mis à jour le

Ouganda: réseaux sociaux et messageries suspendus

L'Ouganda a ordonné mardi aux opérateurs internet de suspendre l'accès aux réseaux sociaux et services de messagerie jusqu'à nouvel ordre, deux jours avant une élection présidentielle tendue.

Les Ougandais voteront jeudi lors d'élections présidentielle et législatives où le président sortant Yoweri Museveni, 76 ans, au pouvoir depuis 1986, affronte l'opposant Bobi Wine, 38 ans, au terme d'une campagne électorale plus violente que les précédentes.

Des candidats de l'opposition ont été arrêtés et empêchés de faire campagne. Leurs supporters ont été visés par des gaz lacrymogène et parfois par des balles réelles.

Journalistes couvrant l'opposition, critiques du régime ou encore organisations d'observation des élections ont de diverses manières été empêchés de travailler, suscitant des craintes pour l'équité et la transparence du scrutin. 

Mardi, la directrice de la Commission ougandaise des communications, Irene Sewankambo, a ordonné dans un courrier transmis aux opérateurs internet et consulté par l'AFP de "suspendre immédiatement tout accès" à l'ensemble des réseaux sociaux et services de messagerie, notamment Facebook, Twitter, WhatsApp, Signal et Viber.

Selon une source travaillant dans le secteur des télécommunications et parlant sous le couvert de l'anonymat, cette mesure a été prise en représailles de la fermeture lundi par Facebook de plusieurs comptes appartenant à des responsables gouvernementaux ou des soutiens du président Yoweri Museveni 

Le géant américain les a accusés d'avoir cherché à "influer sur le débat public en amont de l'élection". 

- "Impossible de gagner" -

Mardi matin, Wine, ancien chanteur devenu député qui s'est imposé comme le principal adversaire de M. Museveni, a appelé les électeurs ougandais à voter en masse et à "protéger leur vote".

Qualifiant d'"illégal" l'ordre donné par la Commission électorale aux électeurs de s'éloigner rapidement des bureaux de vote après avoir glissé leur bulletin dans l'urne, il a, au contraire, enjoint ces derniers à utiliser leurs "téléphones, leurs caméras" pour surveiller le scrutin.

Wine a déclaré dans une récente interview à l'AFP que ses supporters étaient "pacifiques mais fermes" et a promis des manifestations, non violentes, si l'élection semblait truquée.  

Au cours de la campagne, Bobi Wine, arrêté maintes fois depuis 2018, a troqué ses costumes ajustés et son béret rouge pour un gilet pare-balle et un casque. En novembre, 54 personnes ont été tuées par la police lors de violences qui ont suivi une énième arrestation du candidat.

Loin du tumulte, Museveni a tranquillement sillonné le pays ces dernières semaines, coiffé de son emblématique chapeau à large bord, inaugurant de nouvelles routes, et tenant le décompte du nombre de jours le séparant de la victoire sur ses posters de campagne.

Pendant son long règne, l'ancien guérillero est parvenu à fusionner l'Etat avec son parti, le Mouvement pour la résistance nationale (NRM), et à empêcher toute alternative politique. En 35 ans, il n'a jamais perdu une élection.

"Le contexte rend simplement impossible de gagner une élection contre Museveni. L'identité du challenger importe peu", observe l'analyste politique ougandais Bernard Sabiti.

- Jeunesse -

Mais l'émergence de Bobi Wine, Robert Kyagulanyi de son vrai nom, a ébranlé le président, qui préside aux destinées d'une population extrêmement jeune - l'âge médian est inférieur à 16 ans - et de plus en plus urbanisée et éduquée.  

Cette jeunesse n'a connu d'autre dirigeant que Museveni et est moins sensible que ses aînés à la stabilité et à la prospérité relative que le président a amenées après les sombres années Idi Amin Dada et Milton Obote.

De plus, elle peine à se construire un avenir dans un pays où seulement 75.000 nouveaux emplois sont créés chaque année pour les 700.000 jeunes qui entrent dans le même temps sur le marché du travail, selon la Banque mondiale. 

Bobi Wine, qui avait trois ans lorsque Museveni est arrivé au pouvoir, promet de mettre fin à la corruption, responsable selon lui de l'absence de débouchés.

"Nous voulons du changement. Il n'y a pas d'emplois, pas d'argent, nous ne pouvons pas aller étudier et quand nous allons à l'hôpital, il n'y a pas de médicaments", explique Dorah Wasswa, 23 ans, qui vend des produits à la sauvette dans une rue de Kampala. 

L'image, mise en avant par sa campagne, d'un Museveni bienveillant et fringant malgré son âge - il aime à faire des pompes en public - n'a pas su dissimuler son courroux face à Bobi Wine.

Il accuse ce dernier d'être soutenu par "les étrangers" et "les homosexuels", et a plus largement suggéré que ses opposants sont aidés par des "gangs criminels".   

Face à Museveni, l'opposition n'est pas parvenue à s'unifier et présente 10 candidats qui ont vécu une campagne compliquée, à commencer par Wine, que les forces de sécurité ont accusé, ainsi que ses supporters, d'enfreindre les mesures de lutte contre le Covid-19.

AFP

Ses derniers articles: Ci-gît l'enfant Mtoto: la plus ancienne sépulture d'Afrique dévoile ses secrets  Mali: circonstances et contexte de l'enlèvement du journaliste Olivier Dubois  Afrique du Sud: l'ANC suspend un de ses dirigeants pour corruption 

présidentielle

AFP

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

AFP

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

AFP

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

réseaux

AFP

En Algérie, un nouveau féminicide attise la colère sur les réseaux sociaux

En Algérie, un nouveau féminicide attise la colère sur les réseaux sociaux

AFP

Un instituteur sénégalais mobilise les réseaux sociaux pour réparer lui-même des classes

Un instituteur sénégalais mobilise les réseaux sociaux pour réparer lui-même des classes

AFP

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère