SlateAfrique

mis à jour le

Et si le malheur de l'Afrique venait de ses matières premières?

Vu de l’extérieur, la Zambie a tout l'air d’un pays développé. Le réseau routier est quasi parfait et les touristes empruntent fréquemment ces routes pour voyager. Et il en est de même dans le sud de l’Afrique où des autoroutes perçent les savanes.

Mais sait-on seulement d’où proviennent les ressources qui permettent de financer ces voies? The Economist s’est intéressé à la question.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ces routes ont été financées par les mines de minéraux et de métaux. The Economist explique que c’est avec l’arrivée de Cecil Rhodes, fondateur de la compagnie diamantaire De Beers et Premier ministre de la colonie du Cap en Afrique du Sud, il y a plus d’un siècle, que plusieurs de ces ressources ont été générées.

Et c’est durant cette époque coloniale que des chemins de fer ont été construits dans les aéroports et la plupart des infrastructures publiques n’existeraient pas sans la richesse générée par ces ressources.

En Zambie par exemple, la production nationale de cuivre a généré suffisamment de revenus au point de permettre au gouvernement d’annoncer la construction de deux nouvelles centrales électriques et de trois nouvelles universités.

En 2012, les revenus du gouvernement provenant des ressources minières ont augmenté de 25%. Et sur l’ensemble du continent africain, les budgets officiels sont essentiellement soutenus par les ressources minières, qui génèrent près d’un tiers du PIB en Afrique. C'est ce qui explique la ruée des miniers notamment chinois vers le marché zambien et qui y tiennent l'essentiel du commerce.

Mais cette ruée s'est opérée bien avant, durant la période coloniale lorsque Mao Zédong décide de construire un chemin de fer en Zambie. Mais cette période est révolue aujourd'hui. L'économie africaine n'a jamais connu de boom durant la période de transition démocratique. C'est dans les années 90 avec les premières élections qu'on assiste à la chute des prix de ces produits de base. 

Lu sur The Economist

 

A lire aussi

Les 10 économies africaines qui montent

L'envol économique de l'Afrique n'est qu'un leurre

Les BRICS, ces puissances mutantes de la mondialisation