mis à jour le

Seychelles: le nouveau président Ramkalawan prend ses fonctions

Le nouveau président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, le premier chef de l'Etat issu de l'opposition dans l'histoire de ce pays, a officiellement pris ses fonctions lundi à Victoria, a constaté un correspondant de l'AFP.

Pasteur anglican de 59 ans, M. Ramkalawan a prêté serment lors d'une cérémonie à la présidence, la première passation de pouvoir de l'histoire seychelloise entre deux présidents de partis différents.

"Nous étions divisés avec nos couleurs politiques, mais aujourd'hui nous sommes tous des Seychellois et c'est cela qui nous unit", a-t-il déclaré.

M. Ramkalawan a remporté 54,9% des suffrages, battant le sortant Danny Faure (43,5%) dès le premier tour du scrutin présidentiel, qui s'est déroulé de jeudi à samedi dans cet archipel touristique de 115 îles éparpillées à travers l'océan Indien.

Il s'agissait de sa sixième candidature à la présidence seychelloise. En 2015, il n'avait échoué que de 193 voix face au sortant James Michel, après l'avoir contraint à un second tour, une première, déjà, dans l'histoire électorale du pays.

Le nouveau président Ramkalawan a cité la lutte contre la drogue parmi les priorités de son gouvernement. L'Agence seychelloise de prévention des drogues estime que l'archipel détient le record du monde du nombre d'héroïnomanes rapporté à la population.

"Nous allons mener un combat contre ce fléau qu'est la drogue pour éliminer ce problème", a affirmé M. Ramkalawan, affirmant également que sous son "administration, personne ne sera au-dessus des lois".

Il devra aussi faire face à une situation économique difficile. La pandémie de Covid-19 a largement épargné l'archipel mais fait s'effondrer le nombre de touristes, mettant en péril ce secteur, pilier de l'économie du pays.

Le parti de M. Ramkalawan, Linyon Democratik Seselwa (LDS, Union démocratique seychelloise en créole), a gagné les législatives organisées en même temps que la présidentielle, remportant les deux-tiers des sièges à l'Assemblée.

Des centaines de partisans de la LDS étaient rassemblés lundi devant la présidence et dans les rues de la capitale pour acclamer leur nouveau président.

Depuis 1977 et jusqu'à M. Ramkalawan, tous les chefs de l'Etat des Seychelles étaient issus de l'ex-parti unique, rebaptisé United Seychelles.

A l'indépendance, en 1976, le pouvoir avait été partagé entre les deux partis du pays, James Mancham occupant le poste de président et France-Albert René celui de Premier ministre.

Dès l'année suivante, un coup d'Etat avait porté à la tête de l'Etat M. René qui avait mis en place un système de parti unique.

Le règne de l'ex-parti unique s'est poursuivi avec le multipartisme, M. René remportant la première présidentielle ouverte en 1993 et étant constamment réélu jusqu'à sa démission en 2004.

Son successeur James Michel, élu trois fois, avait démissionné en 2016 après la première victoire de l'opposition aux législatives de l'histoire du pays, laissant la présidence à son vice-président Danny Faure.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils  Algérie: peine de prison fortement réduite pour un militant accusé d'"offense  Ethiopie: 

nouveau

AFP

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

AFP

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

AFP

Tanzanie: l'opposition appelle

Tanzanie: l'opposition appelle

président

AFP

Le président de la Confédération africaine de foot Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa

Le président de la Confédération africaine de foot Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa

AFP

Côte d'Ivoire: décès du président de la fédération de foot en pleine lutte autour de sa succession

Côte d'Ivoire: décès du président de la fédération de foot en pleine lutte autour de sa succession

AFP

Le président Kaboré favori de l'élection au Burkina frappé par les jihadistes

Le président Kaboré favori de l'élection au Burkina frappé par les jihadistes