mis à jour le

Egypte: au Sinaï, les civils de retour sous la menace des pièges de l'EI

Craignant pour leur vie, des habitants du Sinaï égyptien avaient pris la fuite à l'arrivée du groupe jihadiste Etat islamique dans leurs villages. Depuis deux mois, ils ont commencé à y retourner mais sont désormais confrontés au piège des mines posées dans leur maisons.

"J'ai perdu ma belle-soeur et son bébé de neuf mois quand une bombe artisanale placée dans leur maison a explosé", dit à l'AFP un habitant du village d'Aqtiya, dans le nord de la péninsule du Sinaï, qui préfère taire son nom par peur de représailles.

Une quinzaine de personnes ont été tuées depuis mi-octobre par des engins explosifs improvisés dans ce village et d'autres situés dans les environs de Bir al-Abd, selon des sources sécuritaires.

Ces explosions ont traumatisé le millier d'habitants déjà rentrés dans leurs villages après des mois passés loin de chez eux, au cours desquels les forces égyptiennes ont poursuivi les opérations pour tenter de déloger l'EI de la région.

Depuis des années, l'armée tente de mettre fin aux attaques et violences jihadistes dans le Sinaï (est), menées principalement par la branche locale de l'EI et qui se sont multipliées après la destitution en 2013 par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi.

- "Jouets piégés" -

Mais ces opérations militaires n'ont pas empêché ces jihadistes d'intensifier leurs attaques contre les forces de sécurité, les civils et les installations gazières.

Un autre villageois de retour chez lui, joint par téléphone, confirme que les jihadistes ont transformé les habitations en "caches pour échapper" à l'armée, avant de les piéger: "Ils ont même volé notre bétail!", dit-il.

Facilement accessible depuis le désert au sud, la localité de Bir al-Abd a été en 2017 le théâtre de l'attentat le plus sanglant de l'histoire récente de l'Egypte, quand 300 fidèles ont été tués dans un assaut contre une mosquée lors de la prière.

L'attaque a été menée par des hommes armés brandissant des drapeaux noirs similaires à ceux de l'EI, même si ce groupe n'a pas revendiqué l'opération.

Selon des estimations du département d'Etat américain, l'EI a mené plus de 130 attaques utilisant des bombes artisanales, principalement dans le nord et le centre du Sinaï en 2019, ainsi que des attaques "quasi hebdomadaires contre des positions" des forces de sécurité.

D'après des experts, piéger les habitations de civils est une tactique déjà utilisée par le groupe jihadiste dans d'autres pays.

Le recours aux "objets piégés dans le Nord-Sinaï rappelle le précédent créé par l'EI en Irak et en Syrie", affirme Nadia al-Dayel, directrice du cercle de réflexion Critica et spécialiste des modes opératoires du groupe jihadiste.

En Irak, des jihadistes ont installé des explosifs sur de simples articles ménagers --des réfrigérateurs jusqu'à des copies du Coran--, en se repliant à l'approche des forces de la coalition.

Plus de trois ans après la chute du califat auto-proclamé de l'EI dans ce pays, les opérations de déminage se poursuivent.

Même constat de l'autre côté de la frontière, en Syrie, où des jihadistes de l'EI ont notamment posé des pièges sous des tapis et camouflé des explosifs en pierres.

- "Crimes de guerre" -

En Egypte, les combattants ont "investi temps et ressources pour piéger portes, meubles, appareils électroménagers et même des jouets d'enfants", ajoute Nadia al-Dayel. Et "il est probable que cette tactique de cibler les civils, non seulement se poursuivra mais d'autres groupes extrémistes y auront recours également".

Depuis 2018, environ 970 combattants ont été tués dans la région ainsi que des dizaines de membres des forces de sécurité, selon des chiffres officiels.

Mais aucun bilan de source indépendante n'est disponible et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes.

L'armée égyptienne a annoncé mardi avoir "éliminé" quarante jihadistes présumés depuis septembre, et a ajouté que sept militaires avaient été tués ou blessés.

En 2019, Human Rights Watch a accusé les forces de sécurité égyptiennes et les combattants extrémistes d'avoir commis des "crimes de guerre" au Sinaï. Des accusations rejetées par Le Caire.

Pris en étau, des habitants affirment toutefois que la principale menace demeure l'EI et ses attaques aveugles.

Sollicitées par l'AFP, ni l'armée ni les autorités au Nord-Sinaï n'ont commenté ces attaques contre les civils.

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

civils

AFP

Au moins 110 civils tués dans une attaque jihadiste au Nigeria

Au moins 110 civils tués dans une attaque jihadiste au Nigeria

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Ethiopie: au moins 600 civils tués dans le "massacre" du 9 novembre au Tigré (institution publique éthiopienne)

Ethiopie: au moins 600 civils tués dans le "massacre" du 9 novembre au Tigré (institution publique éthiopienne)

menace

AFP

La Centrafrique vote pour un président et des députés sous la menace rebelle

La Centrafrique vote pour un président et des députés sous la menace rebelle

AFP

Ethiopie: l'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut "impitoyable"

Ethiopie: l'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut "impitoyable"

AFP

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste

retour

AFP

Après deux mois d'absence, le président Tebboune de retour en Algérie

Après deux mois d'absence, le président Tebboune de retour en Algérie

AFP

Après dix ans d'exil forcé, le difficile retour des Libyens de Taouarga

Après dix ans d'exil forcé, le difficile retour des Libyens de Taouarga

AFP

Le difficile retour au pays d'Aboubacar Traoré, imam-migrant malien

Le difficile retour au pays d'Aboubacar Traoré, imam-migrant malien