mis à jour le

Crise politique en RDC: l'ONU condamne les violences, les Etats-Unis évoquent une "occasion historique"

Les Nations unies ont condamné mercredi "les incidents violents" lundi et mardi au Parlement de la République démocratique du Congo, où les partisans du président Félix Tshisekedi sont à la man½uvre pour renverser la majorité parlementaire de son prédécesseur Joseph Kabila.

Soutien inconditionnel du président Tshisekedi, l'ambassadeur américain à Kinshasa Mike Hammer a estimé pour sa part sur Twitter que "la RDC a l'occasion historique de mener à bien les réformes nécessaires", tout en mettant en garde contre les violences.

Dans un communiqué à New York, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné "les incidents violents" et appelé "tous les acteurs politiques à résoudre leurs différents pacifiquement, à travers le dialogue, conformément à la Constitution et dans l'intérêt du peuple congolais".

Plus tôt, sa représentante en RDC, Leila Zerrougui, avait déjà condamné "les incidents violents qui ont eu lieu ces derniers jours dans l'enceinte et autour du Palais du peuple à Kinshasa", selon la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

"Ces incidents constituent une atteinte inacceptable à l'État de droit et aux institutions congolaises", a ajouté la Monusco.

Mme Zerrougui a appelé "tous les représentants des partis politiques et leurs militants au calme et à la responsabilité" afin de résoudre cette crise qui, "si elle persistait, pourrait avoir des répercussions sérieuses sur la situation économique et sécuritaire du pays". 

Lundi et mardi, des violences ont éclaté à l'intérieur du siège du Parlement entre les partisans du président Tshisekedi et ceux de la majorité parlementaire fidèle à son prédécesseur Joseph Kabila. 

Les partisans de M. Tshisekedi ont saccagé lundi le mobilier de la salle des plénières avant une bataille rangée mardi qui a fait des blessés.

Dimanche, le président Tshisekedi avait annoncé la fin de la coalition au pouvoir et la recherche d'une nouvelle majorité à l'Assemblée, faute de quoi il dissoudrait la chambre basse de l'Assemblée.

Le FCC pro-Kabila a dénoncé un "coup d'État constitutionnel" après les derniers développements mardi (convocation d'une séance plénière jeudi pour examiner une demande de démission de la présidente pro-Kabila de l'Assemblée).

"Les États-Unis appuient les efforts visant à atteindre cet objectif (ndr: de "réformes nécessaires"), a estimé l'ambassadeur américain sur Twitter, en appelant "tous les acteurs à saisir cette opportunité et à s'abstenir de toute violence".

L'ambassadeur Mike Hammer a relayé un communiqué conjoint États-Unis, Royaume- Uni, Canada, Suisse, Japon Corée du Sud.

"Nous appelons toutes les parties à travailler de bonne foi et à s'engager pacifiquement dans le processus politique, en évitant toute action qui pourrait générer violence ou insécurité dans l'ensemble du pays", indique ce communiqué conjoint.

AFP

Ses derniers articles: RDC: victoire du président Tshisekedi pour asseoir son pouvoir face  Cameroun: 53 morts dans une collision entre un car et une camionnette  Ghana: le charismatique ancien chef de l'Etat Jerry Rawlings enterré avec les honneurs 

crise

AFP

Ethiopie:

Ethiopie:

AFP

Famine: le PAM alerte sur une crise humanitaire

Famine: le PAM alerte sur une crise humanitaire

AFP

En Centrafrique, la crise sécuritaire s'ajoute

En Centrafrique, la crise sécuritaire s'ajoute

Etats-Unis

AFP

Sahara occidental: les Etats-Unis lancent le processus d'ouverture d'un consulat

Sahara occidental: les Etats-Unis lancent le processus d'ouverture d'un consulat

AFP

Les Etats-Unis retirent formellement le Soudan de leur liste noire

Les Etats-Unis retirent formellement le Soudan de leur liste noire

AFP

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

l'ONU

AFP

Somalie: l'ONU appelle

Somalie: l'ONU appelle

AFP

Sahel: deux millions de déplacés internes, un niveau jamais atteint selon l'ONU

Sahel: deux millions de déplacés internes, un niveau jamais atteint selon l'ONU

AFP

Etat d'urgence en Centrafrique, où l'émissaire de l'ONU veut une hausse "substantielle" des Casques bleus

Etat d'urgence en Centrafrique, où l'émissaire de l'ONU veut une hausse "substantielle" des Casques bleus