mis à jour le

Ouganda: Bobi Wine affirme que "des fraudes et des violences" ont marqué l'élection

Le candidat de l'opposition Bobi Wine, principal adversaire du président sortant Yoweri Museveni, a déclaré vendredi que l'élection présidentielle de la veille avait été entachée "de fraudes et de violences", tout en restant positif sur la "situation".

L'ancien chanteur et député n'a donné aucun détail dans ce message posté sur Twitter, malgré la censure des réseaux sociaux imposée par les autorités qui affirment que l'élection s'est déroulée dans le calme. 

"Malgré les fraudes répandues et les violences observées à travers le pays plus tôt aujourd'hui, la situation semble toujours bonne. Merci à toi l'Ouganda pour être venu (...) voter en nombre record", a-t-il écrit peu après minuit.

"L'enjeu est maintenant pour M. Byabakama (le chef de la commission électorale, Ndlr) et la commission électorale d'annoncer la volonté du peuple", a-t-il ajouté. 

Contacté par l'AFP, M. Wine, qui affirmait jeudi soir dans un précédent tweet que son téléphone était "bloqué", n'était pas joignable dans l'immédiat pour apporter des précisions.

Jeudi soir, le président de la Commission électorale, Simon Byabakama a estimé que le vote s'est "généralement déroulé dans le calme dans tout le pays", ce qu'a aussi confirmé le porte-parole de la police, Fred Enanga.

Ce scrutin présidentiel et législatif, placé sous haute surveillance, s'est déroulé sans accès ou presque à internet, largement perturbé, pas plus qu'aux réseaux sociaux et services de messagerie, suspendus depuis mardi.

Les 18 millions d'électeurs ougandais (sur une population totale de 44 millions) étaient appelés à départager M. Wine, devenu à 38 ans le principal candidat de l'opposition, et M. Museveni, qui brigue après 35 ans de pouvoir un sixième mandat, au terme d'une campagne électorale particulièrement violente.

Cette dernière a été émaillée d'arrestations et d'émeutes, et endeuillée par plusieurs dizaines de morts. Mi-novembre, au moins 54 personnes ont été tuées par la police lors de violences déclenchées par une énième arrestation de M. Wine, maintes fois appréhendé depuis 2018.

Jeudi, M. Wine, Robert Kyagulanyi de son vrai nom, a affirmé que plusieurs observateurs électoraux de son parti avaient été arrêtés dans la matinée et a dénoncé les dysfonctionnements de certaines machines biométriques utilisées pour vérifier l'identité des votants.

Les résultats de l'élection seront connus "d'ici samedi 16H00", selon la commission électorale.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: la modernisation de l'économie enlisée dans les crises  Togo: les frontières terrestres toujours fermées pèsent sur les commerçants  Algérie/élections: victoire du parti au pouvoir mais abstention record 

fraudes

AFP

Tanzanie: l'opposition dénonce des fraudes en amont des élections

Tanzanie: l'opposition dénonce des fraudes en amont des élections

AFP

Législatives au Botswana: le recours pour fraudes de l'opposition rejeté par la justice

Législatives au Botswana: le recours pour fraudes de l'opposition rejeté par la justice

AFP

Elections en Namibie: 2 partis d'opposition font état de fraudes

Elections en Namibie: 2 partis d'opposition font état de fraudes

marque

AFP

La Tunisie marque sous tensions les 10 ans de la fuite de Ben Ali

La Tunisie marque sous tensions les 10 ans de la fuite de Ben Ali

AFP

Le Burundi, un pays pauvre marqué par les conflits interethniques

Le Burundi, un pays pauvre marqué par les conflits interethniques

AFP

Epidémie d'Ebola en RDC: la course aux vaccins bat son plein, l'épidémie marque le pas

Epidémie d'Ebola en RDC: la course aux vaccins bat son plein, l'épidémie marque le pas