mis à jour le

Ethiopie: le Tigré défie le pouvoir fédéral avec des élections

Jeunes étudiants, vétérans de guerre en chaise roulante et une foule d'électeurs se pressaient mercredi matin devant les bureaux de vote de la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie, pour un scrutin qui défie l'autorité du Premier ministre Abiy Ahmed.

Le scrutin a ouvert à 06H00 (03H00 GMT) à travers cette région montagneuse, malgré la décision du pouvoir fédéral de repousser toutes les élections en raison de la pandémie de coronavirus. 

Considéré comme illégal par Addis Abeba, ce vote constitue le dernier défi en date pour le gouvernement d'Abiy Ahmed, qui fait face à de profondes divisions politiques et ethniques, et qui se trouve à un moment critique de sa relation avec le Tigré.

Cette région, qui partage une frontière avec l'Érythrée et avec le Soudan, a dominé la politique éthiopienne pendant près de trois décennies, avant que des manifestations antigouvernementales ne débouchent sur l'arrivée de M. Abiy au pouvoir en 2018.

L'Éthiopie devait tenir des élections nationales en août. Mais en mars, la Commission électorale les a repoussées sine die en raison de la situation sanitaire. 

L'extension votée par le Parlement fédéral du mandat des députés, qui devait expirer en octobre, a été rejetée par les leaders tigréens. Ceux-ci ont décidé de tenir unilatéralement des élections. 

Cette décision a provoqué le courroux de l'État fédéral, qui estime le scrutin "sans base légale" et "nul et non avenu". 

A Mekele, la capitale régionale, les électeurs qui patientaient dans les files d'attente se rangeaient derrière leurs leaders.   

"Nous voulons que le gouvernement fédéral prenne une leçon de ce qui se passe: ils doivent tenir des élections aussi, afin que nous puissions travailler ensemble pour construire le pays", a déclaré Hailay Haileselassie, 37 ans, qui travaille dans une entreprise de construction. 

Plus de 600 candidats appartenant à cinq partis politiques concourent pour 152 sièges au Parlement régional. Ces partis discuteront ensuite de la répartition des 38 autres sièges. 

Le grand favori est le Front de libération des peuples du Tigré (TPLF), qui a mené la lutte armée contre le régime communiste du Derg jusqu'à la chute de ce dernier en 1991 et qui dirigeât ensuite la coalition au pouvoir. 

Mis sur la touche par le gouvernement d'Abiy Ahmed, le TPLF reste aux commandes dans son fief du Tigré, qui représente 6% de la population éthiopienne (110 millions d'habitants). 

Hailu Kiros, 62 ans, en chaise roulante, faisait partie des nombreux vétérans de la guerre qui mercredi matin attendaient leur tour pour voter.  

"C'est important pour moi. Nous nous sommes battus pour cela, pour que des élections puissent se tenir tous les cinq ans", a-t-il expliqué à l'AFP.

- "Élection de bidonville" -

Le TPLF fait face à quatre autres partis, dont un - le Parti pour l'indépendance du Tigré - défend une sécession de la région afin de former son propre État.

Des hommes politiques appartenant à l'opposition ont déploré ne pas avoir eu un bon accès aux médias régionaux durant la campagne électorale. 

Certains hommes politiques de l'opposition ont également été brièvement détenus par les forces de l'ordre ces derniers jours et incités à se retirer, a déclaré Hayalu Godefay, président du Salsay Woyane Tigray, un parti d'opposition.

"A mesure que l'élection se rapprochait, la posture du TPLF vis à vis de l'opposition a changé. Je pense qu'ils ne s'attendaient pas à un tel soutien des gens pour l'opposition", a déclaré M. Hayalu.  

Il reste à voir si Addis Abeba se lancera dans des représailles à l'égard du Tigré après ces élections. Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la Paix 2019, avait précédemment écarté une intervention militaire ou des coupures budgétaires. 

Dans une interview avec la télévision d'État mardi soir, il a utilisé une métaphore relativement vague mais teintée de menace. 

"L'élection qui va se tenir au Tigré est une élection de bidonville. Et quand vous construisez un bidonville, un jour les autorités vont vous voir, d'autres jours non", a-t-il lâché.  

"Mais parce que ceux qui construisent des bidonvilles n'ont pas de titres fonciers et qu'ils sont des occupants illégaux, ils ne peuvent dormir que d'un ½il", a-t-il souligné. 

Les bureaux de vote doivent fermer à 18H00 et des résultats préliminaires pourraient être connus dès jeudi soir. 

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: au Kasaï, les violences sexuelles survivent  Mauritanie: l'ex-président Aziz placé en résidence surveillée  Afrique du Sud: manifestations de soutien aux Palestiniens 

élections

AFP

Minée par les crises, l'Ethiopie prépare des élections "imparfaites"

Minée par les crises, l'Ethiopie prépare des élections "imparfaites"

AFP

Somalie: le président calme le jeu, rouvre les négociations pour des élections

Somalie: le président calme le jeu, rouvre les négociations pour des élections

AFP

Somalie: le président charge son Premier ministre d'organiser les élections

Somalie: le président charge son Premier ministre d'organiser les élections

pouvoir

AFP

Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste

Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste

AFP

Législatives au Cap-Vert: le parti au pouvoir décroche une majorité absolue

Législatives au Cap-Vert: le parti au pouvoir décroche une majorité absolue

AFP

"Printemps noir": il y a 20 ans, la Kabylie défiait le pouvoir dans la rue

"Printemps noir": il y a 20 ans, la Kabylie défiait le pouvoir dans la rue

tigre

AFP

Le chef de l'Eglise orthodoxe éthiopienne accuse le gouvernement de vouloir "détruire" le Tigré

Le chef de l'Eglise orthodoxe éthiopienne accuse le gouvernement de vouloir "détruire" le Tigré

AFP

Le chef de l'Eglise orthodoxe éthiopienne accuse le gouvernement de vouloir "détruire" le Tigré

Le chef de l'Eglise orthodoxe éthiopienne accuse le gouvernement de vouloir "détruire" le Tigré

AFP

La guerre au Tigré arrache des milliers d'enfants

La guerre au Tigré arrache des milliers d'enfants