mis à jour le

Afrique du Sud: la justice ordonne

La plus haute juridiction sud-africaine a ordonné jeudi à Jacob Zuma de témoigner devant la commission d'enquête sur les soupçons de corruption généralisée durant sa présidence, accentuant la pression sur l'ancien chef d'Etat qui tente d'échapper à la justice.

Les conclusions de la commission anti-corruption ne déboucheront pas directement sur des inculpations, mais pourront être transmises au parquet pour d'éventuelles poursuites.

Depuis des mois, empilant tour à tour les recours ou faisant valoir son droit au silence, l'ancien président a réussi à éviter de témoigner.

"M. Jacob Zuma est enjoint de comparaître et de témoigner devant la commission aux dates fixées par celle-ci", a ordonné la Cour constitutionnelle sud-africaine dans un jugement rendu jeudi. Et il "n'a pas le droit de garder le silence pendant cette procédure", a-t-elle ajouté. 

M. Zuma n'a témoigné qu'une seule fois devant la commission présidée par le juge Raymond Zondo, en juillet 2019. Mais il s'était retiré au bout de quelques jours, considérant qu'il était traité comme un "accusé" et non comme un témoin.

Début octobre, la commission anti-corruption était montée d'un cran en assignant l'ancien chef d'Etat à témoigner, menaçant qu'une absence sans motif constituerait "une infraction pénale".  

Après des mois à jouer au chat et à la souris, Zuma s'était finalement présenté mais n'avait pas fait entendre le son de sa voix. Et cette audition s'était concentrée sur l'examen de la demande de l'ex-président de récuser Raymond Zondo, selon lui "impartial". 

La commission avait répliqué en saisissant la Cour constitutionnelle, afin qu'elle se prononce sur l'obligation de Zuma à témoigner.

A nouveau convoqué en janvier, l'ancien chef d'Etat avait fait savoir, par le biais de ses avocats, qu'il ne se présenterait pas. Cette fois-là, les auditions n'avaient toutefois pas eu lieu, le président de la commission devant s'isoler après qu'un de ses proches collaborateurs a été testé positif au Covid-19. 

La commission n'a pas encore donné de nouvelle date de convocation. 

Englué dans les scandales, l'ancien président (2009-2018) avait été poussé à la démission et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a promis d'éradiquer la corruption.

La commission d'enquête, qui devait initialement siéger jusqu'en mars, doit demander une prolongation en raison du retard causé par la pandémie de Covid-19. Elle a déjà entendu des dizaines de ministres ou ex-ministres, élus, hommes d'affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour le linge sale de l'ère Zuma.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: Zuma en liberté conditionnelle pour raisons médicales

Afrique du Sud: Zuma en liberté conditionnelle pour raisons médicales

AFP

En Afrique du Nord, l'énergie solaire peine

En Afrique du Nord, l'énergie solaire peine

AFP

Afrique du Sud: les scientifiques surveillent un nouveau variant

Afrique du Sud: les scientifiques surveillent un nouveau variant

commission

AFP

Ethiopie: la commission des droits humains appelle

Ethiopie: la commission des droits humains appelle

AFP

La commission électorale éthiopienne "confiante" malgré les doutes sur le vote

La commission électorale éthiopienne "confiante" malgré les doutes sur le vote

AFP

RDC: la réforme de la Commission électorale adoptée

RDC: la réforme de la Commission électorale adoptée

justice

AFP

Afrique du Sud: appel aux dons pour payer les frais de justice de Jacob Zuma

Afrique du Sud: appel aux dons pour payer les frais de justice de Jacob Zuma

AFP

Nigeria: cinq militants anti-Buhari toujours détenus malgré une décision de justice

Nigeria: cinq militants anti-Buhari toujours détenus malgré une décision de justice

AFP

La justice impose

La justice impose