mis à jour le

Candidature de Ouattara en Côte d'Ivoire: heurts entre opposants et forces de l'ordre

Manifestations, barricades, pneus brûlés: des heurts ont eu lieu jeudi à Abidjan et dans plusieurs villes de Côte d'Ivoire entre forces de l'ordre et manifestants qui contestent la candidature à un troisième mandat du président Alassane Ouattara.

La situation se tend de plus en plus, à l'approche du scrutin du 31 octobre, dix ans après la crise née de la présidentielle de 2010, qui a fait 3.000 morts.

Les autorités avaient interdit les manifestations qui ont rassemblé plusieurs centaines de personnes à Abidjan, la capitale économique du pays, aux cinq millions d'habitants.

"Nous manifestons pour le départ du président Ouattara, parce que sa candidature viole la Constitution. Nous ne voulons pas accepter un troisième mandat", a expliqué Hervé Séka, dans le quartier d'Anono.

Dans le quartier populaire de Yopougon, des affrontements entre policiers et manifestants ont paralysé la circulation dans la zone du palais de justice.

A Port-Bouet, quartier donnant sur la mer et abritant le port et l'aéroport d'Abidjan, des dizaines de manifestants ont bloqué la voie principale, certains brandissant des pancartes affirmant "ADO dégage!" en référence aux initiales du président Alassane Dramane Ouattara.

- Tension chez Soro et Simone Gbagbo -

Dans le quartier chic de Cocody, où résident beaucoup de hauts fonctionnaires et où se trouvent la plupart des ambassades, les forces anti-émeute ont été déployées en grand nombre et la situation était calme.

Les policiers, qui procédaient à des fouilles corporelles sur les passants, ont interpellé un groupe de femmes chantant l'Abidjanaise (l'hymne national), le drapeau ivoirien en main.

A Bonoua, ville de l'ex-première dame de Côte d'Ivoire, Simone Gbagbo, à 50 km à l'est d'Abidjan, un face à face tendu entre manifestants et policiers a bloqué la route internationale menant au Ghana.

La situation reste volatile dans le reste du pays. Des incidents ont notamment eu lieu à San Pedro, deuxième port du pays (sud-Ouest).

A Daoukro (centre), fief de l'ex-chef d'Etat et candidat à la présidentielle Henri Konan Bédié, les affrontements de la veille entre ses partisans et des jeunes du parti au pouvoir ont fait plusieurs blessés, selon une source sécuritaire.

"Nous avons entamé des pourparlers avec la population pour ramener le calme" a  annoncé le maire de la ville, Aubin Djè Koffi.

Dans la région d'Adzopé (proche d'Abidjan), des femmes vêtues de blanc en signe traditionnel de colère ont envahi la voie principale.

- "On a tous peur" -

Des arbres ont été abattus pour paralyser l'axe routier Abengourou-Agnibilekro, à l'est du pays.

Jeudi à Ferkessédougou (nord), fief de Guillaume Soro, ancien allié de Ouattara passé dans l'opposition et aujourd'hui en exil en France, le marché hebdomadaire s'est vidé après des rumeurs sur une marche de protestation contre un troisième mandat du président ivoirien, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Aujourd'hui on a tous peur" , a témoigné Mourlaye Koné, employé d'une société sucrière.

"Ce n'est pas fini. Tant que Guillaume Soro n'est pas rentré au pays nous allons continuer", a promis un partisan de l'ancien chef de la rébellion, visé par plusieurs procédures judiciaires mais qui ambitionne d'être candidat à la présidentielle.

Le président Alassane Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé dans un premier temps en mars passer la main à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet d'un infarctus. Après ce décès, Alassane Ouattara a annoncé le 6 aout qu'il briguerait finalement un troisième mandat.

La Constitution limite à deux les mandats présidentiels, mais opposition et pouvoir sont en désaccord sur l'interprétation de la réforme adoptée en 2016: les partisans de Ouattara affirment qu'elle a remis le compteur des mandats à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.

L'ex-président Henri Konan Bédié a dénoncé comme "illégale" la candidature de M. Ouattara. Agé de 86 ans, il est lui-même le candidat désigné du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, principale formation d'opposition).

AFP

Ses derniers articles: Des soldats envoyés combattre en Ethiopie? En Somalie, des familles en quête d'explications  Justice envers les génocidaires: "une course contre la montre", dit le procureur général du Rwanda  Dans l'abîme du génocide, l'extraordinaire survie 

candidature

AFP

Congo: Sassou Nguesso annonce sa candidature

Congo: Sassou Nguesso annonce sa candidature

AFP

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: la candidature de Gbagbo déposée, celle de Soro attendue

Présidentielle en Côte d'Ivoire: la candidature de Gbagbo déposée, celle de Soro attendue

forces

AFP

Ouganda: retrait des forces armées qui encerclaient la maison de Bobi Wine

Ouganda: retrait des forces armées qui encerclaient la maison de Bobi Wine

AFP

Centrafrique: offensive des forces gouvernementales contre des rebelles tentant d'asphyxier Bangui

Centrafrique: offensive des forces gouvernementales contre des rebelles tentant d'asphyxier Bangui

AFP

Ethiopie: les forces du Tigré ont bombardé Asmara, nouvelle escalade dangereuse

Ethiopie: les forces du Tigré ont bombardé Asmara, nouvelle escalade dangereuse

heurts

AFP

Manifestations en Tunisie après plusieurs nuits de heurts

Manifestations en Tunisie après plusieurs nuits de heurts

AFP

Soudan: déploiement de troupes et calme au Darfour après des heurts sanglants

Soudan: déploiement de troupes et calme au Darfour après des heurts sanglants

AFP

Tension en Tunisie après une 4e nuit consécutive de heurts

Tension en Tunisie après une 4e nuit consécutive de heurts