mis à jour le

Akinwumi Adesina, un président de la BAD actif mais

Fils de paysan pauvre devenu superbanquier de l'Afrique, le Nigérian Akinwumi Adesina, 60 ans, réélu jeudi président de la Banque africaine de développement (BAD), a vu son image presque parfaite considérablement ternie par des accusations de mauvaise gestion dont il a finalement été blanchi après un feuilleton médiatique et diplomatique déstabilisant.  

Charismatique, réputé beau parleur, anglophone mais parfaitement à l'aise en français, cet excellent communicateur toujours habillé de costumes et n½uds papillon a donné une visibilité internationale à l'institution panafricaine de développement fondée en 1964, attirant les capitaux et multipliant les annonces de financements de projets sur le continent. Jusqu'aux accusations, tout était parfait. 

La success story commence le 6 février 1960 dans une famille de fermiers de l'Etat d'Ogun (sud-ouest du Nigeria). 

Diplômé d'une licence en économie agricole à l'université d'Ife (sud-ouest du Nigeria), puis d'un doctorat de la prestigieuse université Purdue aux Etats-Unis en 1988, il occupe des fonctions d'économiste dans des institutions agricoles internationales, collabore à la Fondation Rockefeller, puis devient l'un des dirigeants de l'Alliance pour la révolution verte en Afrique (Agra).

- Personnalité africaine de l'année -

En 2011, c'est la consécration politique dans son pays: il est nommé ministre de l'Agriculture. Son action pour développer le secteur agricole sera largement saluée, jusqu'à lui valoir une renommée médiatique internationale: il est élu "personnalité africaine de l'année" par le magazine Forbes en 2013.

En 2015, il s'empare à l'issue d'un intense lobbying de la présidence de la BAD, une des cinq grandes banques multilatérales de développement, succédant au Rwandais Donald Kaberuka.

Avec le soutien de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédeao), sa réélection pour un second mandat semblait assurée jusqu'à il y a six mois. Avant que n'éclate le scandale. 

Dans un rapport détaillé, des lanceurs d'alerte lui reprochent alors son favoritisme dans des nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians. Il est aussi accusé d'avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de corruption, ou de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner.

Adesina use alors de son lyrisme habituel, pour défendre son "honneur" et son "intégrité", convoquant la mémoire de ses "héros" Nelson Mandela, Koffi Annan et Martin Luther King.

"La personnalité d'Akinwumi Adesina est inédite", juge un économiste ivoirien. "Il est exubérant, sans doute trop visible pour le monde feutré de la banque, jusqu'à donner une impression d'arrogance, de tout se permettre". 

Il s'en est sorti avec sa réélection mais à l'intérieur de la BAD, à Abidjan où elle siège, les langues se sont déliées. 

Sous couvert de l'anonymat, des employés lui reprochent de diriger par la "terreur", ce qui a entraîné une hémorragie de cadres depuis son arrivée. 

"Il s'est fait beaucoup d'ennemis en tentant de réformer la banque, il a notamment beaucoup favorisé les anglophones par rapport aux francophones", nuance l'économiste ivoirien.

Des cadres l'accusent aussi de communiquer plus que d'agir, et d'embellir son bilan. 

D'autres craignent désormais qu'avec sa réélection qui lui "donne à nouveau les coudées franches", il se lance dans une "chasse aux sorcières".

Mercredi, à l'opposé de son image récente, il disait au conseil des gouverneurs se présenter "avec humilité (..) un sens aigu du devoir et de l'engagement. Je le fais pour servir l'Afrique et notre Banque".

AFP

Ses derniers articles: Génocide au Rwanda: Félicien Kabuga fixé sur sa remise  En Tunisie, le président appelle  Soudan: l'armée va confisquer les armes détenues illégalement 

BAD

AFP

Mary Robinson dirigera l'enquête indépendante sur le président de la BAD

Mary Robinson dirigera l'enquête indépendante sur le président de la BAD

AFP

Accusations de prévarication: la BAD temporise malgré l'appel de Washington

Accusations de prévarication: la BAD temporise malgré l'appel de Washington

AFP

Climat: l'Afrique défavorisée par les projets actuels d'aide, constate la BAD

Climat: l'Afrique défavorisée par les projets actuels d'aide, constate la BAD

président

AFP

En Tunisie, le président appelle

En Tunisie, le président appelle

AFP

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

AFP

Le président de transition du Mali investi, sanctions ouest-africaines maintenues

Le président de transition du Mali investi, sanctions ouest-africaines maintenues