mis à jour le

RDC: Tshisekedi en route vers "l'Union sacrée" autour de sa personne

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, est en passe de devenir le seul homme fort à la tête du plus grand pays d'Afrique sub-saharienne, en isolant son prédécesseur Joseph Kabila qui perd la majorité à l'Assemblée.

Ex-opposant, le chef de l'Etat dispose désormais des coudées franches à l'Assemblée pour mettre en oeuvre sa politique - lutte contre la corruption et contre les groupes armés dans l'Est - soutenue publiquement par les Etats-Unis et l'Union européenne.

Proclamé président en janvier 2019, mais obligé de partager le pouvoir avec Kabila, dont les partisans étaient majoritaire au Parlement, le président Tshisekedi peut désormais compter sur le soutien de 391 députés sur 500 à l'Assemblée.

C'est en tout cas ce que lui a dit ce jeudi le chargé de mission qu'il avait nommé le 1er janvier pour identifier sa nouvelle majorité parlementaire d'"union sacrée de la Nation".

Habituée aux violences politiques depuis l'indépendance en 1960, la RDC vit une révolution pacifique et constitutionnelle, que les Congolais suivent avec passion, en vaquant normalement à leur vie quotidienne.

Tout a commencé le 6 décembre, quand le président Tshisekedi - fils du chef historique de l'opposition aux Kabila, Etienne Tshisekedi, décédé en 2017 -, a acté l'échec et la fin de sa coalition avec la majorité parlementaire de Joseph Kabila.

- "Majorité écrasante" -

Le doigt appuyé sur la menace de la dissolution, le président Tshisekedi a mis moins de deux mois pour convaincre une majorité de députés, alors que ses propres forces parlementaires étaient des plus maigres (moins d'une centaine d'élus).

Dans ce pays où la politique se confond avec l'affairisme, des rumeurs rapportent que des députés pro-Kabila ont accepté des pots-de-vin pour rejoindre "l'Union sacrée" du nouveau président.

Le résultat est là: cette "majorité écrasante" devrait permettre l'investiture d'un prochain gouvernement pro-Tshisekedi à l'Assemblée nationale, selon le chargé du mission du président, le sénateur Modeste Bahati.

Cela ne devrait pas tarder. Visé par une motion de censure mercredi, le Premier ministre Sylvestre Ilunga doit démissionner très vite.

"J'attends la notification de cette décision (ndr: le résultat de la motion) pour prendre mes responsabilités conformément à la Constitution", a écrit jeudi dans un communiqué le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un proche de l'ancien président Joseph Kabila.

La motion de censure a été adoptée mercredi par 367 voix sur 377 votants à l'Assemblée. Le Premier ministre doit en théorie remettre la démission de son gouvernement au chef de l'Etat dans les 24 heures.

- Transition pacifique -

Homme fort de la RDC pendant 18 ans (janvier 2001-janvier 2019), M. Kabila ne s'est toujours pas exprimé depuis le 6 décembre. Il a quitté Kinshasa pour son fief de Lubumbashi, la capitale du Katanga, depuis mi-décembre.

M. Kabila dispose encore en théorie de la majorité au Sénat, dont il est lui-même membre en tant qu'ancien président.

Les hauts-gradés de l'appareil sécuritaire que M. Kabila avait installé pendant son régime respectent pour l'instant les institutions, donc l'autorité du chef des armées, le président Tshisekedi.

La coalition Tshisekedi-Kabila avait permis la transmission du pouvoir entre les deux hommes le 24 janvier 2019, première transition sans effusion de sang dans l'histoire du Congo depuis l'indépendance du 30 juin 1960.

M. Tshisekedi avait été proclamé vainqueur des élections du 30 décembre 2018, qui avaient permis à M. Kabila de garder le contrôle du Parlement. Les résultats officiels avaient été largement contestés par une partie de l'opposition.

Joseph Kabila, aujourd'hui âgé de 49 ans, avait été propulsé à la tête de la RDC après l'assassinat en janvier 2001 de son père, Laurent-Désiré Kabila, qui avait pris le pouvoir après avoir chassé le maréchal Mobutu.

AFP

Ses derniers articles: Au Nigeria, une chaîne de télé craint pour son avenir après la suspension de Twitter  Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l'enlisement  South African Airways détenue 

route

AFP

Le Kenya, nouvelle escale et nouveau marché sur la route de l'héroïne

Le Kenya, nouvelle escale et nouveau marché sur la route de l'héroïne

AFP

Au Soudan, des voyageurs stoppés en bord de route pour partager l'iftar

Au Soudan, des voyageurs stoppés en bord de route pour partager l'iftar

AFP

Guelleh en route pour un 5e mandat

Guelleh en route pour un 5e mandat

Tshisekedi

AFP

Crimes en RDC: en pleine polémique sur des propos de Kagame, Tshisekedi plaide pour la "justice"

Crimes en RDC: en pleine polémique sur des propos de Kagame, Tshisekedi plaide pour la "justice"

AFP

En RDC, Tshisekedi veut renégocier les contrats miniers

En RDC, Tshisekedi veut renégocier les contrats miniers

AFP

RDC: le Kasaï "fatigué d'attendre" les promesses électorales de Tshisekedi

RDC: le Kasaï "fatigué d'attendre" les promesses électorales de Tshisekedi