mis à jour le

Ghana: l'armée intervient avant l'élection d'un député de l'opposition

L'armée ghanéenne est intervenue dans la nuit de mercredi à jeudi au sein du Parlement pour calmer les bagarres entre les députés qui ont élu, pour la première fois dans l'histoire du Ghana, un membre de l'opposition comme représentant.

Alban Bagbin, député du Congrès national démocratique (NDC), le parti de l'opposition, a été élu avec 138 voix contre 136 pour le candidat du Nouveau parti patriotique, la formation du président Nana Akufo-Addo, réélu pour un second mandat en décembre et attendu pour son investiture officielle dans quelques heures. 

"J'accepte avec humilité le privilège qui m'est offert de présider le 8ème Parlement de la 4e République du Ghana", a déclaré Alban Bagbin. 

Le Parlement est divisé entre les deux principaux partis, qui possèdent chacun 137 sièges, et un candidat indépendant. Un vote a été considéré comme nul et un élu du parti au pouvoir a vraisemblablement voté pour l'opposition.

L'armée ghanéenne est intervenue quelques heures auparavant dans l'enceinte du Parlement pour rétablir le calme, après qu'un député du parti au pouvoir a tenté de voler les bulletins de vote.

Après plusieurs heures de bagarres, cette intervention s'est dérouéle devant les caméras de la télévision nationale, qui retransmettaient en direct cette séance.

"C'est une entorse totale à la loi", s'est indigné Kwame Twumasi Ampofo, député du NDC. "Quand bien même il y aurait des problèmes de sécurité, l'armée n'a pas sa place dans la Chambre. Nous protestions (contre la tentative de vol des bulletins) mais nous n'étions pas violents", assure-t-il.

Un député de l'opposition avait été suspendu mercredi après une décision de justice motivée par sa double nationalité, mais il a insisté pour voter jeudi matin, causant des scènes de bagarres et de chaos. 

"Un tribunal a fait savoir qu'un élu n'était pas autorisé à voter", a déclaré à l'AFP Atta Akyea, un député du parti au pouvoir. "Tout ce vote (pour élire le président du Parlement) est donc teinté d'irrégularités, c'est une honte", a-t-il estimé.

- Situation de blocage -

Cette division quasi égale entre l'opposition et le parti au pouvoir inquiète les observateurs qui craignent des "blocages" à l'avenir dans les décisions politiques du pays, dans un contexte économique difficile dû à la crise du coronavirus. 

"Il ne faudrait pas qu'on se retrouve dans une situation où le NDC (opposition) a la majorité et s'en serve uniquement pour bloquer les actions du gouvernement", met en garde Kobi Annan, chercheur en sciences politiques pour Songhai Advisory, un think-tank ghanéen sur l'Afrique subsaharienne.

"Cela doit être l'opportunité d'une collaboration entre les deux principaux partis, qui doivent s'entendre pour l'intérêt collectif du Ghana", souligne-t-il. 

Ce pays réputé comme un exemple démocratique en Afrique de l'Ouest a voté dans un double scrutin présidentiel et législatif extrêmement serré qui s'était globalement déroulé dans le calme. 

Mais fin décembre le candidat de l'opposition John Dramani Mahama (47,36% des voix) a saisi la Cour suprême pour contester les résultats de l'élection présidentielle remportée par M. Akufo-Addo (51,59%).

Ces deux adversaires politiques de longue date s'affrontaient pour la troisième fois, avec lors des deux précédents scrutins des résultats également serrés.

Plusieurs représentants de la communauté internationale étaient attendus jeudi pour l'investiture du président Akufo-Addo, dont Jean-Yves le Drian, ministre français des Affaires étrangères qui se rendra ensuite au Burkina Faso pour rencontrer le président Roch Marc Christian Kaboré, également réélu fin novembre.

AFP

Ses derniers articles: Crise politique en Tunisie: le principal parti mobilise ses partisans dans la rue  Niger: l'opposant Mahamane Ousmane "exige" la libération des détenus  Sahara occidental: le Polisario accuse l'ONU de faire le jeu du Maroc 

député

AFP

Portugal: un député d'extrême-droite pour le renvoi d'une collègue en Afrique

Portugal: un député d'extrême-droite pour le renvoi d'une collègue en Afrique

AFP

Violences post-électorales au Gabon: un ancien député condamné

Violences post-électorales au Gabon: un ancien député condamné

AFP

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

l'armée

AFP

L'armée camerounaise de nouveau accusée d'exactions contre des civils (HRW)

L'armée camerounaise de nouveau accusée d'exactions contre des civils (HRW)

AFP

Ethiopie: l'armée érythréenne a tué "des centaines de civils" au Tigré, selon Amnesty

Ethiopie: l'armée érythréenne a tué "des centaines de civils" au Tigré, selon Amnesty

AFP

Mozambique: accalmie des violences jihadistes, l'armée reprend ses marques

Mozambique: accalmie des violences jihadistes, l'armée reprend ses marques

parlement

AFP

Des centaines de Tunisiens manifestent près d'un Parlement barricadé

Des centaines de Tunisiens manifestent près d'un Parlement barricadé

AFP

Ghana: le président investi après une bagarre au Parlement

Ghana: le président investi après une bagarre au Parlement

AFP

RDC: le Parlement devient le siège de la bataille rangée Tshisekedi-Kabila

RDC: le Parlement devient le siège de la bataille rangée Tshisekedi-Kabila