mis à jour le

Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit

Les écoles sont "une arme de guerre" depuis le début du conflit qui agite les deux régions anglophones du Cameroun, mais l'attaque qui a tué samedi sept enfants de neuf à douze ans dans leur classe est une première qui provoque la psychose des habitants.

Enlèvements d'enfants, agressions d'enseignants et destructions d'écoles sont courantes dans ces deux régions où l'armée et des groupes séparatistes s'affrontent quasi-quotidiennement depuis fin 2017, prenant en tenaille les civils, victimes d'exactions des deux camps.

"L'école est utilisée comme une arme de guerre dans ce conflit", explique à l'AFP Ilaria Allegrozzi, chercheuse de l'ONG Human Rights Watch (HRW) pour l'Afrique Centrale.

"Les séparatistes ne veulent pas que les enfants se rendent dans les écoles, institutions qu'ils assimilent au pouvoir central", souligne Mme. Allegrozzi. Les programmes d'histoire et d'éducation civique sont notamment perçus comme des instruments du gouvernement.

Le boycott des écoles est ainsi devenu une stratégie des séparatistes ces dernières années.

En novembre 2019, l'UNICEF faisait état de 855.000 enfants non scolarisés dans les régions anglophones. Environ 90% des écoles primaires publiques, soit plus de 4.100 écoles et 77% des écoles secondaires publiques étaient alors fermées ou non opérationnelles.

- Réouverture des écoles -

Mais la rentrée scolaire du 5 octobre 2020 a été différente de celle des années précédentes. "Le gouvernement et la société civile anglophone ont mis beaucoup de pression sur les groupes séparatistes pour que leurs enfants retournent à l'école, et des écoles qui étaient fermées depuis des années ont commencé à rouvrir", rappelle Arrey Elvis Ntui, analyste senior du groupe International Crisis au Cameroun.

"Après trois années de presque disette à l'école, on avait recommencé à croire en l'institution, les salles de classes étaient bondées. C'était un succès. Malheureusement, l'attaque de samedi va freiner l'enthousiasme de beaucoup", estime Jacques Ebwea, analyste politique basé à Buéa, en zone anglophone.

Attribuant l'attaque aux séparatistes, le ministre de la communication René Emmanuel Sadi avait pour sa part affirmé samedi que "l'objectif des sécessionnistes est de briser la dynamique observée dans la reprise des classes dans le cadre de la rentrée scolaire 2020/2021 dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et par là, de dissuader les parents d'envoyer leurs enfants à l'école".

Mardi matin, de fausses rumeurs de nouvelles attaques ont provoqué des mouvements de panique dans des écoles de Limbé et Buéa notamment, dans la région anglophone du Sud-Ouest. Des écoliers apeurés tentaient de fuir les lieux, quand des parents se précipitaient pour récupérer leurs enfants.

"Je ne sais pas si je vais renvoyer mon enfant à l'école", confie à l'AFP Désiré, résidant à Kumba, la ville touchée par l'attaque de samedi. "Si la situation se dégrade davantage, je l'enverrai ailleurs, à Douala ou à Bafoussam", deux villes francophones, explique-t-il.

- "Panique générale" -

"Il y a une panique générale sur le terrain", rapporte pour sa part Semma Valentine, enseignant à Bamenda, dans le Nord-Ouest anglophone du pays. "Toutes les parties prenantes dans le conflit sont à blâmer pour cette situation. Les parents doivent avoir le courage d'envoyer leurs enfants à l'école, mais il faut aussi que le gouvernement garantisse la sécurité des établissements", rappelle-t-il.

"Ce qui s'est passé à Kumba peut se reproduire à tout moment n'importe où", avance de son côté Stephen Afuh, président de la PEATTU, syndicat des enseignants de l'Autorité presbytérienne de l'éducation en zone anglophone, qui pointe du doigt les différences entre les zones urbaines et rurales, où nombre d'écoles n'ont pu rouvrir leur porte.

"Pour garantir la sécurité dans les écoles, le gouvernement devrait appeler à un cessez-le-feu, reconnaître ses erreurs, et mettre en place un dialogue entre toutes les parties pour examiner les causes du conflit et trouver ensemble des solutions aux problèmes", estime-t-il.

Face à l'attaque de samedi, le gouvernement s'est défendu en dénonçant le caractère clandestin du complexe scolaire touché par l'attaque de samedi, qui "n'a pu bénéficier des mêmes mesures de protection que d'autres établissements scolaires". Au Cameroun, il est néanmoins fréquent que des écoles ouvrent sans les autorisations requises.

"Maintenez les écoles ouvertes, assurez-vous qu'elles ont des autorisations pour fonctionner. L'école qui fonctionne garantira notre existence commune" a déclaré mardi Pauline Nalova Lyonga, ministre des enseignements secondaires, après une visite sur les lieux de l'attaque de Kumba.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: l'armée lance son offensive sur la capitale du Tigré  Ethiopie: Abiy réaffirme devant les émissaires de l'UA son devoir de "maintenir l'ordre"  Amadou Dia, du service de la France coloniale 

Cameroun

AFP

Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers

Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers

AFP

Cameroun : au moins huit écoliers tués dans une attaque en zone anglophone

Cameroun : au moins huit écoliers tués dans une attaque en zone anglophone

AFP

Le Cameroun de l'inamovible Biya sous pression sur les droits humains

Le Cameroun de l'inamovible Biya sous pression sur les droits humains

conflit

AFP

Ethiopie:

Ethiopie:

AFP

Ethiopie: tentatives de médiation dans le conflit au Tigré

Ethiopie: tentatives de médiation dans le conflit au Tigré

AFP

Ce qu'il faut savoir sur l'escalade du conflit en Ethiopie

Ce qu'il faut savoir sur l'escalade du conflit en Ethiopie

écoles

AFP

Coronavirus: les écoles rouvrent en Sierra Leone et en Guinée-Bissau

Coronavirus: les écoles rouvrent en Sierra Leone et en Guinée-Bissau

AFP

Nigeria: les autorités utilisent la crise sanitaire pour tenter de fermer les écoles coraniques

Nigeria: les autorités utilisent la crise sanitaire pour tenter de fermer les écoles coraniques

AFP

Coronavirus au Sénégal: réouverture progressive des écoles

Coronavirus au Sénégal: réouverture progressive des écoles