mis à jour le

Crise politique en Côte d'Ivoire: la pression monte sur l'opposition avec l'ouverture d'enquêtes

La pression est encore montée d'un cran vendredi sur l'opposition ivoirienne, qui conteste la réélection du président Alassane Ouattara, avec l'annonce d'enquêtes judiciaires contre plusieurs de ses dirigeants, apparemment isolés tant au plan national qu'international.

Trois des principaux dirigeants de l'opposition, qui avaient appelé à la "désobéissance civile" avant l'élection du 31 octobre, puis avaient déclaré l'institution d'un pouvoir parallèle dit de "transition" après le scrutin qu'ils ont boycotté, font l'objet d'enquêtes pour "complot contre l'autorité de l'Etat", "mouvement insurrectionnel", "assassinat" et "actes de terrorisme", a déclaré le procureur d'Abidjan, Richard Adou. 

Il s'agit de Maurice Kakou Guikahué, numéro deux du principal parti d'opposition, "interpellé le 3 novembre", du porte-parole de l'opposition et ancien Premier ministre Pascal Affi N'Guessan, et de l'ancien ministre Abdallah Mabri Toikeusse. Ces deux derniers sont "en fuite et activement recherchés", selon le procureur.

M. Mabri Toikeusse se dit pourtant bloqué à son domicile par les forces de l'ordre. Quant à Pascal Affi N'Guessan, dont la résidence a été fouillée jeudi sans succès par la police selon un de ses proches, il "n'est pas en fuite", mais "a dû se retirer de son domicile pour des questions de sécurité", d'après son porte-parole Issiaka Sangaré. 

L'ancien chef de l'Etat Henri Konan Bédié, proclamé par l'opposition "président" de son "Conseil national de transition" (CNT) lundi, "n'est pas en état d'arrestation", ni assigné à résidence, a indiqué le procureur, précisant que les forces de l'ordre ont bloqué son domicile pour "mettre fin au trouble à l'ordre public".

"Bédié est ménagé parce qu'il est une icône pour les Baoulé", un des principaux peuples de Côte d'Ivoire, a expliqué à l'AFP une source proche du pouvoir.  

"Les actes perpétrés et commandités par les promoteurs de cet organe (le CNT) avaient pour finalité d'attenter à l'autorité de l'Etat afin de parvenir au renversement des institutions de la République", a estimé le procureur, précisant en être "encore au stade de l'enquête préliminaire et de l'information judiciaire", aucune inculpation n'ayant prononcée à ce stade.

Alassane Ouattara, 78 ans, a été proclamé mardi réélu pour un troisième mandat par la commission électorale. Mais l'opposition, dirigée par M. Bédié, conteste ce troisième mandat qu'elle juge inconstitutionnel.

- "Réalité parallèle" -

Le chapelet d'accusations déroulé par Richard Adou vise les violences commises avant et après l'élection présidentielle, qui ont fait au total une quarantaine de morts, notamment dans des affrontements interethniques.

L'opposition, qui n'a toujours pas baissé la garde dans son combat face au régime Ouattara, semblait vendredi de plus en plus isolée, selon des analystes.

"Le CNT est vraiment isolé. Il n'y a pas eu de manifestation de militants contre le blocus des dirigeants. Ils ne sont pas suivis par la communauté internationale", qui a appelé l'opposition à respecter l'ordre constitutionnel, "leur démarche est perçue comme une aventure sans issue", selon l'analyste politique Sylvain N'Guessan.

"Il n'est pas sûr qu'ils n'aient aucun soutien populaire", tempère l'analyste Rodrigue Koné, "mais la population ne veut pas revivre la crise post-électorale de 2010-11 avec deux présidents et deux gouvernements", qui avait abouti à une guerre civile de quatre mois avec 3.000 morts.

Selon des sources diplomatique et proche du pouvoir, aucune avancée n'a été enregistrée vendredi dans les négociations en coulisses entre pouvoir et opposition. 

"L'opposition semble évoluer dans une réalité parallèle", a déploré la source diplomatique.

M. Mabri Toikeusse a lancé dans la nuit via twitter une déclaration au nom du CNT appelant à "intensifier la mise en oeuvre des mots d'ordre déjà lancés", sans plus de précision.

Un appel à l'insurrection lancé mercredi de l'étranger par l'ancien chef de la rébellion et ex-Premier ministre Guillaume Soro n'a apparemment eu aucun écho en Côte d'Ivoire, où l'activité a repris normalement presque partout depuis jeudi.   

Un opérateur économique de Duékoué (ouest) dans le cacao, principal secteur économique ivoirien, s'inquiétait cependant après l'annonce des poursuites judiciaires contre les opposants : "Le pouvoir a intérêt à mettre de l'eau dans son vin pour apaiser la situation au lieu de l'enflammer".

AFP

Ses derniers articles: Au moins 43 agriculteurs tués par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, jour d'élection  Sahara occidental: scènes de vie sur la route de la Mauritanie  Algérie: l'opacité demeure après un mois d'absence du président Tebboune 

crise

AFP

Libye: l'ex-émissaire de l'ONU Ghassan Salamé "optimiste" sur une sortie de crise

Libye: l'ex-émissaire de l'ONU Ghassan Salamé "optimiste" sur une sortie de crise

AFP

Crise et "consultation" politique en RDC: quelles issues possibles?

Crise et "consultation" politique en RDC: quelles issues possibles?

AFP

Côte d'Ivoire: le pouvoir ignore Soro, la crise politique persiste

Côte d'Ivoire: le pouvoir ignore Soro, la crise politique persiste

politique

AFP

Consultation politique en RDC: l'opposant Katumbi de retour

Consultation politique en RDC: l'opposant Katumbi de retour

AFP

Côte d'Ivoire: nouvelles violences et blocage politique malgré les appels au calme

Côte d'Ivoire: nouvelles violences et blocage politique malgré les appels au calme

AFP

Libye: reprise du dialogue politique inter-libyen début novembre en Tunisie

Libye: reprise du dialogue politique inter-libyen début novembre en Tunisie