mais vivant en Italie ont ouvert mercredi la Fashion week féminine de Milan. Voici les parcours accidentés de ces créateurs qui tous revendiquent le label "made in Italy".

- Fabiola Manirakiza, 50 ans, est née au Burundi, mais c'est au Zaïre (devenu République démocratique du Congo) qu'elle a appris à coudre, dans une école tenue par des soeurs italiennes.

Médecin de formation, elle a pu se nourrir de cette expérience quand elle a fondé en 2016 sa marque Frida Kiza en Italie, un hommage à l'artiste mexicaine Frida Kahlo.

Elle décrit son art comme "un mélange entre l'Afrique et l'Italie", comme ses foulards en soie à imprimés motif Massaïs qui s'inspirent de la peinture "Le printemps" de Botticelli.

- Claudia Gisèle Ntsama, 29 ans, née au Cameroun, avait décidé dès sa petite enfance de devenir styliste et de préférence en Italie, car "qui dit mode, dit Italie".

Très déterminée, elle a appris l'italien pendant huit ans avant de débarquer dans son pays d'adoption en 2012.

Elle enchaîne des boulots de femme de ménage ou de contrôleuse à l'entrée de stades de football, puis décroche un diplôme de design à Bologne (nord), avant de "tomber amoureuse" du chanvre, "une des fibres les plus écologiques" et fonder sa propre marque.

- Mokodu Fall, 45 ans, originaire du Sénégal, caricaturiste, acteur puis artiste-peintre, est venu en Italie à l'âge de 22 ans "pour vivre une expérience de l'art de la culture". 

"Ma collection reflète surtout mes origines africaines", dit ce fils de diplomate qui partage sa vie entre Rome et Dunkerque dans le nord de la France.

"Ce sont des oeuvres d'art que je transpose sur des vêtements". 

- Joy Meribe, 43 ans, née au Nigeria, a quitté son pays car "les designers de mode n'y sont pas considérés comme prestigieux".

"Je ne suis pas une styliste ethnique, je vis en Italie, j'ai fait des études en Italie et je produis en Italie", souligne Joy, qui a obtenu un master en business international avant de se lancer dans la mode.  

Son inspiration? "Des femmes africaines fortes et intelligentes, comme mes grands-mères".

- Karim Daoudi, né au Maroc il y a 27 ans, est arrivé à l'âge de 13 ans avec sa famille à San Mauro Pascoli dans le nord de l'Italie, "à la recherche d'un avenir meilleur".

"A 17 ans, j'ai commencé à travailler dans un atelier de confection de chaussures pour de grandes marques", avant de remporter un concours de création de chaussures à Rome.

Sa collection, baptisée "Voyage dans la forêt", rassemble des chaussures dans des teintes vives qui lui rappellent le Maroc. Pour financer sa passion, il gagne sa vie comme postier.

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: arrestation de plusieurs partisans de l'opposition  Chaque animal compte : le Kenya recense sa faune sauvage  Indépendantistes pro-Biafra: Amnesty accuse l'armée d'avoir tué 115 personnes 

créateurs

AFP

A Lagos, les créateurs défendent une mode "résolument africaine"

A Lagos, les créateurs défendent une mode "résolument africaine"

design

Le bijoutier des bidonvilles de Nairobi

Le bijoutier des bidonvilles de Nairobi

Milan

AFP

Corruption présumée au Nigeria: Eni et Shell jugés

Corruption présumée au Nigeria: Eni et Shell jugés

Développement

Le Congo met l'Afrique à l'honneur à l'Exposition universelle de Milan 2015

Le Congo met l'Afrique à l'honneur à l'Exposition universelle de Milan 2015

Nicolas

Philippe Mexès: un gros problème de santé ? L’AC Milan inquiet

Philippe Mexès: un gros problème de santé ? L’AC Milan inquiet

mode

AFP

Au Kenya, pour les filles des bidonvilles de Nairobi, la boxe comme mode de (sur)vie

Au Kenya, pour les filles des bidonvilles de Nairobi, la boxe comme mode de (sur)vie

AFP

Au Maroc, l'oasis de Figuig s'accroche

Au Maroc, l'oasis de Figuig s'accroche

AFP

Black Lives Matter bouscule la mode italienne

Black Lives Matter bouscule la mode italienne