mis à jour le

Confinée, la Tunisie célèbre le 10e anniversaire de sa révolution

Quelques émissions spéciales mais pas de drapeaux ni de manifestations: le 10e anniversaire de la chute de Zine el Abidine Ben Ali en Tunisie sera marqué par des rues vides en raison d'un confinement suite à l'aggravation de la pandémie.

"Normalement, on aurait manifesté sur l'avenue pour demander plus de justice sociale, car les gouvernements qui se succèdent depuis 2011 n'ont toujours pas pris en compte cette demande", explique Alaa Talbi, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, une ONG.

"Mais ce 14 janvier je reste chez moi, pour la première fois depuis dix ans, car la crise sanitaire est grave", estime-t-il.

La Tunisie enregistre plus de 50 morts par jour, et des médecins alertent sur la difficulté croissante à trouver des lits pour les malades les plus graves. Un confinement de quatre jours démarre jeudi.

Si la puissante centrale syndicale UGTT et les autres organisations ont renoncé à manifester vu la situation sanitaire, les revendications n'en restent pas moins fortes.

La hausse des prix, la persistance du chômage et la défaillance croissante des services publics, alors que la pandémie a encore accentué la précarité, nourrit une déception à la hauteur des espoirs nés en 2011.

- "Déçus" mais "fiers" -

Le 14 janvier de cette année-là, après plusieurs semaines de troubles déclenchés par l'immolation d'un vendeur ambulant dans l'intérieur du pays, une foule inédite se rassemble devant le ministère de l'Intérieur, centre névralgique du régime au coeur de la capitale.

La colère contre la misère se tourne contre le régime, et le foule scande "Dégage". Le soir même, Ben Ali prend la fuite vers un exil doré en Arabie saoudite, où il est décédé en 2019, dans la discrétion.

Cette fuite après 23 années de règne a été suivie par des soulèvements dans plusieurs pays de la région et la chute d'autres autocrates considérés jusqu'alors comme inamovibles. Mais la Tunisie est le seul à avoir poursuivi sa démocratisation.

"On peut être déçus, ça ne veut pas dire qu'on regrette: dix ans, c'est peu pour transformer un système en place depuis des décennies, et on peut être fiers des avancées", souligne M. Talbi.

"Nous avons instauré un nouveau système politique, nous nous sommes mis d'accord sur une Constitution, même si elle n'est pas encore complètement mise en oeuvre, et nous avons respecté les échéances électorales", explique-t-il.

"Maintenant, il faut une transition économique".

La Tunisie, qui dépend largement des bailleurs internationaux, notamment européens, a achevé au printemps dernier un programme d'appui du Fonds monétaire international sans avoir relancé son économie, et son budget 2021 est encore loin d'être bouclé.

- Départs clandestins -

La pandémie a fait replonger le tourisme, pilier de l'économie déjà ébranlé par des attentats meurtriers en 2015, dans une nouvelle crise qui a mis au chômage des dizaines de milliers de personnes.

La production de phosphate et de pétrole a été entravée par des manifestations récurrentes pour réclamer emplois et infrastructures dans les régions marginalisées.

La classe politique, fragmentée et paralysée par des luttes de pouvoir, peine à agir, et elle est accusée de servir des intérêts personnels.

Neuf gouvernements en dix ans "ont peiné (...) à équilibrer les intérêts de l'élite traditionnelle avec ceux de la population défavorisée" souligne l'Institut Transnational, un think tank basé à Amsterdam.

Face au manque de perspectives, les départs clandestins vers l'Europe ont connu un pic inédit depuis 2011: les Tunisiens ont été de loin la principale nationalité en terme d'arrivées irrégulières sur les côtes italiennes l'an passé.

Selon le ministère de l'Intérieur italien, 12.883 Tunisiens sont arrivés en Italie en 2020, soit cinq fois plus qu'en 2019.

Toutes ces déceptions et frustrations alimentent par ailleurs une tentation de retour en arrière, poussant sur le devant de la scène politique et médiatique des tenants de l'ancien régime.

Le parti destourien libre (PDL), mené par une ancienne cadre du parti de Ben Ali, Abir Moussi, a ainsi le vent en poupe dans les sondages. Il prône l'éradication des islamistes, principale force politique parlementaire depuis 2011, et le retour à un régime présidentiel à poigne.

Mais "la jeunesse qui a grandi dans une Tunisie libre croit encore en la révolution", estime M. Talbi.

AFP

Ses derniers articles: Mali: six soldats maliens tués et 18 blessés dans deux attaques "terroristes"  Mali: trois soldats maliens tués dans le Centre par des jihadistes présumés  Sahara: le Polisario promet "l'escalade" avec le Maroc 

anniversaire

AFP

Soudan: des milliers de manifestants en colère au 2e anniversaire de la révolte

Soudan: des milliers de manifestants en colère au 2e anniversaire de la révolte

AFP

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe

AFP

Le Zimbabwe fête le 40e anniversaire de son indépendance confiné et en crise

Le Zimbabwe fête le 40e anniversaire de son indépendance confiné et en crise

révolution

AFP

Tunisie: troubles nocturnes quelques jours après les dix ans de la révolution

Tunisie: troubles nocturnes quelques jours après les dix ans de la révolution

AFP

Dix ans après, les victimes de la révolution tunisienne attendent toujours justice

Dix ans après, les victimes de la révolution tunisienne attendent toujours justice

AFP

A Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne, une décennie d'espoirs déçus

A Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne, une décennie d'espoirs déçus

Tunisie

AFP

Manifestations en Tunisie après plusieurs nuits de heurts

Manifestations en Tunisie après plusieurs nuits de heurts

AFP

Tension en Tunisie après une 4e nuit consécutive de heurts

Tension en Tunisie après une 4e nuit consécutive de heurts

AFP

La Tunisie marque sous tensions les 10 ans de la fuite de Ben Ali

La Tunisie marque sous tensions les 10 ans de la fuite de Ben Ali