mis à jour le

RDC: la clinique de Mukwege de nouveau protégée par l'ONU

Des policiers des Nations unies protègent de nouveau depuis mercredi la clinique Panzi du prix Nobel de la paix congolais Denis Mukwege, qui a dénoncé des menaces à son encontre fin juillet en République démocratique du Congo.

Le docteur Mukwege, directeur de la clinique de Panzi qui soigne des femmes victimes de violences sexuelles au Sud-Kivu, vit sur les lieux depuis qu'il a échappé à un attentat visant son domicile en 2012.

"Nous saluons le redéploiement des éléments de la Monusco (Mission des Nations unies au Congo) à Panzi depuis ce matin pour assurer la sécurité des malades ainsi que de notre personnel", a écrit sur son compte Twitter le célèbre gynécologue, co-lauréat du prix Nobel 2018.

Ce sont des policiers onusiens qui "sont revenus" pour sécuriser la clinique située près de Bukavu dans l'Est de la RDC, avait indiqué à l'AFP sa chargée de communication, Maud-Salomé Ekila. 

Ils s'étaient retirés "au mois de mai", a-t-elle précisé.

"Les policiers qui étaient affectés directement à la sécurisation de la clinique de Panzi ont dû être retirés en raison de cas de Covid", a confirmé à l'AFP un porte-parole de la mission de l'ONU en RDC (Monusco).

Le 31 juillet, le docteur Mukwege avait signalé sur Twitter des menaces contre lui et ses proches, après avoir dénoncé un massacre de civils dans sa province du Sud-Kivu quelques jours plus tôt.

"Le gouvernement de la RDC et les Nations unies doivent prendre des mesures urgentes et concrètes afin de protéger Denis Mukwege", avait demandé Amnesty International vendredi.

"Nous avons continué de travailler étroitement avec le Dr Mukwege et les autorités congolaises", avait déclaré mardi soir un porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

"La sécurité personnelle des autorités congolaises est de la responsabilité des autorités nationales, mais la mission de la paix fournit tout le soutien possible dans les limites de ses moyens limités", a ajouté ce porte-parole, Stéphane Dujarric.

AFP

Ses derniers articles: La Namibie frappée de sécheresse met en vente 170 éléphants  François Bozizé, putschiste récidiviste et sulfureux ou "homme de paix" ?  L'ex-chef de l'Etat centrafricain François Bozizé privé de présidentielle 

clinique

AFP

En Guinée, l'opposition soigne ses blessés dans sa propre clinique

En Guinée, l'opposition soigne ses blessés dans sa propre clinique

AFP

Handicap: des Centrafricains de la clinique au terrain de basket

Handicap: des Centrafricains de la clinique au terrain de basket

AFP

Nigeria: une clinique en lutte contre Ebola paye le plus lourd tribut

Nigeria: une clinique en lutte contre Ebola paye le plus lourd tribut

l'ONU

AFP

L'Ethiopie accorde

L'Ethiopie accorde

AFP

Ethiopie: l'ONU réclame un accès humanitaire urgent au Tigré

Ethiopie: l'ONU réclame un accès humanitaire urgent au Tigré

AFP

Le Soudan a besoin de 150 millions de dollars pour aider les réfugiés éthiopiens, selon l'ONU

Le Soudan a besoin de 150 millions de dollars pour aider les réfugiés éthiopiens, selon l'ONU

nouveau

AFP

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

AFP

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

AFP

Tanzanie: l'opposition appelle

Tanzanie: l'opposition appelle