mis à jour le

Béchir déboulonné, les exilés soudanais veulent rebâtir leur pays

Après 33 ans d'exil à l'étranger, Elsadig Mohamed a renoncé à sa vie douillette au Canada pour revenir au Soudan et offrir son savoir-faire en matière d'environnement à son pays ruiné et isolé sous le régime d'Omar al-Béchir, aujourd'hui déchu.

"Avec la révolution, je me suis dit qu'il était temps de rentrer malgré le luxe dont on jouit en Occident et le sacrifice financier", affirme ce directeur du département Santé et Environnement de la compagnie publique des ressources minérales du Soudan (SMRC).

Celle-ci supervise l'exploration, la production et la taxation de toutes les mines du pays, notamment l'or, premier poste de la balance commerciale.

"L'ancien régime a tout détruit durant trente ans, le pays tombe en ruines. Je dois offrir ma contribution là où d'autres ont donné leur vie afin de bâtir un nouveau Soudan pour la nouvelle génération", déclare M. Mohamed, ingénieur civil de 55 ans qui a enseigné à l'université de Calgary.

Il est rentré en novembre 2019, sept mois après la chute du régime d'Omar el-Béchir sous la pression d'une révolte populaire et de l'armée. Depuis août 2019, les autorités en place gèrent la transition jusqu'aux prochaines élections.

Son collègue, Mubarak Ardol, directeur général de la SMRC, est revenu au pays en mai 2019.

Cet ex-dirigeant d'un groupe armé, le Mouvement populaire de Libération du Soudan (SPLM), a échappé de peu à la mort. Il avait fui Kadougli dans les monts Nouba (sud) en juin 2011, juste avant que des miliciens pro-Béchir n'attaquent sa demeure.

Ce fut le début d'une longue guerre civile.

- "Pas à ce point" -

"J'ai pensé que le régime ne durerait pas et j'ai tout fait pour le renverser. L'espoir du retour m'a fait vivre. Je suis arrivé à Khartoum avec le premier groupe armé", assure M. Ardol, 38 ans, qui a vécu son exil en Ouganda.

Nommé par le Premier ministre Abdallah Hamdok, lui aussi de retour d'exil, il n'a qu'un seul objectif: multiplier les revenus de la société, qui représentent la première source de revenus de l'Etat. "J'ai largement dépassé les objectifs au premier semestre".

La révolte populaire a servi de déclencheur pour des centaines d'exilés dispersés dans le monde, qui ont choisi de revenir en nourrissant de grandes ambitions pour leur pays.

Dans les bureaux surannés de l'agence officielle de presse Suna, dont il a pris la direction, Mohammed Abdulhamid se dit "heureux et fier" d'être de retour même si la tâche est gigantesque.

"Nous affrontons des défis économiques considérables. Nous savions que la situation était mauvaise mais pas à ce point", dit ce journaliste de 64 ans, qui avait fui après l'arrivée au pouvoir par un coup d'Etat de M. Béchir en 1989.

L'inflation annuelle a atteint 167% en août et le dollar qui valait au marché noir 75 livres soudanaises à la chute du régime Béchir dépasse aujourd'hui les 250 livres. Le gouvernement a décrété l'état d'urgence économique.

- "Pas d'arrogance"! -

Mohammed Abdulhamid, rentré début 2020, avait vécu au Yémen puis aux Pays-Bas où il avait créé le premier service arabe de la radio-télévision hollandaise.

"Je gagnais 3.000 dollars par mois et ici mes 80.000 livres correspondent à 155 euros. Mais je ne regrette pas ma décision."

Cependant, l'accession d'un certain nombre d'exilés venus d'Occident, d'Afrique et de pays du Golfe à des postes de ministres, hauts fonctionnaires ou directeurs, fait grincer quelques dents.

"Ils sont venus cueillir les fruits de la victoire mais c'est nous qui avons souffert", maugrée Amine Bachir, un militant de 32 ans qui a participé à la révolte marquée par des violences sanglantes.

"Ce type de jalousie est inutile. Le savoir-faire et les connections de ceux qui ont vécu à l'étranger peuvent nous être très utiles", rétorque Adeeb Yousif, nommé en juillet gouverneur de l'Etat du Darfour-centre après six ans passés aux Etats-Unis. Sous Béchir, il avait fait de la prison et échappé à une tentative d'assassinat. 

Si l'avis de M. Bachir est minoritaire, Elsadig Mohamed avertit: "nous avons été bien reçus jusque-là. Ceux qui rentrent doivent éviter de se conduire avec arrogance. Ils sont revenus transmettre leur savoir et expérience, mais ils doivent le faire dans le respect de ceux qui sont restés ici."

AFP

Ses derniers articles: Au Gabon, la réouverture des Eglises sème la discorde  Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers  Présidentielle aux Seychelles: victoire historique de l'opposant Ramkalawan 

exilés

AFP

Rentrer au Burundi? "Même pas la peine d'y penser", selon des exilés

Rentrer au Burundi? "Même pas la peine d'y penser", selon des exilés

Abidjan.net

Le gouvernement organise le retour de 200 militaires pro-Gbagbo exilés au Togo, annonce le Président Ouattara à Man (Abidjan.net)

Le gouvernement organise le retour de 200 militaires pro-Gbagbo exilés au Togo, annonce le Président Ouattara à Man (Abidjan.net)

Exposition

Quand l'exilé algérien était un «bougnoule»

Quand l'exilé algérien était un «bougnoule»

pays

AFP

Tanzanie: une figure de l'opposition rentre au pays pour la présidentielle

Tanzanie: une figure de l'opposition rentre au pays pour la présidentielle

AFP

Ligue des champions d'Afrique: quelques pays prêts

Ligue des champions d'Afrique: quelques pays prêts

AFP

Malawi: le nouveau président appelle au sacrifice pour relever le pays

Malawi: le nouveau président appelle au sacrifice pour relever le pays

Soudanais

AFP

Un homme d'affaires soudanais organise un voyage en Israël pour "briser la glace"

Un homme d'affaires soudanais organise un voyage en Israël pour "briser la glace"

AFP

Des Soudanais manifestent contre des réformes jugées anti-islamiques

Des Soudanais manifestent contre des réformes jugées anti-islamiques

AFP

Barrage sur le Nil: Egyptiens, Soudanais et Ethiopiens s'écharpent sur la toile

Barrage sur le Nil: Egyptiens, Soudanais et Ethiopiens s'écharpent sur la toile