mis à jour le

Record de violences contre les humanitaires en 2019, selon l'ONU

Les violences commises à l'encontre des travailleurs humanitaires n'ont jamais été aussi élevées que l'an dernier, a annoncé l'ONU mercredi, à l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire.

En 2019, les attaques contre les humanitaires ont dépassé toutes les années précédentes, avec au total 483 travailleurs humanitaires attaqués, 125 tués, 234 blessés et 124 kidnappés lors de 277 incidents distincts, a indiqué l'ONU citant la base de données du centre de recherches Humanitarian Outcomes.

Cela représente une augmentation de 18% du nombre de victimes par rapport à 2018.

Rien qu'au cours des dernières semaines, "des attaques ignobles" ont coûté la vie à des travailleurs humanitaires au Niger et au Cameroun, et depuis le début de la pandémie de Covid-19, de nombreux travailleurs de santé ont été attaqués dans le monde entier, s'est inquiétée l'ONU dans un communiqué.

En 2019, la plupart des attaques ont eu lieu en Syrie, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo, en Afghanistan et en République centrafricaine. Le Mali et le Yémen ont tous deux connu un doublement des attaques par rapport à l'année précédente.

Une recrudescence des attaques contre les travailleurs de santé a en particulier été enregistrée en 2019, notamment contre des médecins en Syrie et des humanitaires engagées dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola en RDC.

"Aux travailleurs humanitaires du monde entier qui accomplissent un travail important et courageux en première ligne, nous disons: +Merci+", a déclaré le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock.

"La meilleure façon de rendre hommage aux travailleurs humanitaires est de financer leur travail et d'assurer leur sécurité", a-t-il ajouté.

La Journée mondiale de l'aide humanitaire correspond au jour de l'attaque contre le complexe de l'ONU à Bagdad, le 19 août 2003, qui a coûté la vie à 22 personnes dont celle du Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Irak, Sergio Vieira de Mello. 

Depuis, près de 5.000 humanitaires ont été tués, blessés ou enlevés, la décennie 2010-2019 ayant connu une augmentation de 117% des attaques par rapport à la période 2000-2009, selon l'ONU.

Encore récemment, le 9 août au Niger, six humanitaires de l'ONG française Acted ont été assassinés, avec leur chauffeur et leur guide nigériens, par des hommes armés à moto alors qu'ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey, où ils étaient basés.

AFP

Ses derniers articles: L'ONU s'inquiète du rapatriement de réfugiés mozambicains par la Tanzanie  Algérie: des manifestants condamnés, la répression se durçit  La Russie livre des armes 

humanitaires

AFP

Nigeria: 4 morts dans une attaque jihadiste contre des installations humanitaires

Nigeria: 4 morts dans une attaque jihadiste contre des installations humanitaires

AFP

Nord-est du Nigeria: le ras-le-bol des humanitaires alors que la famine menace

Nord-est du Nigeria: le ras-le-bol des humanitaires alors que la famine menace

AFP

Nigeria: attaque toujours en cours

Nigeria: attaque toujours en cours

l'ONU

AFP

Mali: amputations par des jihadistes pour vol présumé, l'ONU offre son aide

Mali: amputations par des jihadistes pour vol présumé, l'ONU offre son aide

AFP

Dispersion de mercenaires hors de Libye: l'inquiétude gagne l'ONU

Dispersion de mercenaires hors de Libye: l'inquiétude gagne l'ONU

AFP

Somalie: nouvel appel du Conseil de sécurité de l'ONU

Somalie: nouvel appel du Conseil de sécurité de l'ONU

record

AFP

Record de 80 millions de réfugiés et déplacés dans le monde, selon l'ONU

Record de 80 millions de réfugiés et déplacés dans le monde, selon l'ONU

AFP

Constitution en Algérie: victoire du oui avec une abstention record

Constitution en Algérie: victoire du oui avec une abstention record

AFP

Croissance record mais pauvreté persistante: bilan nuancé pour les 10 ans de présidence Ouattara

Croissance record mais pauvreté persistante: bilan nuancé pour les 10 ans de présidence Ouattara