mis à jour le

L'opposant tanzanien Tundu Lissu en Belgique pour sa sécurité

Le principal opposant tanzanien, Tundu Lissu, a annoncé mercredi à l'AFP être arrivé en Belgique après avoir dû quitter son pays pour des raisons de santé et de sécurité, selon lui.

Candidat à l'élection présidentielle du 28 octobre, Tundu Lissu a été brièvement détenu dans le cadre de la répression menée par le président John Magufuli après sa réélection contestée.

Tundu Lissu était réfugié à l'ambassade d'Allemagne en Tanzanie depuis le 2 novembre, avait déclaré à l'AFP sa femme Alicia il y a quelques jours. L'opposant a précisé mercredi dans un SMS être arrivé en Belgique via Addis Abeba et Vienne.

Interrogé avant son départ pour savoir s'il quittait son pays pour des raisons de santé ou de sécurité, M. Lissu a répondu "les deux".

L'opposition a dénoncé des fraudes massives lors du scrutin à l'issue duquel M. Magufuli a été officiellement réélu avec 84% des voix.

Tundu Lissu, 52 ans, a vécu trois années en Belgique où il a été soigné après une tentative d'assassinat en 2017 - à motivation politique selon lui - et il a un permis de séjour dans ce pays.

AFP

Ses derniers articles: Laurent Gbagbo annonce son retour en Côte d'Ivoire en décembre  Ethiopie: toujours des combats au Tigré, ce qui complique l'envoi de l'aide, selon l'ONU  Laurent Gbagbo a obtenu son passeport et veut rentrer en Côte d'Ivoire en décembre 

Belgique

AFP

La Belgique va rendre

La Belgique va rendre

AFP

La Belgique va rendre

La Belgique va rendre

AFP

La Belgique doit "s'excuser" pour son passé colonial juge le premier maire noir du pays

La Belgique doit "s'excuser" pour son passé colonial juge le premier maire noir du pays

sécurité

AFP

Dernière ligne droite avant la présidentielle au Burkina Faso, la sécurité première des préoccupations

Dernière ligne droite avant la présidentielle au Burkina Faso, la sécurité première des préoccupations

AFP

Dernière ligne droite avant la présidentielle au Burkina Faso, la sécurité première des préoccupations

Dernière ligne droite avant la présidentielle au Burkina Faso, la sécurité première des préoccupations

AFP

"La sécurité du Niger c'est la sécurité de la France", estime Le Drian

"La sécurité du Niger c'est la sécurité de la France", estime Le Drian