mis à jour le

Nigeria:

Le coronavirus progresse rapidement à Lagos, capitale économique du Nigeria, qui fait face à une deuxième vague "plus contagieuse" et "plus mortelle" que la précédente, alors que les structures hospitalières commencent à être débordées et qu'une large partie de ses habitants ignore les recommandations sanitaires.

La journée, sur les plages bondées de la ville la plus peuplée d'Afrique, des milliers de fêtards et familles se retrouvent à l'occasion des fêtes de fin d'année, sans masque ou respect des mesures barrières.

Le soir, dans les discothèques, qui n'ont pas le droit d'ouvrir, les tubes d'Afrobeat continuent de faire danser la jeunesse, peu soucieuse d'un couvre-feu imposé, et qu'un simple billet glissé aux barrages de police permet aisément de contourner. 

Le week-end, des mariages rassemblant des centaines d'invités, limités à cinquante par les autorités, se déroulent à la vue de tous, parfois sous la protection des forces de l'ordre payées pour l'occasion...

Et quand bien même, avec la meilleure des volontés, il serait impossible de respecter les mesures de distanciation sociale dans les transports et les quartiers surpeuplés de cette ville tentaculaire de 20 millions d'habitants, où l'immense majorité vit au jour le jour pour assurer sa survie. 

A Lagos, après des mois de restrictions et un confinement extrêmement strict mis en place aux premiers mois de l'épidémie, et qui a fait plonger le pays dans la récession, beaucoup vivent désormais comme si le coronavirus n'existait pas.

Certains, parce qu'ils n'y croient pas. D'autres, parce que le virus les effraie peu comparé à l'extrême pauvreté à laquelle ils font déjà face.

- "Symtômes plus sévères" -

"Si je me sens mal, j'irai juste faire un test pour le paludisme, pas pour le Covid-19, ça ne nous tue pas", affirme Ali, un chauffeur de taxi de 27 ans. 

Et pourtant, les contaminations progressent, et vite.

"Nous sommes bien entrés dans la deuxième vague de la pandémie. Hier, Lagos a enregistré de manière effrayante son plus grand nombre d'infections en une journée", a affirmé mardi le gouverneur de Lagos, Babajide Sanwo-Olu. 

"Cette deuxième vague s'accompagne de symptômes plus sévères, et d'un nombre plus important de cas positifs détectés", selon lui. 

Depuis le début de la pandémie, la ville a enregistré 33.329 cas (dont 250 morts) de coronavirus sur les 94.369 cas (dont 1.324 morts) comptabilisés au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique. 

Si le nombre d'infections rapportées reste bas, ces données sont sous-évaluées: le nombre de tests est largement inférieur à ceux en Europe, ou même en Afrique du Sud, qui comptabilise plus d'un million de cas positifs. En outre, au Nigeria, moins de 10% des décès sont en temps normal rapportés aux autorités.

- "Tsunami" -

Or, les personnels de santé tirent la sonnette d'alarme.

A l'hôpital Paelon Memorial, dans le quartier d'affaires de Victoria Island, "ce n'est plus une deuxième vague, mais un tsunami", affirme sa directrice Ngozi Onyia. 

"Mes téléphones ne cessent de sonner, une foule de patients positifs se pressent chez nous, je dois prendre des décisions difficiles", dit elle. "Qui accepter dans notre centre, qui mettre sous l'un de nos quatre ventilateurs, ce sont des décisions éthiques que je n'avais jamais prises en 38 ans", poursuit la docteure. 

Même son de cloche du côté de l'hôpital public. "La résurgence du Covid-19 ravage notre terre et fait de nombreuses victimes", avertit le directeur de l'hôpital universitaire de Lagos (Luth), le professeur Chris Bode.

"Contrairement à la première vague, celle-ci est bien plus contagieuse et meurtrière", ajoute le directeur, qui appelle au respect des mesures prises par les autorités.

Il impute aussi l'accélération des contaminations à un nouveau variant présumé du coronavirus découvert mi-décembre.

Le professeur Christian Happi, à l'origine du séquençage de ce variant, appelle toutefois à la prudence. Les résultats de son étude seront connus à la fin du mois, et il est impossible pour l'heure de dire si ce variant est plus transmissible et dangereux.

Au même moment, les autorités haussent le ton, agitant le chiffon rouge d'un nouveau confinement.

"Nous ne voulons pas décréter un nouveau confinement. Vous devez porter vos masques et éviter les endroits bondés", enjoint le gouverneur de Lagos.

Pour l'heure, "le meilleur remède reste les messages de prévention", selon Yap Boum, le représentant pour l'Afrique d'Epicentre, la branche recherche de Médecins sans frontières.

Car les hôpitaux restent sous équipés, notamment en oxygène. Quant aux vaccins, le gouvernement a annoncé espérer recevoir 100.000 doses d'ici la fin du mois, et pouvoir vacciner en 2021 40% de la population. 

Mais les défis pour acheminer, stocker et vacciner une population de 200 millions d'habitants sont immenses.

AFP

Ses derniers articles: Elections en Ethiopie: comptage des voix en cours, le Premier ministre se félicite  Le Congo et la Chine conviennent de restructurer la dette congolaise  Toboggan et ateliers derrière les murs de la prison pour femmes de Bamako