mis à jour le

Centrafrique: des dizaines de milliers de déplacés par les violences électorales (ONU)

Les violences survenues dans le contexte des élections en Centrafrique ont poussé plus de 30.000 personnes à fuir vers des pays voisins, et généré des dizaines de milliers de déplacés internes, a indiqué l'ONU vendredi.

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) "exprime sa vive inquiétude en raison des violences et de l'insécurité survenues dans le contexte des élections présidentielles et législatives du 27 décembre" en Centrafrique, a déclaré un porte-parole du HCR, Boris Cheshirkov, lors d'un point de presse.

Dans le pays, quelque 185.000 personnes ont fui dans la brousse et la forêt depuis le 15 décembre, principalement à titre préventif. Nombre d'entre elles sont revenues depuis dans leur lieu de résidence, mais l'ONU estime qu'environ 62.000 sont toujours déplacées.

Les violences électorales ont également forcé plus de 30.000 personnes à fuir vers des pays voisins, au Cameroun, au Tchad, en République démocratique du Congo (RDC) et au Congo.

Près de 24.200 ont traversé le fleuve Oubangui, où le HCR a renforcé sa présence, pour rejoindre les provinces du Bas-Uélé et du Nord-Ubangui en RDC. Au moins 15.000 d'entre elles sont arrivées dans le village de Ndu, à la suite d'attaques dans les villes centrafricaines de Damara et Bangassou les 2 et 3 janvier, selon la même source.

Le HCR se dit préoccupé par les informations faisant état de violations des droits humains en Centrafrique et demande aux pays voisins de continuer à accorder l'accès aux personnes en quête de sécurité.

Ces élections présidentielle et législatives se sont tenues dans un pays en proie depuis 2013 à une guerre civile, très meurtrière jusqu'en 2018, et ravivée depuis près de trois semaines par l'annonce d'une offensive rebelle pour empêcher ces scrutins.

L'opposition conteste la réélection du président Faustin Archange Touadéra, et exige son annulation en invoquant des "fraudes massives" et l'impossibilité pour un électeur sur deux de se rendre aux urnes.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: l'Amhara appelle ses habitants  Nigeria: 28 lycéens libérés par leurs ravisseurs dans le nord-ouest  Soudan du Sud: Jemma Nunu Kumba, première femme 

deplaces

AFP

Eruption en RDC:

Eruption en RDC:

AFP

Burkina: plusieurs milliers de déplacés après l'attaque sanglante contre Solhan

Burkina: plusieurs milliers de déplacés après l'attaque sanglante contre Solhan

AFP

Volcan Nyiragongo: 400.000 déplacés après l'évacuation de Goma, éruption toujours possible

Volcan Nyiragongo: 400.000 déplacés après l'évacuation de Goma, éruption toujours possible

violences

AFP

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

AFP

Violences en Afrique du Sud: une tentative de déstabiliser l'Etat, selon le président

Violences en Afrique du Sud: une tentative de déstabiliser l'Etat, selon le président

AFP

Afrique du Sud: craintes de pénuries au 6e jour de violences

Afrique du Sud: craintes de pénuries au 6e jour de violences