mis à jour le

Présidentielle au Tchad: 15 partis d'opposition désignent un candidat unique

Quinze partis d'opposition ont désigné mardi un candidat unique à l'élection présidentielle du 11 avril au Tchad, face au sortant Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans et investi par son parti pour briguer un sixième mandat, a-t-on appris auprès de la coalition.

Théophile Bebzoune Bongoro, 55 ans, un néophyte en politique, a été choisi par les chefs des 15 mouvements, à la surprise générale, par neuf voix contre cinq pour le favori et opposant le plus connu à M. Déby, Saleh Kebzabo. 

Ces partis, réunis pour l'occasion à N'Djamena, avaient créé le 2 février une coalition, l'Alliance Victoire, et promis de désigner un seul candidat et un seul programme contre M. Déby.

Saleh Kebzabo était arrivé deuxième de la présidentielle de 2016 avec 12,8% des voix.

"Nous souhaitons que la transmission du pouvoir se fasse de manière démocratique par les urnes", a déclaré Théophile Bongoro à l'issue de sa désignation.

M. Bongoro, un notaire qui n'a jamais participé à une quelconque élection, a créé en 2018 son propre mouvement politique, le Parti pour le Rassemblement et l'Equité au Tchad (PRET).

Samedi, le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) de M. Déby a investi le chef de l'Etat candidat à sa propre succession. Ce militaire de carrière, récemment promu maréchal par l'Assemblée nationale que le MPS domine largement, dirige le Tchad d'une main de fer et sans partage depuis qu'il a pris le pouvoir par les armes en 1990.

Le même jour, sa police a dispersé manu militari plusieurs manifestations de partis de l'opposition qui avaient préalablement été interdites et, lundi, 14 opposants arrêtés ce jour-là ont été incarcérés et seront jugés notamment pour "troubles à l'ordre public".

L'opposition, pour l'heure, ne sera pas totalement rangée derrière M. Bongoro puisque Romadoumngar Nialbé Félix, président de l'Union pour le renouveau et la démocratie (URD), principale force d'opposition à l'Assemblée nationale avec huit députés, a été récemment investi par son parti pour être candidat.

Et le mouvement de Laokein Kourayo Medar, arrivé en troisième position en 2016, tout comme Les Transformateurs du jeune opposant Succès Masra, n'ont pas rejoint l'Alliance Victoire.

Les candidatures doivent être déposées officiellement à partir du 13 février.

L'élection présidentielle d'avril sera suivie par les législatives, fixées au 24 octobre 2021, après avoir été maintes fois repoussées depuis 2015.

AFP

Ses derniers articles: Soudan du Sud: le parlement dissous, étape attendue de l'accord de paix de 2018  Soudan du Sud: dissolution du parlement  A l'Expo universelle de Dubaï, l'Afrique compte redorer son image 

candidat

AFP

Tchad: le président Déby investi candidat

Tchad: le président Déby investi candidat

AFP

Présidentielle au Congo: Sassou Nguesso officiellement investi candidat du parti au pouvoir

Présidentielle au Congo: Sassou Nguesso officiellement investi candidat du parti au pouvoir

AFP

Présidentielle au Ghana: le candidat de l'opposition conteste les résultats

Présidentielle au Ghana: le candidat de l'opposition conteste les résultats

partis

AFP

Algérie: le président Tebboune consulte les partis en vue d'élections anticipées

Algérie: le président Tebboune consulte les partis en vue d'élections anticipées

AFP

Centrafrique: les partis de l'opposition rejettent la réélection de Touadéra

Centrafrique: les partis de l'opposition rejettent la réélection de Touadéra

AFP

Mali: la junte réunit partis et société civile ce week-end sur la transition

Mali: la junte réunit partis et société civile ce week-end sur la transition

présidentielle

AFP

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

AFP

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

AFP

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense