mis à jour le

Guinée: opération d'arrestations d'opposants en cours après la présidentielle

La justice et la police guinéennes ont lancé une vaste opération d'arrestations et d'interrogatoires parmi les opposants au chef de l'Etat Alpha Condé et ceux qui auraient pris part selon elles aux violences ayant entouré la récente présidentielle.

La justice invoque une multitude de faits présumés, des simples menaces à la participation à des assassinats. L'opposition dénonce le travail d'une justice aux ordres du président qui a dit samedi, une fois sa victoire proclamée, que c'en était fini de la "pagaille".

Rien qu'à Conakry et dans sa banlieue, les juges ont écroué, entendu ou ouvert un procès ces derniers jours contre 137 personnes, a indiqué mardi soir Sydy Souleymane Ndiaye, procureur de Dixinn, dans la périphérie de la capitale où se sont produites de nombreuses violences.

Ces 137 personnes mêlent des individus suspects de "participation délictueuse (à un) attroupement" et d'autres de détention et d'usage d'armes ou d'association de malfaiteurs. Seize autres encore ont été écroués pour leur participation présumée à l'attaque d'un convoi ferroviaire de marchandise, dans laquelle quatre agents de sécurité ont été assassinés à la machette le 23 octobre, à un moment où la banlieue de Conakry était agitée par les troubles post-électoraux, a dit le magistrat.

Les enquêteurs recherchent à présent "activement certaines personnes" qui ont "proféré des menaces de nature à troubler la sécurité et l'ordre publics", a-t-il ajouté.

La plupart sont des cadres de l'Union des forces démocratiques (UFDG), le parti dirigé par le principal challenger de M. Condé à la présidentielle, Cellou Dalein Diallo.

Mercredi matin, des policiers "menaçants" sont arrivés à bord d'une dizaine de pick-up au domicile du vice-président de l'UFDG, Ibrahima Chérif Bah, et l'ont emmené ainsi que son frère et son neveu, a dit à l'AFP son épouse Mamouna Bah.

Sekou Koudouno, un des responsables d'un collectif qui a mené pendant des mois la contestation anti-Condé, a rapporté sur les réseaux sociaux que les enquêteurs s'étaient présentés chez lui mais qu'il ne s'y trouvait pas.

Ousmane Gaoual Diallo, cadre de l'UFDG, a dit attendre l'arrivée des policiers à tout moment.

- Couper ce qui dépasse -

Le président de l'UFDG a dénoncé sur Facebook une opération destinée à faire passer le "coup d'Etat électoral" auquel s'est livré M. Condé selon lui, et à "décapiter" son parti.

"Alpha Condé ordonne à son bras judiciaire de lancer la chasse aux opposants à son troisième mandat illégal et illégitime", a écrit le collectif de M. Koudouno.

La Cour constitutionnelle a définitivement proclamé samedi M. Condé, 82 ans, vainqueur dès le premier tour, avec 59,5% des suffrages, contre 33,5% pour M. Diallo. Ce dernier assure que c'est lui qui a gagné et que les résultats sont truqués.

La candidature de M. Condé à un troisième mandat a provoqué des mois de manifestations durement réprimées et de violences qui ont fait des dizaines de morts civils depuis octobre 2019 et dans les jours suivant l'élection.

Sa victoire entérinée par la Cour constitutionnelle, M. Condé avait proclamé samedi que la "pagaille" était finie et qu'on couperait la "queue" de quiconque la montrerait pour causer du désordre.

Au moins 46 personnes ont été tuées les jours suivant la présidentielle, dit l'opposition, qui accuse les forces de sécurité.

Les autorités évoquent un nombre de morts moins élevé. Elles refusent que ces morts soient globalement imputées aux forces de sécurité et invoquent la responsabilité des leaders d'opposition qu'elles accusent d'appeler à la violence.

Les défenseurs des droits humains fustigent régulièrement l'usage excessif fait de la force par les services de sécurité guinéens et l'impunité dont ils jouissent. L'opposition a de nouveau mis en parallèle les arrestations en cours et l'inaction observée selon elle contre les policiers et les gendarmes.

Les Etats-Unis, la France et l'Union européenne ont émis des doutes sur la crédibilité du résultat de la présidentielle. La communauté des Etats ouest-africains, ainsi que la Chine, active en Guinée, ont félicité M. Condé. 

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle au Burkina: Kaboré en tête des résultats partiels  Covid-19: nouvelle récession au Nigeria, première économie d'Afrique  Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales 

opération

AFP

Ethiopie: le Premier ministre annonce la phase finale de son opération au Tigré

Ethiopie: le Premier ministre annonce la phase finale de son opération au Tigré

AFP

Le Polisario annonce la fin du cessez-le-feu au Sahara occidental après une opération du Maroc

Le Polisario annonce la fin du cessez-le-feu au Sahara occidental après une opération du Maroc

AFP

L'Ethiopie tente d'afficher le soutien de sa population

L'Ethiopie tente d'afficher le soutien de sa population

présidentielle

AFP

Présidentielle au Burkina: Kaboré en tête des résultats partiels

Présidentielle au Burkina: Kaboré en tête des résultats partiels

AFP

Burkina Faso: attente des résultats d'une présidentielle privée de milliers d'électeurs

Burkina Faso: attente des résultats d'une présidentielle privée de milliers d'électeurs

AFP

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste